L’énorme problème au Japon dont personne ne parle

  • La culture du travail au Japon est si intense que dans les années 1970, les gens ont inventé un mot qui se traduit par “la mort par le surmenage”.
  •  

    “Karoshi “, comme on l’appelle, implique des employés qui se suicident ou souffrent d’insuffisance cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral en raison de longues heures de travail.

  •  

    Le gouvernement fédéral japonais a pris des mesures pour réduire les cas de karoshi, mais les experts craignent que ces mesures ne soient pas suffisantes.

 

 

Depuis la fin des années 1970, le Japon a un mot pour désigner les gens qui meurent de passer trop de temps au bureau: karoshi. La traduction littérale est “la mort par surmenage”.

Le dernier décès d’un employé déclaré karoshi a été celui de la journaliste Miwa Sado, âgé de 31 ans. Elle aurait effectué 159 heures supplémentaires en un mois pour le réseau d’information NHK, avant de mourir d’insuffisance cardiaque en juillet 2013.

Sa mort a été annoncée récemment comme karoshi au début d’octobre 2017.

Avant cela, Matsuri Takahashi, 24 ans, avait effectué 105 heures supplémentaires en un mois à l’agence de publicité japonaise Dentsu. Takahashi a sauté du toit de son employeur le jour de Noël 2015. Tadashi Ishii, président et chef de la direction de Dentsu, a démissionné un mois plus tard.

Travailler soi-même jusqu’ à la mort

Le concept karoshi du Japon remonte à l’après-seconde guerre mondiale.

Au début des années 1950, le Premier ministre Shigeru Yoshida a fait de la reconstruction de l’économie japonaise sa priorité absolue. Il a demandé à de grandes entreprises d’offrir à leurs employés une sécurité d’emploi à vie, demandant seulement aux employés de s’acquitter par la loyauté. Le pacte a fonctionné. L’économie du Japon est maintenant la troisième plus grande du monde, et c’est en grande partie grâce aux efforts de Yoshida il y a 65 ans.

ship.jpg

Mais une décennie après l’appel initial de Yoshida, les travailleurs japonais ont commencé à se suicider et à souffrir d’accidents vasculaires cérébraux ou d’insuffisance cardiaque à cause du stress et du manque de sommeil.

Initialement, la maladie était connue sous le nom de “mort professionnelle subite”, car les décès étaient principalement liés à l’emploi, selon les chercheurs qui étudiaient l’histoire du karoshi. Dans leur quête de faire bonne impression sur leurs patrons, les ouvriers ont commencé à mettre à l’épreuve leur loyauté sans faille.

Aujourd’hui, le bilan de la conciliation travail-famille au Japon n’est guère meilleur.

Un rapport de 2016 examinant les cas de karoshi et les causes de décès a révélé que plus de 20 % des personnes interrogées dans le cadre d’une enquête menée auprès de 10 000 travailleurs japonais déclaraient travailler au moins 80 heures supplémentaires par mois.

Aux États-Unis, 16,4% des personnes travaillent en moyenne 49 heures ou plus par semaine. Au Japon, plus de 20 % des personnes interrogées le font, selon le rapport. La moitié des répondants ont dit qu’ils ne prennent pas de vacances payées.

Au lieu des cas de karoshi qui touchent une main-d’œuvre majoritairement masculine, comme autrefois, les femmes comme Takahashi et Sado subissent maintenant les conséquences de leur engagement à un emploi. “Il est 4 heures du matin. Mon corps tremble”, aurait dit Takahashi dans un article sur Twitter. “Je vais mourir. Je suis si fatiguée.”

Il n’est pas rare que les jeunes employés au Japon travaillent de longues heures. Les patrons s’attendent à ce que les jeunes employés qui grimpent encore l’échelle de l’entreprise arrivent tôt et partent tard, souvent tard dans la nuit. Takehiro Onuki, un vendeur de 31 ans, arrive souvent à 8 heures du matin et part à minuit. Il ne voit sa femme que le week-end.

off.jpg

Il en va de même pour d’innombrables autres employés japonais, dont beaucoup travaillent dans des emplois de cols blancs qui comportent des hiérarchies rigides. L’avancement se gagne grâce à des efforts éreintants. Et les gens quittent rarement leur emploi parce qu’en trouver un nouveau, c’est repartir de zéro et non pas au niveau qu’ils viennent de quitter.

Il en résulte toute une génération de travailleurs désespérés de sembler dévoués à leur travail.

Comment mettre fin à karoshi pour de bon

Le Japon essaie de réduire les cas de karoshi grâce à des politiques qui donnent aux gens plus de temps libre au travail. Peu après le suicide de Takahashi en décembre 2016, le gouvernement fédéral a annoncé son plan Premium Friday. À compter d’aujourd’hui, les travailleurs auraient la chance de partir à 15 h le dernier vendredi de chaque mois.

Huit mois après le début du programme, le gouvernement n’ a pas connu beaucoup de succès. De nombreuses entreprises japonaises organisent leurs finances mensuelles et cherchent à atteindre leurs objectifs de vente à la fin du mois; une journée plus courte n’a fait que rendre les gens plus occupés.

“Nous allons écouter les différents points de vue, tant du point de vue de l’augmentation des dépenses de consommation et de la réforme du style de travail, et de revoir la campagne si nécessaire “, a récemment déclaré Hiroshige Seko, un politicien japonais à la tête du programme, a récemment déclaré au Japan Times.

jap.jpg

D’autres compagnies ont essayé de minimiser les cas de karoshi en offrant le petit-déjeuner à ceux qui arrivent tôt, les dissuadant de rester trop tard. D’autres ont laissé les travailleurs prendre plus de temps au besoin.

Les experts de la culture japonaise sont sceptiques quant à l’impact à long terme de ces mesures. Ils estiment que le vrai problème du Japon réside dans sa vision des rôles de genre.

Frances Rosenbluth, politologue à l’Université de Yale, a déclaré que la meilleure stratégie pour réduire les heures de travail est d’accorder des avantages fiscaux aux entreprises si elles embauchent plus de femmes, augmentant ainsi le bassin de main-d’œuvre. Mais elle a reconnu que ce ne sera pas facile.

“Que faites-vous du fait que les incitations des entreprises ne s’alignent pas sur le désir social de changer ce problème? “C’est difficile.”

Traduction : Michelle Cavenel

Source: http://www.independent.co.uk/life-style/japan-is-facing-a-death-by-overwork-problem-heres-what-its-all-about-a8009096.html

Laisser un commentaire

Top
%d blogueurs aiment cette page :