Google et YouTube ont créé une Culture de la Censure

Créateurs de YouTube censurés

de Edward Morgan

ÉCRIT PAR : IAN MILES CHEONG

Le président de Google est Eric Schmidt, également membre de la Commission Trilatérale et Technocrate invétérée qui est déterminée à imposer son idéologie sur le monde entier. Sa plateforme est devenue son marteau. Attendez-vous à ce que la censure augmente ainsi que les hurlements de protestation des utilisateurs. ⁃ TN Editor

YouTube a annoncé l’utilisation d’un nouveau système pour saisir et déclarer ce qui est “religieux controversé et suprémaciste” dans les vidéos postées sur la plateforme. Cette plateforme prévoit de cacher ces vidéos de la plupart des visionneurs, ainsi que de les démonétiser pour empêcher leurs créateurs de toucher des revenus de YouTube.

Ces agissements ont rencontré un large scepticisme parmi les créateurs de contenus YouTube.

Pour sévir contre un contenu offensif, l’entreprise utilise une combinaison d’apprentissage par machine et d’“experts” volontaires pour signaler ce qui nécessite un examen. Elle prévoit aussi d’implémenter des “normes plus strictes” pour les vidéos qui portent à controverse mais qui ne violent pas les conditions d’utilisation.

YouTube dit que ça ne va pas enlever complètement les contenus limites, mais que ça placera ces vidéos dans un état de purgatoire les empêchant d’être monétisées ou diffusées. Pour faciliter ces changements, YouTube modifiera artificiellement ses algorithmes de recherche pour empêcher aux sujets offensifs d’être découverts.

Nous appliquerons bientôt un traitement plus rude aux vidéos qui ne sont pas illégales mais qui ont été signalées par des utilisateurs comme contenant potentiellement des violations de nos politiques pour des discours haineux ou extrémismes violents. Si nous trouvons que ces vidéos ne violent pas nos politiques mais contiennent des propos religieux controversés ou suprémacistes, elles seront placées dans un état limitatif. Les vidéos resteront sur YouTube, ne seront pas recommandées, ne seront pas monétisées, et n’auront pas les fonctions clés comme les commentaires, les vidéos suggérées et les j’aimes.

Selon YouTube, le système, bien que largement automatisé, mélangera des examens humains sous la forme déjà établie d’un programme de volontaires “Marqueurs de Confiance” qui fonctionne avec 15 institutions qui traitent les contenus extrémistes, y compris la Ligue Anti-Diffamation.

L’ADL a récemment présenté une liste nommant les membres des “droits alternatifs” et l’“allégé” dont le dernier inclut des personnalités controversées de YouTube comme Gavin McInnes, Mike Cernovich, et Brittany Pettibone. Curieusement, l’ADL est sélectif sur ce qui est catégorisé d’“extrémisme.” Il n’y a pas de les idéologies d’extrême-gauche violentes comme Antifa et des organisations de gauche militantes comme Redneck Revolt sur son radar.

Cela vaut le coup de noter que le système des “Signaleurs de Confiance” a été plus tard transformé en programme des Héros de YouTube”, qui invite le public à aider à modérer le contenu. Cela a été hautement critiqué pour donner aux activistes le pouvoir de manipuler la plateforme.

Malgré la cible apparente de l’extrémisme, les annonces de YouTube incluent la volonté de la compagnie de promouvoir artificiellement des vidéos par son programme “Créateurs pour le Changement”, qui selon ses propres mots mettent en avant les créateurs qui “utilisent leurs voix pour se dresser contre les discours de haine, la xénophobie et l’extrémisme.”

Des féministes connus, comprenant Franchesca Ramsey, sont listés comme des ambassadeurs de des confrères. Notablement absente est Laci Green, dont le compte de 1,5 million d’abonnés en fait l’une des plus populaires féministes. Green a subi de nombreuses critiques des défenseurs de la justice sociale pour ouvrir le dialogue avec des anti-féministes.

“Si une vidéo n’enfreint pas les conditions de service de YouTube, alors il NE DOIT absolument pas tenter de refréner l’accès à la vidéo,” déclare le YouTuber Annand “Bunty King” Virk, qui a énoncé ses craintes au The Daily Caller. “Qui détermine ce qui passable et ce qui ne l’est pas ? A quel point comprenons-nous que dire les choses justes n’est pas toujours dire ce que les personnes veulent entendre ?”

“Par ces normes, si YouTube avait existé avant la Loi d’Émancipation, il aurait censuré les vidéos critiquant les propriétaires d’esclaves, parce que l’anti-esclavagisme n’était pas à la mode… du tout,” il ajouta. “L’opinion populaire n’est pas toujours la bonne opinion.”

Matt Jarbo, qui passe par MundaneMatt sur YouTube, a partagé son point de vue avec The Daily Caller sur le sujet. “Ils savent que c’est un faux problème,” a-t-il dit. “Mais à cause des controverses autour de ces vidéos, elles ont été plus mises en avant que ce qu’elles méritaient.”

“Je ne fais pas confiance en leur capacité [à automatiquement dénoncer les contenus extrémistes]”. “Je pense qu’ils ont un algorithme pour aider à combattre ces soucis, mais ce n’est pas assez précis pour ne pas impacter les contenus sceptiques/anti combattants de la justice sociale.”

Le YouTuber Jeff Holiday  a déclaré au The Daily Caller qu’il ne s’inquiétait pas des politiques affectant ses revenus, car il a déjà diversifié ses revenus avec d’autres plateformes, mais s’inquiétait que la répression puisse affecter d’autres créateurs.

“Le mouvement pour contrer les contenus extrémistes est bien sûr bon en théorie,” a dit Holiday. “Mais les mots utilisés dans leur annonce ne me rendent pas confiant sur le fait que cela soit restreint à l’extrémisme certifié. Je demeure optimiste mais circonspect.”

“YouTube a clairement des partis pris pour ceux qu’il choisit de mettre en avant gratuitement sur le site comme Francesca Ramsey qui produit perpétuellement des vidéos qui déplaisent largement,” remarque-t-il.

“Ce n’est pas pour dire que c’est un exemple pour qu’ils censurent du contenu controversé. J’ai quelques vidéos marquées non valide pour les pubs, mais ça n’a pas été quelque chose de perpétuel. Entendre qu’ils pourraient réprimer plus largement me pose grandement des soucis. Encore une fois pas pour les revenus, mais pour les freins que cela pourrait occasionner pour les futurs créateurs de contenus controversés.”

“Je pense qu’il y a des préoccupations valables qui indiquent que Google finance des entreprises extrémistes, mais le fait est que les gens aiment abuser des systèmes, particulièrement ceux automatisés,” a dit le YouTuber Chris Maldonado, qui est aussi connu sous le nom de Chris Ray Gun. “C’est vraiment une question de temps avant qu’il n’y ait un retour de flamme de manière ridicule.”

Le conservateur de Undoomed, une chaîne qui met régulièrement la lumière sur les combattants de la justice sociale, a partagé ses inquiétudes sur la nouvelle direction prise par YouTube.

“Personne ne peut vraiment dire qui va être impacté par ce nouveau plan de route, et c’est ce qui importe n’est-ce-pas ? Si leurs politiques et conditions de service ne servent plus à guider les créateurs, alors pourquoi les avoir ? Donc vraiment, chacun pourrait être visé sans même le savoir,” dit-il.

“Je n’ai aucun problème avec les répressions de YouTube sur les vidéos terroristes de recrutement et les j’aimes,” précise Undoomed. “Ce que je ne comprend pas est comment de telles vidéos ont pu être considérées comme acceptables avec les conditions de service et politiques existantes.”

“Je pense qu’il y a une haute probabilité d’avoir des dommages collatéraux avec cette nouvelle attitude”. “Certaines personnes peuvent considérer les sceptiques et les anti combattants de la justice sociale comme des ‘extrémistes,’alors que tout ce qu’ils font est de discuter pour un peu plus de bon sens, et bien sûr pour la liberté d’expression comme écrit dans la Constitution.”

“Mes doutes portent sur le terme ‘Signaleurs de Confiance’ qui est juste un mot de code pour les ‘suspects usuels’. i.e. le même type de réactionnaires radicaux de gauche qui ont transformé Twitter en un cauchemar Orwellien,” conclut-il.

Ian Miles Cheong est un journaliste et critique ouvert des médias. Vous pouvez le joindre sur les réseaux sociaux par @stillgray sur Twitter et sur Facebook.

Source: http://dailycaller.com/2017/08/01/popular-youtubers-react-to-censorship-of-controversial-content/

Laisser un commentaire

Top