Google est la NSA

Google veut être les yeux de Big Brother posés sur vous. Tous les gourous internet des EU savaient ceci avant que l’on découvre que la NSA espionne tout le monde. Mais maintenant les Mountain View boys sont plus déterminés que jamais pour filtrer vos informations, et pour occulter tout semblant de vérité qui pourrait atteindre les gens.

par Phil Butler

Si j’avais écrit un article avec ce paragraphe il y a cinq ans, j’aurais été instantanément catégorisé de “théoricien conspirationniste” ou pire.  Que pensez-vous de savoir, cher lecteur ? Est ce que l’idée des technocrates et de leurs prestataires surpayés va vous rendre fou ? Je ne pense pas. Mais si vous avez besoin de preuves au-delà de l’évidence, le manuel de 160 pages de Google nous dit exactement comment ils veulent nous nourrir à la petite cuillère avec seulement “leurs” nouvelles. Le long manuel est une lecture difficile pour la personne lambda, mais le livre expose une machination Orwellienne telle qu’on n’en a pas vue depuis la machine à propagande Nazi d’Hitler. Faites très attention à la mention “didactique” de la page où Google édicte quelle page répond et quelle page ne répond pas aux critères de ratification. La section sous Ne Respecte Pas (Fails to Meet, FailsM) est un passage sous rouleau compresseur de la presse libre, et suggère de cacher certains types de sites :

“Les Pages qui contredisent directement des faits historiques bien établis (par ex des théories conspirationnistes non prouvées), à moins que la requête indique clairement que l’utilisateur cherche un point de vue alternatif.”

Comme d’habitude, Google a caché ses véritables intentions derrière l’idée d’un algorithme super intelligent qui “filtre” ou “apprend ” des résultats pour que votre vie soit meilleure. Une fois encore Google fait “ce qui est bon pour nous ” en détruisant certaines sources et en en étayant d’autres. En utilisant des termes comme “directives d’évaluation de recherches de qualité” et “directives d’évaluation de qualité des pages” le petit Machiavel qu’est Google donne des  justifications pour contrôler ce que vous regardez et lisez sur le web. La Censure et la monopolisation des informations et du commerce sur internet – c’est le cas contre les Mountain View boys cette fois.

Ensuite il y a la section concernant comment Google classera les meilleurs des meilleurs nouveaux sites dont le titre est “Un Haut Niveau d’ Expertise / d’Autorité / de Fiabilité (Expertise / Authoritativeness / Trustworthiness, EAT)”. L’acronyme  devrait vous indiquer que les utilisateurs du moteur Google vont être nourris par des conneries. Des “Pages de Haute Qualité ” pour les oligarques de Google sont des pages dont les propriétaires payent Google tous les mois, ou dont le site en question sert bien les maîtres de Google – point. Au sommet de cette matrice de sources se trouvent les journaux (Nouvelles Élevées 1) comme The Washington Post et le New York Times, suivis par les articles dans leurs pages (Nouvelles Élevées 2). Au bas de la liste des pages d’autorité se trouvent des sites du gouvernement comme le Département des États d’Amérique (US State Department) et la Maison Blanche (White House), et ensuite les pages catégorisées (croyez-le ou non) “Humour Élevé”. Donc Google a exclu l’importance de la vérité ou même l’importance des reportages, en faveur de “qui” a écrit l’histoire et la “réalité” que Google veut que vous acceptiez – le réseau de Big Brother – fin de l’histoire.

Melissa Dykes de Truth Stream Media a fait une vidéo sur les nouveaux efforts de Big Brother, et Government Slaves l’a fait aussi. Et le dernier suggère même des alternatives au moteur de recherche Google pour ceux qui refusent les tendances totalitaires que nous veulent nous diriger. Pour les personnes qui ont plutôt boycotté le mal imminent comme Yandex et DuckDuckGo, Government Slaves a aussi listé 400 sites de nouvelles indépendantes hors de la MATRICE Google. Mon conseil pour chacun est de commencer une transition de sortie de Google et Facebook maintenant. Ma propre et vaste expérience avec ces personnes a révélé qu’elles sont sans morale et prêtes à tout pour perpétuer leur domination numérique. Google a détruit des millions d’existences, brisant son propre code, les représentants de loi des règles anti-trust et des règles d’équité, a évité les taxes, et a comploté contre les citoyens américains avec les agences du renseignement. Toutes ces assertions ne sont pas justes des divagations. En 2014 John W. Whitehead a écrit sur la NSA et Google pour le Huffington Post:

“Regardez simplement autour de vous. C’est déjà arrivé. Grâce à un partenariat insidieux entre Google et l’Agence de Sécurité Nationale  (National Security Agency, NSA) qui est devenue plus invasive et plus subtile chaque jour, “nous le peuple” sommes devenus rien de plus que des données de marchandises à acheter, vendre et qui payons encore et encore.”

Le 29 Août, le créateur renommé Zero Hedge, Tyler Durden a écrit un article intitulé “Pourquoi Google a Fait la NSA”, qui révèle un projet appelé RENSEIGNEMENTS REBELLES (INSURGE INTELLIGENCE), un projet de journalisme d’investigation financé par des fonds qui a révélé une histoire sur comment les communautés du renseignement aux États-Unis ont fondées, entretenues et incubées Google dans le plan pour dominer le monde par le contrôle de l’information. Vous avez bien lu. Mes assertions passées sur le fait que Sergey Brin et Larry Page étaient “levés” par de l’argent invisible étaient probablement correctes. Alors que je suppose George Soros ou les Rockefeller être derrière, il est concevable que l’Oncle Sam soit le fantôme derrière cela. L’histoire Zero hedge creuse profondément un “état profond” que nous n’avons jamais imaginé dans nos pires cauchemars. Le rapport dévoile comment le Pentagon Highlands Forum’s a plus ou moins repris des géants de la technologie comme Google pour poursuivre une surveillance de masse. De plus, le rapport montre comment la communauté du renseignement a joué un rôle clé dans ses efforts secrets pour manipuler les médias et le public. La crise sans fin et la guerre dans laquelle nous nous trouvons, est, pour une grande partie, le résultat des manœuvres de Google et autres institutions technocratiques. Dans une section, l’auteur formule comment l’administration Obama a réellement consolidée ce contrôle de “Big Brother” :

“Sous Obama, la connexion des entreprises, industries et des pouvoirs financiers représentés par les intérêts qui ont participé au Pentagon Highlands Forum s’est consolidée à un degré sans précédent.”

Ces personnes se désignent comme “les gardiens”. Leur arrogance est seulement dépassée par leur agnosticisme amoral. Les succès de l’âge de l’information, la prospérité du capital-risque louche de la Silicon Valley, les manières mystérieuses par lesquels des innovateurs assez ordinaires ont été catapultés sur la scène, nous alerte sur le marécage profond que Trump décrit. Mais c’est l’immensité du réseau qui devrait nous alerter. Imaginez un nouveau président prendre ses fonctions et se défendant du mieux qu’il peut, pour découvrir que toute la machine du gouvernement américain est sous de tels influences et contrôles. Il est facile de deviner, après avoir appris tout ceci, comment Trump a fait volte-face sur autant de sujets. Il a dû être dépassé. Ou alors, il faisait partie du plan depuis longtemps.

Finalement, si nous étendons ces nouvelles et incluons d’autres technocrates comme Bill Gates ou Jeff Bezos, alors comprendre les crises mondiales causées par de mauvaises politiques américaines est simple. C’est une entreprise – tout est une entreprise pour la guerre et la friction. Bezos marchant avec l’ex Général de la Marine et actuel Secrétaire de la Défense “le Chien Fou” Mattis à Amazon est symbolique. La position de Trump avec Israël, les Saoudiens, même sur la politique intérieure nous dit que ces promesses de campagne coulent dans le sillage d’un état bateau qui avance à pleine vapeur. Si nous autorisons Google et d’autres acteurs similaires de continuer comme ça…

Vous pouvez aussi bien que moi compléter cette phrase. Je prie pour que ce ne soit pas trop tard.

Phil Butler est un investigateur et analyste de politiques, un politologue et un expert d’Europe de l’Est, exclusivement pour le magazine en ligne “New Eastern Outlook”.

 

Sources: https://geopolitics.co/2017/09/05/google-is-nsa/

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :