Alerte extinction : les produits chimiques dans la nourriture et les cosmétiques rendent l’humanité infertile… et pourrait faire disparaître la population

Si le nombre de spermatozoïdes continue de chuter au rythme actuel, les humains pourraient s’éteindre, un nouveau rapport a révélé. Une équipe de chercheurs de l’École de Santé Publique et Communauté de médecins Hebrew University-Hadassah Braun et l’École de Médecine au Mont Sinai ont analysé les résultats de 185 études impliquant presque 43,000 hommes d’Amérique, d’Europe, d’Australie, de Nouvelle-Zélande, d’Asie et d’Afrique qui ont fourni des échantillons de sperme entre 1973 et 2011.

Après avoir évalué les résultats, les chercheurs ont conclu que la concentration de spermatozoïdes dans l’éjaculat des hommes des pays occidentaux avait diminué de 50 pourcent dans les 40 dernières années. Chaque année, le nombre de spermatozoïdes diminue en moyenne de 1,4 pourcent et le taux de déclin ne ralentit pas.

“C’est un appel de réveil urgent pour les chercheurs et les autorités sanitaires du monde pour chercher les causes de la baisse drastique de spermatozoïdes, avec un but final de prévention,” a dit Dr. Levine, un épidémiologiste et auteur dirigeant l’étude. “La baisse du nombre de spermatozoïdes a été une grande préoccupation depuis qu’elle a été rapporté pour la première fois il y a 25 ans. Ceci montre que le déclin est fort et continue,” a ajouté Dr. Swan, qui a également participé à l’étude.

Les produits chimiques commerciaux jouent un rôle clé

Bien que l’étude n’examine pas les moteurs du déclin, les scientifiques croient qu’un certain nombre de produits chimiques utilisés dans les produits de tous les jours, dans les industries et dans l’agriculture sont derrière la crise, a reporté le Mirror.

Comme l’étude, publiée dans Human Reproduction Update, n’a pas trouvé de déclin significatif dans le nombre de spermatozoïdes chez les hommes d’Amérique du Sud, d’Asie, et d’Afrique, les scientifiques suggèrent que les produits chimiques jouent un rôle majeur dans cette tendance.

Selon Dr. Levine, les résultats sont plutôt choquants. Bien que les traitements contre l’infertilité comme la fertilisation in vitro (FIV) puissent offrir des solutions aux couples qui veulent un enfant, peu de choses ont été faites pour s’attaquer à la racine du problème. Il ajoute que le faible nombre de spermatozoïdes peut être un indicateur d’une santé fragile chez les hommes en général.

“C’est un classique sous le radar d’un énorme problème de santé publique qui est vraiment négligé,” a-t-il dit au Guardian.

Bien que les précédentes recherches soient arrivées à la même conclusion, le lien entre une alimentation pauvre, des produits chimiques environnementaux, et l’infertilité a été ignoré et critiqué, certains disant que le déclin pouvait être dû aux changements des méthodes du laboratoire ou à la sélection d’hommes avec des problèmes d’infertilité .

Dr. Levine et son équipe, cependant, ont affirmé qu’ils avaient résolu tous ces problèmes en analysant les études qui utilisaient la même méthode pour compter les spermatozoïdes, avec des hommes qui n’étaient pas au courant de problèmes d’infertilité ou de maladies.

Parce que cette méta-analyse résout de nombreux problèmes des précédentes études, Richard Sharpe, un expert en santé reproductive masculine et professeur à l’Université d’Édimbourg, apprécie l’étude. Il ajoute que ces résultats sont les plus proches dont nous sommes sûrs sur le déclin en cours des spermatozoïdes.

Parce que le domaine de la recherche sur la reproduction masculine est sous-étudié, plus de recherches sont nécessaires pour confirmer les causes potentielles pour le déclin du nombre de spermatozoïdes. Les recherches précédentes ont trouvé des liens avec la masse corporelle, un manque d’activité physique, le tabagisme, et l’exposition des femmes enceintes au substances toxiques trouvées dans une large gamme de nourriture transformée, de cosmétiques, et de produits d’entretien de la maison. Ces substances sont connues comme perturbateurs endocriniens.

Allan Pacey, professeur d’andrologie à l’Université de Sheffield, a ajouté que la reproductivité masculine devenait une grande cause de préoccupation avec l’augmentation des taux de cancer des testicules. Il conseille aux hommes ayant un faible nombre de spermatozoïdes et un désir d’avoir un enfant de ne pas reporter.

“Si vous êtes un homme avec un faible nombre de spermatozoïdes et que vous essayez à 21 ans, vous n’allez probablement pas remarquer que vous avez un problème,” a dit Pacey. “Mais si vous essayez avec votre partenaire quand elle a 35 ans, c’est là que le bât blesse, parce qu’alors vous avez un faible nombre de spermatozoïdes, une partenaire plus âgée et vous n’avez pas beaucoup de temps pour essayer de résoudre ça médicalement.”

Sources :

Mirror.co.uk

TheGuardian.com

Academic.OUP.com

Source: https://www.naturalnews.com/2017-09-20-extinction-warning-chemicals-in-food-and-personal-care-products-making-humanity-infertile-may-lead-to-population-wipeout.html

Laisser un commentaire

Top