Une étude prouve que le sucre est responsable d’un taux de maladie impressionnant

Le sucre raffiné n’était pas consommé quotidiennement au cours des 100 dernières années. Auparavant, c’était un régal réservé aux très riches car la canne à sucre était une plante difficile à cultiver. Au cours des 100 dernières années, les taux d’obésité, de maladies cardiaques, de diabète de type 2 et de nombreuses autres maladies chroniques ont grimpé en flèche.

Lorsque le sucre et le tabac ont été introduits par les Amérindiens aux Européens au moment où ils ont commencé à s’installer en Amérique, la durée de vie moyenne était relativement courte [1]. Cela signifiait que les conséquences du sucre et du tabac sur la santé étaient facilement enterrées dans la myriade d’autres défis auxquels les premiers colons devaient faire face.

Dès les années 1920, des recherches ont démontré que le sucre endommage votre corps. Jusqu’à ce jour, le tabac continue d’être une des principales causes de décès prématuré [2] . Malheureusement, alors que les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies (CDC) considèrent le tabac comme la principale cause de décès évitable aux États-Unis, ce titre pourrait bien appartenir au sucre. Et pourtant, les personnes qui n’envisageraient jamais de fumer devraient se préoccuper de la quantité de sucre et d’amidon consommée chaque jour.

D’un point de vue nutritionnel, votre corps n’a pas besoin de sucre raffiné. Bien que vous ayez besoin de glucose, votre corps fabrique le glucose dont il a besoin dans votre foie par un processus appelé gluconéogenèse. Si vous ne mangez plus jamais un seul morceau de bonbons, de sucre ou d’amidon, vous vivrez très confortablement et probablement en bien meilleure santé.

Le sucre alimente la croissance des cellules cancéreuses

Des recherches récentes rapportées dans cette courte vidéo de nouvelles démontrent que la quantité de sucre que vous consommez chaque jour devrait être une considération importante dans votre plan nutritionnel. En 1926, le biochimiste allemand Otto Warburg a observé que les cellules cancéreuses fermentaient le glucose en acide lactique même en présence d’oxygène (appelé effet de Warburg). Il a théorisé qu’il pouvait être la cause fondamentale du cancer [3]. Cela a mené à l’idée que la croissance tumorale pourrait être perturbée en coupant l’approvisionnement énergétique à savoir le sucre.

Pendant des décennies, les scientifiques et les chercheurs ont rejeté cette idée et l’industrie sucrière les a appuyés. Warburg a reçu le prix Nobel de Physiologie ou de Médecine en 1931 pour son travail dans la respiration cellulaire et la production d’énergie. Sa mission était de trouver un remède contre le cancer mais ses découvertes ont été largement ignorées par la communauté médicale conventionnelle car elles étaient considérées comme simplistes et ne correspondaient pas au modèle génétique de la maladie qui était largement accepté.

Des recherches récentes menées en Belgique [4] montrent qu’il existe effectivement un lien étroit entre la sursimulation du glucose et les protéines mutantes souvent présentes dans les cellules tumorales humaines et qui accélèrent la croissance des cellules [5]. L’étude a débuté en 2008 déclenchée par le désir des chercheurs de mieux comprendre l’effet de Warburg.
La dégradation rapide du glucose dans les cellules tumorales n’est pas observée dans les cellules saines, ce qui fait du glucose la principale source d’énergie pour le cancer. Le chercheur Johan Thevelein, Ph. D., biologiste moléculaire de LU Leuven en Belgique, a commenté les résultats de l’étude dans un communiqué de presse, en déclarant: [6]

“Notre recherche révèle comment la consommation hyperactive de sucre des cellules cancéreuses conduit à un cercle vicieux de stimulation continue du développement et de la croissance du cancer. Ainsi, il peut expliquer la corrélation entre la force de l’effet de Warburg et l’agressivité tumorale.

Ce lien entre le sucre et le cancer a des conséquences dramatiques. Nos résultats constituent une base pour les recherches futures dans ce domaine qui peuvent maintenant être menées avec un objectif beaucoup plus précis et pertinent.”

Mutation cellulaire non limitée à la consommation de sucre

Ils sont prompts à souligner que même s’ils croient que la présence de sucre ajouté dans votre régime alimentaire peut augmenter la croissance agressive des cellules cancéreuses, leurs recherches ne prouvent pas qu’elle déclenche la mutation originale [7]. Cela dit, des recherches antérieures ont démontré que les mutations génétiques trouvées dans les cellules cancéreuses sont en fait un effet en aval causé par la dysfonction mitochondriale et non la cause initiale et qu’une consommation excessive de sucre est l’une des causes de la dysfonction mitochondriale. Je vais en parler plus en détail dans une section ci-dessous.

Il est vrai qu’il y a des milliers de produits chimiques manufacturés dans votre maison, votre voiture et votre lieu de travail qui peuvent causer ou contribuer aux mutations cellulaires. La pollution de l’air, les produits de soins personnels, les plastiques et les traitements chimiques contiennent souvent des produits chimiques toxiques ayant des propriétés cancérogènes. Ces expositions jouent également un rôle.

La mutation d’une cellule, nourrie par votre consommation quotidienne de sucre, peut se transformer en cancer. Les mutations cellulaires dues à la consommation de sucre surviennent après des lésions mitochondriales. Cependant, le sucre fournit également des nutriments aux cellules mutées par l’exposition aux contaminants et est nécessaire à la croissance et à la multiplication de ces cellules mutées. En tant que tel, votre consommation de sucre devient un facteur important, un sur lequel vous avez beaucoup de contrôle sur.

Normalement, l’énergie est puisée dans le glucose par un processus d’oxydation qui nécessite la présence d’oxygène.[8] Mais les cellules cancéreuses utilisent un processus de fermentation, même en présence d’oxygène, pour créer de l’énergie. Le processus, appelé glycolyse, extrait moins d’énergie au cours du processus, mais nécessite moins d’énergie et moins d’étapes pour obtenir de l’énergie à partir du glucose.

Cela signifie que même en l’absence d’oxygène, les cellules tumorales peuvent extraire l’énergie des molécules de glucose. La division cellulaire rapide des cellules cancéreuses pour alimenter la croissance nécessite la présence d’une grande quantité de sucre. Warburg croit qu’un défaut dans les mitochondries des cellules cancéreuses permet aux cellules d’utiliser la glycolyse pour stimuler la croissance, ce qui suggère que le cancer est en fait une maladie métabolique qui est affectée par votre alimentation.

La recherche affirme que le cancer est une maladie métabolique

Aux États-Unis, on estime que 600 000 personnes mourront du cancer cette année, ce qui coûtera plus de 125 milliards de dollars en soins de santé. [9] L’Organisation Mondiale de la Santé estime que le cancer est la deuxième cause de mortalité dans le monde, responsable de près de 8,8 millions de décès en 2015. [10] Imaginez si tant de gens meuraient chaque année de la grippe ou de la polio. Ce serait la une des journaux chaque jour. Sommes-nous tellement habitués à l’idée du cancer que 1,6 million de nouveaux cas chaque année aux États-Unis sont de vieilles nouvelles?

Le traitement conventionnel du cancer se concentre sur la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie. Toutefois, bon nombre de ces traitements n’ont réussi qu’à prolonger la vie de plusieurs mois et non à guérir la maladie.[Voir : The Truth About Chemotherapy – History, Effects and Natural Alternatives. (La vérité à propos de la chimiothérapie -Histoire, conséquences et alternatives naturelles] Ces traitements reposent sur le fait que le cancer est un problème génétique et non pas un problème déclenché et alimenté par une dysfonction mitochondriale. Par conséquent, le lien nutritionnel est généralement négligé.

L’étude présentée expose le défaut dans l’utilisation des traitements pharmaceutiques, chirurgicaux et de radiothérapie sur les tumeurs et autres cancers. Warburg a postulé qu’en coupant les cellules cancéreuses de l’approvisionnement alimentaire, on les prive de nourriture pour survivre.

La recherche a également démontré que les mutations génétiques ne sont pas le déclencheur de la croissance cancéreuse mais plutôt un effet en aval résultant d’un métabolisme énergétique défectueux dans les mitochondries cellulaires. Ce métabolisme énergétique défectueux modifie le fonctionnement de vos cellules et favorise la croissance des cellules cancéreuses.

Autrement dit, si vos mitochondries demeurent saines, votre risque de développer un cancer est faible. Thomas Seyfried, Ph. D., auteur de “Cancer as a Metabolic Disease: On the Origin, Management and Treatment of Cancer” (Cancer vu comme une maladie métabolique : origine, management et traitement du cancer), a reçu de nombreux prix et distinctions au cours de sa longue et illustre carrière pour le travail qu’il a accompli en approfondissant les connaissances sur la façon dont le métabolisme affecte le cancer.

Il est l’un des pionniers dans l’application de la cétose nutritionnelle pour le cancer. Pendant la cétose nutritionnelle, votre corps brûle les graisses pour en faire de l’essence plutôt que des amidons et des glucides. En mangeant un régime alimentaire sain, riche en gras, pauvre en glucides et pauvre en protéines, votre corps commence à brûler les graisses comme principal carburant. Des recherches de l’Ohio State University démontrent que les athlètes qui mangent un régime alimentaire cétogène connaissent des améliorations significatives de leur santé et de leurs performances.[11]

La cétose nutritionnelle est également très prometteuse dans le traitement de troubles neurologiques tels que la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson [12], le diabète de type 2 [13] et les convulsions [14] qui ne répondent pas aux médicaments. Cette récente recherche belge [4] confirme les travaux de Warburg, Seyfried et d’autres chercheurs et confirme l’hypothèse selon laquelle le cancer est une maladie métabolique et non un problème génétique.

Recherche : La chimiothérapie déclenche la formation de nouvelles tumeurs

L’administration traditionnelle de la chimiothérapie peut augmenter le risque de métastases (la propagation des cellules cancéreuses dans votre corps) et déclencher une croissance tumorale supplémentaire. La chimiothérapie est parfois recommandée avant la chirurgie pour aider à réduire la taille de la tumeur, ce qui augmente la probabilité d’une femme de  subir une tumorectomie au lieu d’une mastectomie complète.

Des recherches récentes révèlent que la chimiothérapie avant une chirurgie du cancer du sein peut favoriser la métastase de la maladie, ce qui permet de la propager à d’autres parties du corps. [15] Cela augmente considérablement le risque de mourir. L’étude a révélé que les souris avaient deux fois plus de cellules cancéreuses dans le sang et les poumons après un traitement de chimiothérapie. Les chercheurs ont également trouvé des résultats similaires chez 20 patients humains dont les micro-environnements tumoraux sont devenus plus favorables aux métastases après la chimiothérapie.

D’autres études menées chez les hommes atteints du cancer de la prostate ont démontré que la chimiothérapie peut causer des dommages à l’ADN dans les cellules saines, ce qui stimule la croissance tumorale et aide les cellules cancéreuses à résister au traitement. [16] La recherche continue de révéler l’effet de la chimiothérapie sur votre corps et l’effet dévastateur qu’elle a sur les cellules saines. Au moins depuis 2004, les chercheurs savaient que la “chimiothérapie ne contribue que de façon mineure à la survie du cancer”. [17]

Votre choix le plus sain est d’éviter le sucre

Le sucre est un facteur primaire favorisant le développement d’un certain nombre de maladies chroniques et d’affections différentes. Le sucre contribue à plusieurs des principales causes de décès aux États-Unis, notamment [18]:

  • Maladie cardiaque
  • Hypertension
  • Athérosclérose
  • Cancer
  • Course
  • Diabète
  • Maladie chronique du foie
  • Maladie de Parkinson et maladie d’Alzheimer [19]

Bien que toutes les formes de sucre soient nocives lorsqu’elles sont consommées en excès, le fructose transformé – le sucre le plus communément trouvé dans les aliments transformés – semble être le pire. Les fabricants utilisent la propriété addictive du sucre pour stimuler les ventes et le sirop de maïs à haute teneur en fructose (HFCS) leur permet d’atteindre leurs objectifs à un prix plus bas. Bien qu’il ait le goût du sucre, le SMHTF donne à votre corps “un coup de sucre” plus fort. La Dr. Yulia Johnson, médecin de famille à la Clinique de l’Iowa, commente l’utilisation du SMHTF: [20]

“Votre corps traite le sirop de maïs à haute teneur en fructose différemment du sucre ordinaire. Le fardeau incombe à votre foie, qui n’est pas en mesure de suivre la vitesse à laquelle le sirop de maïs se décompose. Par conséquent, la glycémie augmente plus rapidement. Il est stocké sous forme de graisse, vous pouvez devenir obèse et développer d’autres problèmes de santé, comme le diabète, beaucoup plus rapidement.”

Il va de soi que si vous voulez vivre une vie plus saine et réduire vos coûts de soins de santé et votre risque de cancer, il serait sage d’éviter autant que possible le sucre raffiné sinon de l’éliminer complètement de votre alimentation

Manger de la vraie nourriture (idéalement biologique), suivre un régime riche en gras, pauvre en glucides et modéré en protéines, décrit dans la section ” Fat for Fuel ” ainsi que jeûner de façon intermittente sont tout ce que vous pouvez faire pour optimiser votre santé et réduire vos risques de maladies chroniques. Pour vous inspirer d’histoires inspirantes d’autres personnes qui ont utilisé un régime cétogène pour stabiliser leur santé, lisez mon article, «Promouvoir les progrès dans la prise en charge du cancer en tant que maladie métabolique a besoin de votre soutien“.

Si vous achetez des aliments emballés, lisez attentivement les étiquettes afin de pouvoir prendre une décision éclairée au sujet du sucre que vous ajoutez à votre régime alimentaire. Les sucres peuvent se masquer sous plusieurs noms différents sur les étiquettes des aliments. Certains des noms les plus communs sont énumérés ci-dessous mais il y en a plus que ce qui est indiqué ici.

Les étiquettes énumèrent les ingrédients par ordre de quantité dans le produit. Autrement dit, il y a plus du premier ingrédient que du second, et ainsi de suite. Lors de l’évaluation du sucre, rappelez-vous que s’il figure aux quatrième, sixième et neuvième positions, le total combiné peut le placer en première ou deuxième position [21]

A lire de colonne en colonne (1er : Concentré de fruits; 2ème : Sirop beurré… ; 7ème : Jus de canne évaporé… etc).

Concentré de jus de fruitsJus de canne évaporéCristaux de jus de canneMélasse noireTreacleSucanat
Sirop beurréJus de fruitsMielSirop de caroubeMaltodextrinTurbinado
CaramelSirop de riz brunCristaux de sirop de maïsCrystal de FlorideSirop de maïsMalt d’orge
Sirop doréSirop d’érableMélassesSirop raffinéDextroseDextrin
Malte diastatiqueMaltol éthyléGlucoseCristaux de glucoseSirop de rizGalactose
LactoseSirop de maltMaltoseD-riboseCastorSirop de sorgho

Vous pouvez aussi lire cet article, Les apports nutritionnels comptent : qu’est-ce que les étiquettes signifient (et pourquoi elles ont changé)

Sources and References:

Recommended articles by Dr. Joseph Mercola:

A propos de l’auteur:

Dr. Joseph Mercola

Né et élevé dans le centre-ville de Chicago, IL, Dr Joseph Mercola est un ostéopathe formé en médecine naturelle et traditionnelle. Certifié en médecine familiale par le Conseil d’’administration, le Dr Mercola a été président du département de médecine familiale du St. Alexius Medical Center pendant cinq ans et, en 2012, il a reçu la bourse de recherche de l’American College of Nutrition (ACN).

Alors qu’il pratiquait toujours à la fin des années 80, le Dr Mercola s’est rendu compte que les médicaments qu’il prescrivait aux patients souffrant de maladies chroniques ne fonctionnaient pas. Au début des années 90, il a commencé à explorer le monde de la médecine naturelle et a rapidement changé sa façon de pratiquer la médecine.

En 1997, le Dr Mercola a fondé Mercola.com, qui fait maintenant partie du top 10 des sites de santé sur Internet. Sa passion est de transformer le paradigme médical traditionnel aux États-Unis. “L’établissement médical actuel tue et blesse de façon permanente des millions d’Américains… Vous voulez des solutions de santé pratiques sans le battage médiatique, et c’est ce que j’offre.”

Visitez Mercola.com pour plus d’informations, ou lisez la biographie complète et le curriculum vitae du Dr Mercola ici.

Source : http://www.riseearth.com/2017/11/study-proves-sugar-is-responsible-for.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+riseearth%2FKZKa+%28RiseEarth%29

Traduction Michelle.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire