HO’OPONOPONO

Comment le Dr. Hew Len a guéri un hôpital de criminels malades mentalement avec Ho’oponopono

Mis à jour le 27 Mars 2011

Ho’oponopono, le système Hawaiien qui guérit

Soi-même … et le monde aussi

Il y a plus 30 ans à Hawaii, à l’hôpital d’État de Hawaii, il y avait un hôpital spécial, une clinique pour les criminels malades mentalement. Des personnes qui avaient commis des crimes extrêmement sérieux étaient assignées là parce qu’elles avaient des désordres mentaux profonds ou parce qu’elles avaient besoin d’être surveillées pour voir si elles étaient suffisamment saines pour comparaître en justice. Elles avaient commis des meurtres, des viols, des kidnappings ou d’autres crimes du même genre. Selon une infirmière qui a travaillé là à cette époque, l’endroit était si austère que pas même la peinture ne pouvait coller aux murs, tout était en décomposition, terrifiant, repoussant. Pas un jour ne passait sans qu’un pensionnaire en attaque un autre ou un membre de l’équipe.

Les personnes travaillant là étaient si effrayées qu’il leur arrivait de marcher près des murs si elles voyaient un pensionnaire venant vers elles dans un couloir bien qu’ils étaient tous enchaînés tout le temps – mais plus d’une fois ça n’avait pas stoppé l’agression. Les résidents n’étaient jamais sortis pour avoir de l’air frais à cause attitude menaçante incessante. La pénurie de personnels était un phénomène chronique. Les infirmières, les gardiens et les employés préféraient être en congé maladie la plupart du temps pour ne pas se confronter à un environnement si dépressif et dangereux.

Dr. Hew Len, le Professeur de Ho’oponopono

Dr. Hew Len, the Teacher of the healing system Ho'oponopono

Dr. Hew Len, le Professeur du système de guérison  Ho’oponopono

Et entre Dr. Hew Len

Un jour, un psychologue clinicien nouvellement nommé, un Dr. Stanley Hew Len, arriva à l’hôpital. Les infirmières levèrent leurs yeux au ciel, pour un gars de plus qui allait les embêter avec de nouvelles théories et propositions l’horrible situation, et qui partirait dès que les choses deviendraient désagréables, à peu près un mois plus tard habituellement. Cependant, ce nouveau médecin ne fit rien de cela. En fait il semblait ne rien faire de particulier, excepté venir et être toujours gai et souriant, d’une manière très naturelle et détendue. Il n’arrivait pas particulièrement tôt chaque matin. De temps en temps il demandait des dossiers des résidents.

Il n’essaya jamais de les voir personnellement d’ailleurs. Apparemment il s’asseyait dans un bureau, regardait les dossiers et aux membres du personnel qui s’intéressaient à ce qu’il faisait il leur parlait d’une chose bizarre appelé Ho’oponopono. Petit à petit les choses commencèrent à changer dans l’hôpital. Un jour quelqu’un essaya de peindre à nouveau ces murs et la peinture tint, rendant l’environnement plus agréable. On commença à prendre soin des jardins, quelques courts de tennis furent réparés et quelques prisonniers qui jusque là n’avaient jamais été autorisés à sortir commencèrent à jouer au tennis avec le personnel. D’autres prisonniers ne furent plus attachés, ou recevaient moins de traitements médicaux lourds. De plus en plus obtinrent la permission d’aller dehors sans menottes, sans causer de troubles aux employés de l’hôpital.

A la fin, l’ambiance avait tellement changée que l’équipe ne se mettait plus en congé maladie. En fait, plus de personnes que nécessaire désiraient maintenant travailler là. Les prisonniers commencèrent à être libérés progressivement. Dr. Hew Len travailla là-bas près de quatre ans  A la fin, il restait seulement quelques pensionnaires qui furent relocalisés quelque part d’autre et la clinique pour les criminels mentalement dut fermer.

Un autre livre de développement personnel ?

Je dois reconnaître que je ne rappelle pas avoir lu un seul livre de développement personnel. Les titres comme comment devenir riche en deux étapes simples ou la route sûre vers l’amour et les richesses ou commercer avec les stars ou sécurisez votre santé avec cet ancien secret des mayas ne sont jamais passés de mes yeux à ma conscience. Je ne leur ai simplement jamais accordé d’attention.

Donc quand ma voisine Norma, une jeune femme de 81 ans emplie de force et d’enthousiasme m’a dit  me: “rosario, vous devez lire ce nouveau livre de Joe Vitale”, je l’ai dévisagée probablement avec une expression vide, et j’ai demandé “qui est Joe Vitale?” L’étendue de mon ignorance était trop vaste pour qu’elle essaye de la diminuer, donc elle répondit, “peu importe, vous devez lire ce livre”. “C’est à propos d’un médecin qui a vidé un hôpital pour criminels  malades mentaux en quelques années, juste en disant quelques mots à lui-même.”

J’ai demandé, “pouvez-vous répéter ce que vous venez de dire ?” Et elle le fit. Le livre présentait tous les signes d’un livre de développement : ZERO LIMITES, Le Système Secret Hawaiien pour la Richesse, la Santé, la Paix et Plus, mais il était trop tard, j’avais entendu parler du docteur et avais développé une frénésie instantanée, un besoin désespéré d’apprendre ce qu’il avait fait avec les criminels fous, donc j’attrapai le livre, me dépêchai chez moi et commençai à lire, et je ne m’arrêtai pas jusqu’au dernier mot.

Que fit le Dr. Hew Len aux patients, comment les traita-t-il pour que les résultats soient si spectaculaires ? Il ne fit rien du tout. Pas une chose, même pas avec eux, à part regarder leurs dossiers. Il essaya seulement de se guérir lui-même, appliquant un ancien système traditionnel communautaire de résolution de problèmes de Hawaii, appelé Ho’oponopono, adapté aux individus par son Professeur, le sage Hawaiien Morrnah Nalamaku Simeona. Et que faisait-il à lui-même ? De ses propres mots : “Je guérissais simplement la partie de moi qui les avait créé”.

En fait, il s’asseyait à son bureau et regardait les dossiers des patients. Tout en les consultant, il ressentait quelque chose, une souffrance, une empathie. Ensuite il commençait la guérison sur lui-même, prenant toute la responsabilité pour ce qu’il se passait avec un patient donné. C’est comment ces personnes allèrent mieux, parce que leur médecin avait l’étrange point de vue que c’était lui-même qui avait besoin d’être guéri, pas eux.

Ho’oponopono

Pour le dire simplement, Ho’oponopono est basé sur la connaissance que tout ce qui vous arrive ou que vous percevez, le monde entier où vous vivez est votre propre création, et donc est entièrement de votre responsabilité. Cent pourcent, sans exceptions.

Votre patron est un tyran ? C’est de votre responsabilité. Vos enfants ne sont pas de bons élèves ? C’est de votre responsabilité. Il y a des guerres et vous vous sentez mal parce que vous êtes une bonne personne, un pacifiste ? La guerre est de votre responsabilité. Vous voyez que des enfants dans le monde sont affamés et malnutris si ce n’est en train de mourir de faim ? C’est de votre responsabilité. Aucune exception. Littéralement, le monde est votre monde, c’est votre création. Comme Dr. Hew Len le fait remarquer : n’avez-vous pas remarqué que quand vous expérimentez un problème vous êtes là ?

C’est de votre responsabilité ne veut pas dire que c’est de votre faute, cela signifie que vous êtes responsable de vous guérir vous-même pour guérir ce qui ou qui vous apparaît comme un problème.

 

Cela peut sembler fou, ou complètement métaphorique, que le monde est votre création. Mais si vous y regardez de plus près, vous réaliserez que ce que vous appelez le monde et percevez comme le monde est votre monde, c’est la projection de votre propre esprit. Si vous allez à une fête vous pouvez voir comment au même endroit, avec la même lumière, les mêmes personnes, la même nourriture, boissons, musique et ambiance, certains apprécieront tandis que d’autres s’ennuieront, certains seront super enthousiastes et d’autres seront déprimés, certains seront bavards et d’autres silencieux. L’ “extérieur” pour chacun d’eux semble le même, mais si quelqu’un connectait leurs cerveaux à des machines, cela montrerait immédiatement comment les différentes zones du cerveau s’allumeraient, comment sont les différentes perceptions  d’une personne à l’autre. Donc même s’ils le partagent en apparence, l’ “extérieur” n’est pas le même pour eux, sans parler de leur monde intérieur, leurs émotions.

Comment vous soignez-vous vous-même avec Ho’oponopono? Trois étapes : en reconnaissant que tout ce qui vient à vous est votre création, le résultat de mauvais souvenirs enterrés dans votre esprit ; en regrettant toutes les erreurs du corps, des discours et de l’esprit, et en demandant à l’Intelligence Divine en vous libérer de ces souvenirs, pour vous rendre libre. Ensuite bien sûr vous dites Merci.

Il y a des séminaires où ils enseignent de nombreuses astuces pour aider dans ce processus, mais selon Joe Vitale, Dr. Hew Len lui-même utilise la plus simple des formules de Ho’oponopono. Quand un problème arrive – et ils arrivent sans cesse – en vous adressant au Divin en vous, vous avez seulement à dire : Je t’aime, je suis désolé, pardonne-moi, merci.

Que nous puissions obtenir de grandes choses du Ho’oponopono a déjà été montré : la guérison  d’un hôpital entier de criminels perturbés semble être une tâche bien plus difficile que n’importe lequel de nos troubles personnels. Il y a, sans aucun doutes, des tas de témoignages des pratiquants. Dr. Hew Len dit cependant : ce n’est pas un repas-minute. Le nettoyage des souvenirs demande beaucoup de concentration et de persistance et est un travail sans. Mais le résultat est ce que nous appelons Zéro Limites, un état où chacun est libre du passé, et imprégné de l’intelligence Divine et de l’amour.

Article par:  Rosario Montenegro

(Commentaire de Danell Glade) – j’ai utilisé ceci de très nombreuses fois dans ma vie – en conduisant, avant de méditer etc.  Une fois je travaillais à la purification d’une négativité entre certains des membres de ma famille.  J’ai pris des photos de tout le monde et les aient mises dans un coffre. J’ai placé quelques cristaux et pierres autour et ai écrit ces 4 déclarations courtes à la main sur les photos.  Et ça a marché – ça a merveilleusement marché.  Chaque fois que je vois mémo – je fais une pause et le dit quelque fois de plus tout en regardant chaque personne sur les photos. Dites ces mots à vous-même tandis que vous attendez derrière quelqu’un avec lequel vous devenez agité.  Cela vous aidera à nettoyer l’énergie et la négativité. Dites-les des douzaines de fois par jour.

________________

Méditation pour le pardon à soi (très bon):

 

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :