Oui, les aliments frais biologiques sont meilleurs!

Est-il vraiment intéressant de dépenser plus d’argent pour les fruits et légumes biologiques cultivés localement que pour les fruits et légumes non biologiques? La réponse est un “OUI” retentissant : les aliments biologiques ont beaucoup plus de vitamines, d’antioxydants et de métabolites secondaires, comme les composés phénoliques, que les aliments non biologiques. Ces composés procurent des bienfaits protecteurs pour la santé et réduisent le risque de cancer, de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2, d’hypertension et de nombreux autres problèmes de santé chroniques. (Romagnolo & Selmin, 2017Wilson et al., 2017Oliveira et al., 2013Surh & Na, 2008). Nous sommes ce que nous mangeons – nous pouvons le payer maintenant et optimiser notre santé ou payer plus tard lorsque notre santé est compromise.

Les trois raisons pour lesquelles les aliments biologiques frais sont meilleurs :

  1. Les aliments frais allongent la durée de vie.
  2. Les aliments biologiques contiennent plus de vitamines, de minéraux, d’antioxydants et de métabolites secondaires que les aliments non biologiques.
  3. Les aliments biologiques réduisent l’exposition aux pesticides, aux herbicides neurotoxiques et cancérigènes nocifs et aux résidus d’herbicides.

Contexte

Avec l’avènement des engrais chimiques, les agriculteurs ont augmenté le rendement des cultures tandis que la nourriture abondante est devenue moins nutritive. Les engrais synthétiques n’ajoutent pas tous les minéraux et autres éléments nutritifs nécessaires que les plantes extraient du sol pendant leur croissance. Les engrais chimiques modernes ne remplacent que trois composants – azote, phosphore et potassium – parmi les centaines de composants nécessaires pour des aliments nutritifs. L’azote (N) favorise la croissance des feuilles; le phosphore (P) participe au développement des racines, des fleurs, des graines, des fruits; et le potassium (K) favorise une forte croissance des tiges ajouté à cela le mouvement de l’eau dans les plantes, la floraison et la fructification. Ceux-ci sont indispensable pour faire des fruits et des légumes plus grands et plus abondants; cependant, le sol est de plus en plus appauvri des autres micro-nutriments et minéraux qui sont nécessaires pour que les plantes produisent des vitamines et des antioxydants. Notre agriculture industrielle viole les sols pour une croissance rapide et rentable tout en réduisant la fertilité des sols pour les générations futures. Les fermes biologiques ont des sols beaucoup mieux adaptés et une activité microbienne du sol plus élevée que les sols agricoles non biologiques qui ont été empoisonnés par les pesticides, les herbicides, les insecticides et les engrais chimiques (Mader, 2002Gomiero et al, 2011). Pour une superbe revue de Agriculture durable Vs. Agriculture conventionnelle voir l’article web: https://you.stonybrook.edu/environment/sustainable-vs-conventional-agriculture/

1. Les aliments frais et jeunes allongent la durée de vie. Les aliments anciens peuvent être moins nutritifs que les aliments jeunes. Des expériences récentes avec de la levure, des mouches et des souris ont découvert que lorsque ces organismes étaient nourris avec de la nourriture ancienne par opposition à de la nourriture jeune (ex. les souris avaient des régimes contenant des muscles de cerf âgé ou jeune), leur durée de vie était réduite de 18 % pour la levure, de 13 % pour les mouches et de 13 % pour les souris (Lee et al., 2017). Les aliments biologiques tels que les pommes de terre, les bananes et les raisins secs améliorent la fertilité, la survie pendant la famine et diminuent la mortalité à long terme des mouches des fruits.  (Chhabra et al, 2013). Voir Vivre plus longtemps, améliorer la fertilité et augmenter la résistance au stress: Mangez des aliments biologiques.

De plus, manger beaucoup de fruits et de légumes diminue le risque de mourir de cancer et de maladies cardiaques. Dans une superbe méta-analyse de 95 études, le Dr Dagfinn Aune de la l’Ecole de Santé Publique du Collège Impérial de Londres, a découvert que les personnes qui consommaient dix portions de fruits et légumes par jour étaient un tiers moins susceptibles de mourir que celles qui n’en consommaient aucunes (Aune et al, 2017). Ainsi, mangez beaucoup de fruits et légumes frais et biologiques provenant de sources locales qui ne vieillissent pas à cause du transport.

2. Les aliments biologiques contiennent plus de vitamines, de minéraux, d’antioxydants et de métabolites secondaires que les aliments non biologiques. De nombreuses études ont démontré que les fruits et légumes frais biologiques contiennent plus de vitamines, de minéraux, d’antioxydants et de métabolites secondaires que les fruits et légumes non biologiques. Par exemple, les tomates biologiques contiennent 57 % plus de vitamine C que les tomates non biologiques (Oliveira et al. 2013) ou le lait biologique contient plus de gras polyinsaturés que le lait non biologique (Wills, 2017; Butler et al, 2011). Au cours des 50 dernières années, la part des principaux éléments nutritifs  dans les fruits et légumes a diminué. Dans une étude portant sur 43 cultures de fruits et légumes, Davis, Epp, & Riordan, (2004) ont constaté une diminution significative des vitamines et des minéraux dans les aliments cultivés dans les années 1950 par rapport à 1999, comme le montre la figure 1 (Lambert, 2015).

slide-1-redrawn-from-davis

Figure 1. Changement dans les vitamines et les minéraux de 1950 à 1999. De: Davis, D. R., Epp, M. D., & Riordan, H. D. (2004). Changements dans les données sur la composition des aliments de l’USDA pour 43 cultures maraîchères, 1950 à 1999. Journal of the American College of Nutrition, 23 (6), 669-682 Permission  Details   DMCA

3. Les aliments biologiques réduisent l’exposition aux pesticides et herbicides neurotoxiques et cancérigènes nocifs et aux résidus d’herbicides. Même si le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) et l’Agence de Prtotection Environementale des Etats-Unis (EPA) affirment que les résidus de pesticides laissés dans ou sur les aliments sont sans danger et non toxiques et n’ont aucune conséquence sur la santé, j’ai mes doutes! Les êtres humains accumulent des pesticides tout comme le thon accumule du mercure – l’ingestion fréquente de très faibles concentrations de pesticides et de résidus d’herbicides peut entraîner des effets nocifs à long terme et ces risques à long terme n’ont pas été évalués. La plupart des pesticides sont des produits chimiques toxiques et ont été mis au point pour tuer les ravageurs agricoles – les organismes vivants. Rappelez-vous que les êtres humains sont des organismes vivants. Le risque réel d’exposition chronique à de faibles niveaux est probablement inconnu puisque les limites de résidus de pesticides fixées par l’EPA sont le résultat d’un compromis politique entre les résultats scientifiques et les pressions exercées par les industries agricoles et chimiques (Portney, 1992). Les régimes biologiques exposent à moins de pesticides associés aux maladies humaines (Forman et al, 2012).

Adoptez le principe de précaution selon lequel :en l’absence de consensus scientifique, s’il y a un risque soupçonné que des herbicides/pesticides causent des dommages à la population ou à l’environnement, la charge de la preuve qu’ils ne sont pas nocifs incombe à ceux qui recommandent l’utilisation de ces substances (Read & O’Riordan, 2017). Ainsi, mangez des aliments biologiques frais produits localement afin d’optimiser la santé

Références

Aune, D., Giovannucci, D., Boffetta, P., Fadnes, L.T., Keum, N., Norat, T., Greenwood, D.C., Riboli, E., Vatten, L.J., & Tonstad, S. ( 2017). Fruit and vegetable intake and the risk of cardiovascular disease, total cancer and all-cause mortality–a systematic review and dose-response meta-analysis of prospective studies. International Journal of Epidemiology, 46(3), 1029–1056, https://doi.org/10.1093/ije/dyw319

Butler, G. Stergiadis, s., Seal, C., Eyre, M., & Leifert, C. (2011). Fat composition of organic and conventional retail milk in northeast England. Journal of Dairy Science.94(1), 24-36.http://dx.doi.org/10.3168/jds.2010-3331

Davis, D. R., Epp, M. D., & Riordan, H. D. (2004). Changes in USDA food composition data for 43 garden crops, 1950 to 1999Journal of the American College of Nutrition23(6), 669-682. https://fr.prepareforchange.net/files/2017/11/Changes20in20USDA20Food20Composition20Data20for204320Garden20Crops20195020to201999.pdf

Chhabra R, Kolli S, Bauer JH (2013) Organically Grown Food Provides Health Benefits to Drosophila melanogaster. PLoS ONE8(1): e52988. doi:10.1371/journal.pone.0052988

Gomiero, T.; Pimentel, D.; Paoletti, M. G. (2011). Environmental Impact of Different Agricultural Management Practices: Conventional Vs. Organic Agriculture. Critical Reviews in Plant Sciences, 30(1-2), 95-124; http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/07352689.2011.554355#tabModule

Lambert, C. (2015). If Food really better from the farm gate than super market shelf? New Scientist.228(3043), 33-37.

Lee, G., Kaya, A., Avanesov, A.S., Podolskiy, D.I., Song, E.J., Go, D-M., Jin, G-D., Hwang, J.Y., Kim, E.B., Kim, D-Y., & Gladyshev, V.N. (2017). Age-associated molecular changes are deleterious and may modulate life span through diet. Science Advances, 3(2), e1601833 DOI: 10.1126/sciadv.1601833

Mader, P., Fliebbach, A., Dubois, D., Gunst, L., Fried, P., & Niggli, U. (2002). Soil Fertility and Biodiversity in Organic Farming. Science, 296, 1694-1697. DOI: 10.1126/science.1071148

Oliveira, A.B., Moura, C.F.H., Gomes-Filho, E., Marco, C.A., Urban, L., & Miranda, M.R.A. (2013). The Impact of Organic Farming on Quality of Tomatoes Is Associated to Increased Oxidative Stress during Fruit Development. PLoS ONE, 8(2): e56354.https://doi.org/10.1371/journal.pone.0056354

Read, R. and O’Riordan, T. (2017). The Precautionary Principle Under Fire. Environment-Science and policy for sustainable development. September-October.http://www.environmentmagazine.org/Archives/Back%20Issues/2017/September-October%202017/precautionary-principle-full.html

Romagnolo, D. F. & Selmin, O.L. (2017). Mediterranean Diet and Prevention of Chronic Diseases. Nutr Today.2017 Sep;52(5):208-222. doi: 10.1097/NT.0000000000000228.https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29051674

Surh, Y.J., Na, H.K. (2008). NF-κB and Nrf2 as prime molecular targets for chemoprevention and cytoprotection with anti-inflammatory and antioxidant phytochemicals. Genes & Nut2: 313–317.

Wills, A. (2017). There is evidence organic food is more nutritious. New Scientist,3114, p53.

Wilson, L.F., Antonsson, A., Green, A.C., Jordan, S.J., Kendall, B.J., Nagle, C.M., Neale, R.E., Olsen, C.M., Webb, P.M., & Whiteman, D.C. (2017). How many cancer cases and deaths are potentially preventable? Estimates for Australia in 2013. Int J Cancer.2017 Oct 6. doi: 10.1002/ijc.31088.https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/28983918

Source: https://www.opednews.com/articles/Yes-fresh-organic-food-is-by-Erik-Peper-Food_Food-Additives_Organic-Food-171030-795.html

Traduction par Michelle.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire