Une publication de courriels internes a révélé que le géant agrochimique américain Monsanto a manipulé des études sur l’herbicide Roundup. Les experts estiment que le produit est cancérigène et que les conséquences pour l’entreprise pourraient être désastreuses.

La réputation de certaines entreprises est si mauvaise que le public a déjà de faibles attentes en matière d’éthique et de pratiques commerciales. Cela n’en est pas moins choquant lorsque les accusations portées contre eux sont confirmées par écrit.

Le géant des produits chimiques agricoles Monsanto est sous le feu des projecteurs parce que l’herbicide Roundup (dont l’ingrédient actif est le glyphosate) de l’entreprise est soupçonné d’être cancérigène. L’autorisation de vendre le produit chimique dans l’Union européenne expire le 15 décembre et les États membres décideront mercredi de le renouveler ou non pour une nouvelle période de 10 ans. Et cela, alors que le conflit au sujet du glyphosate a été soulevé par la publication de documents explosifs.

Les stratégies de Monsanto pour ne pas accuser le glyphosate ont été révélées dans des courriels internes, des présentations et des notes de service. Pire encore, ces « Monsanto Papers » suggèrent que l’entreprise ne semble même pas savoir si Roundup est inoffensif pour la santé des gens.

« Vous ne pouvez pas dire que Roundup n’est pas cancérigène » écrit Donna Farmer, toxicologue de Monsanto dans l’un des courriels. « Nous n’avons pas fait les tests nécessaires pour faire cette déclaration. »

Le courriel, envoyé le 22 novembre 2003, n’est qu’un seul parmi plus de 100 documents qu’un tribunal aux États-Unis a ordonné à Monsanto de fournir. Cela a servi en guise de preuve après qu’environ 2 000 demandes aient été faite pour une indemnisation par Monsanto dans le cadre de recours collectifs. Ils affirment que le Roundup a provoqué chez eux ou des membres de leur famille des lymphomes non hodgkinien, une forme de cancer des ganglions lymphatiques.

Les documents suggèrent que l’entreprise a dissimulé ses risques faisant de leur publication un désastre pour l’entreprise. La question devrait également faire l’objet de discussions au sein de Bayer, la société chimique allemande en cours d’acquisition de Monsanto.

« Les Monsanto Papers racontent une histoire alarmante d’écriture fantôme, de manipulation scientifique et de dissimulation d’informations » explique Michael Baum, associé du cabinet d’avocats Baum, Hedlund, Aristei & Goldman qui a intenté l’un des recours collectifs américains. Selon Baum, Monsanto utilisait les mêmes stratégies que l’industrie du tabac : « créer le doute, attaquer les gens, écrire des papiers fantômes. »

Le glyphosate est l’herbicide le plus utilisé au monde. Des entreprises comme Monsanto, Syngenta et Bayer produisent plus de 800 000 tonnes métriques de cette substance chaque année et la vendent dans le monde entier. Les agriculteurs utilisent l’agent pour nettoyer l’ardoise pendant la préparation des champs pour la nouvelle saison de semis ou l’épandre sur les champs de pommes de terre ou de colza pour tuer les plants juste avant la maturité, ce qui facilite la récolte.

Le produit chimique agricole populaire est utilisé depuis plus de 40 ans et on le trouve aujourd’hui presque partout: dans l’urine des humains et des animaux, dans le lait, la bière, la crème glacée et surtout dans les granulés d’aliments pour animaux en provenance des États-Unis et du Brésil qui finissent également par nourrir le bétail et les porcs allemands.

Le glyphosate a longtemps été considéré comme inoffensif pour la santé humaine parce qu’il inhibe une voie métabolique essentielle pour les plantes mais qui n’est pas présente chez les mammifères. Mais le produit est-il vraiment aussi inoffensif ? En mars 2015, l’une des plus hautes autorités mondiales a émis des doutes sur le pesticide. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), organisme sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé, a classé le glyphosate comme « probablement cancérogène pour les humains ». Cette décision a donné lieu à des recours collectifs aux États-Unis.

L’entreprise s’attendait à ce que le retournement se produise

Monsanto a réagit immédiatement. L’évaluation du CIRC contredit « des décennies d’examens exhaustifs sur la sécurité effectués par les principales autorités réglementaires du monde entier » a déclaré Robb Fraley, chef de la technologie. Le PDG Hugh Grant a ridiculisé l’étude l’appelant « science de camelote ».

Mais il s’avère que Monsanto attendait la décision du CIRC. Les chercheurs du siège social de l’entreprise à St. Louis savaient dès le départ que le groupe d’experts émettrait un avertissement contre le cancer.

« Ce qui nous préoccupe depuis longtemps s’est produit  » écrivait Farmer, le toxicologue, en septembre 2014. « Le glyphosate fera l’objet d’un examen du CIRC en mars 2015. » Un mois plus tard, un autre scientifique de Monsanto, William Heydens, a exprimé ses préoccupations plus spécifiques. Il a écrit que Monsanto n’a pas seulement une « vulnérabilité dans le domaine de l’épidémiologie » mais aussi potentiellement dans les domaines de l’exposition, du génétoxe et du mécanisme d’action. Genetox est l’abréviation de génotoxicité et décrit si une substance cause des dommages au matériel génétique qui à son tour peut causer le cancer.

Les études épidémiologiques peuvent être utilisées pour déterminer si l’apparition de la maladie est associée à certaines substances et aider le CIRC à prendre sa décision. Des études menées aux États-Unis, au Canada et en Suède suggèrent que le glyphosate augmente le risque de développer un cancer lymphatique.

Graphic: Worldwide sales of glyphosate

DER SPIEGEL
Graphique : Ventes mondiales de glyphosate

Selon un courriel, Monsanto n’a effectué aucun « tel test » sur la « cancérogénicité » du Roundup. Un autre dit : « Nous ne réalisons pas d’études de toxicité subchronique, chronique ou tératogène avec nos formulations. » Ce dernier montrerait si le Roundup peut provoquer des malformations comme le suggèrent certaines études. Par exemple, des embryons de rats pulvérisés avec du Roundup dilué ont subi des lésions osseuses.

Monsanto ne faisait même pas confiance à ses propres experts. C’est ainsi que Farmer a résumé une analyse du consultant James Parry de Monsanto : « Le Dr Parry a conclu dans son évaluation que le glyphosate est capable de produire une génotoxicité. Mais Farmer ne voulait pas que cela soit perçu comme un avertissement ». Au lieu de cela, écrit-elle, d’autres études devaient lui être envoyées afin de « faire changer d’avis Dr Parry ».

Le glyphosate ne semble pas être aussi inoffensif que l’industrie le prétend. En partie parce qu’il tue aussi de nombreux micro-organismes en plus des plantes. Bien qu’il soit peu probable que cela affecte directement les humains et les animaux, il semble qu’il affecte les millions de bactéries de la flore intestinale connues sous le nom de microbiote.

Monika Krüger, vétérinaire de Leipzig, a observé que la prévalence de certains micro-organismes dans le rumen change lorsque les bovins se nourrissent de granules contenant du glyphosate et cela affecte leur santé. Toutefois, l’Institut fédéral allemand de recherche sur les risques (BfR), qui est responsable de l’évaluation du glyphosate dans l’UE n’est pas d’accord avec ses conclusions.

Les chercheurs de Monsanto se sont également comportés de manière irresponsable en ce qui concerne la question de l’absorption de Roundup dans le corps. En 2002, lors de leurs propres expériences sur des animaux, les experts de l’entreprise ont découvert qu’entre 5 et 10 pour cent de la substance pénétrait la peau des rats.

Le taux était beaucoup plus élevé que prévu et le résultat a eu le potentiel de faire « sauter » les évaluations des risques, selon un courriel. En conséquence, l’auteur du courriel a écrit : « Nous avons donc décidé d’arrêter l’étude. » Les animaux de laboratoire ont également absorbé plus d’ingrédients Roundup dans le tube digestif que prévu.

Par-dessus tout, les articles de Monsanto montrent que les experts étaient très conscients d’un fait qui est souvent perdu dans le débat public : en plus du glyphosate, les herbicides comme le Roundup contiennent d’autres produits chimiques dangereux qui sont nécessaires pour permettre à l’ingrédient actif de pénétrer dans les murs végétaux durs entre autres choses. Ces ingrédients sont souvent plus nocifs que l’ingrédient actif en soi.

Différent verdicts

Après des années de pressions exercées par l’industrie, de nombreux organismes de réglementation évaluent la toxicité du glyphosate de façon isolée mais pas celle des mélanges pulvérisés.

L’Agence de protection de l’environnement aux États-Unis, l’Autorité européenne de sécurité des aliments et la BfR effectuent toutes des analyses de risques. Dans les études évaluées à cette fin, les chercheurs introduisent goutte à goutte du glyphosate pur dans l’alimentation des rats. Ils déterminent ensuite la quantité de glyphosate pour laquelle aucun dommage n’est infligé aux animaux. D’autres études déterminent la concentration réelle de la substance dans l’environnement. L’utilisation de la substance est considérée comme sûre si les deux valeurs sont très éloignées, comme c’est le cas du glyphosate, ce qui explique pourquoi elle a été jugée non cancérogène.

L’évaluation liée aux aléas naturels qui a conduit à la décision du CIRC est différente. Les chercheurs de l’agence étudient si une substance est dangereuse quelle que soit la dose. Ils évaluent également ce qui se passe lorsque les mélanges complets, dans ce cas-ci Roundup, sont pulvérisés. Bien qu’il soit difficile de contrôler efficacement les conditions dans de telles études épidémiologiques, elles reflètent plus fidèlement la réalité – et ont conduit au verdict du CIRC : probablement cancérigènes.

Les experts de Monsanto en sont arrivés à une conclusion similaire. « Le glyphosate est acceptable mais le produit formulé cause des dommages » a écrit à Donna Farmer le chercheur de Monsanto Heydens.

Monsanto n’a rien fait pour avertir le public. Au lieu de cela, l’entreprise a poursuivi sa campagne massive de lobbying et a tout fait pour discréditer les chercheurs dont le travail n’était pas dans l’intérêt de Monsanto.

L’une des victimes de leur campagne a été le toxicologue français Gilles-Éric Séralini. Il a fait exactement ce que Monsanto aurait dû faire. Pendant deux ans, Séralini a versé Roundup dans l’eau potable de rats de laboratoire et les a nourris avec du maïs génétiquement modifié au glyphosate. Ce qu’il a découvert est alarmant : certains des animaux ont développé des lésions rénale tandis que les femelles ont développé des cancers du sein à des taux remarquablement élevés.

Lorsque le journal Food and Chemical Toxicology a publié l’étude en septembre 2012, tout s’est effondré dans la vie de Séralini. Des centaines de chercheurs ont protesté et Séralini a été accusé de faire de « fausses déclarations » et d' »utiliser les animaux à des fins de propagande ». La revue a retiré sa publication en novembre 2013. C’était peut-être une coïncidence mais le magazine avait nommé un ancien employé de Monsanto à son conseil consultatif six mois plus tôt.

Les notes internes confirment également la manière dont Monsanto a exercé des pressions. David Saltmiras, un expert de Monsanto à l’époque, se vantait d’avoir « facilité avec succès de nombreuses lettres à des tiers au rédacteur en chef ». Il a qualifié ses actions d' »intérêt supérieur » et de « derniers rites pour les quelques restes de crédibilité de Séralini ».

Les méthodes de travail de Séralini étaient en effet critiquables, ce qui facilitait la tâche de l’expert de Monsanto. Mais la même tendance s’est produite après l’évaluation des risques du CIRC. Pour ce cas, Monsanto a même préparé un « plan détaillé de préparation et d’engagement » pour contester les conclusions des experts du CIRC en matière de cancer.

L’entreprise a embauché une équipe de chercheurs et d’experts en lobbying dans l’espoir d' »orchestrer des protestations » et de discréditer le CIRC en tant qu’organisation ayant une histoire de « décisions douteuses et politiquement contraignantes ».

Une tempête d’indignation a en fait éclaté après le vote du CIRC et le financement de l’organisation a été remis en question. Pas plus tard qu’en juin, il a été rapporté à tort qu’un membre du CIRC avait caché des informations.

Le plan de bataille de Monsanto demandait aussi « trois nouveaux papiers sur le glyphosate. » Un examen critique de l’évaluation du CIRC est paru en 2016. Les documents internes montrent que Monsanto a fortement influencé son contenu. Deux des auteurs auraient reçu de l’argent directement de Monsanto. L’ancien employé John Acquavella a été payé 20 700 $ (17 560 €) pour « heures de consultation liées au panel d’experts en épidémiologie du glyphosate ».

Monsanto nie l’accusation selon laquelle il cherchait à exercer une influence sur la recherche. Mais la compagnie n’a fait aucun commentaire sur les autres allégations. Plusieurs questions restent sans réponse. Pourquoi Monsanto ne publie-t-il pas les résultats de ses propres recherches ? Et pourquoi l’entreprise ne paierait-elle pas simplement pour que l’étude Séralini soit réalisée de façon indépendante une deuxième fois, ce qui pourrait dissiper tous les doutes ?

Un avenir incertain pour Roundup

« Monsanto ferait tout ce qui est en son pouvoir pour protéger son produit Roundup », déclare Daniel Boese de l’organisation civique Avaaz. Pendant des années, l’entreprise a trompé les consommateurs et influencé les avis d’experts, explique-t-il. Selon Boese, Monsanto « détruit les mécanismes de sécurité scientifique sur lesquels le public compte réellement » et son influence de lobbying est énorme. Par exemple, certaines parties du rapport de la BfR sur le glyphosate sont extraites de documents du Glyphosate Task Force, une association industrielle dirigée par Monsanto. La BfR rejette l’accusation de plagiat.

Les responsables politiques européens devraient examiner de plus près les documents de Monsanto avant d’autoriser le glyphosate pour une nouvelle période de dix ans. L’Italie, l’Autriche et la France prévoient déjà de voter contre cette extension. La chancelière allemande Angela Merkel n’a pas encore pris sa décision.

« Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour que vous puissiez continuer à utiliser cette substance nécessaire » a-t-elle déclaré aux agriculteurs lors de la Journée des agriculteurs allemands en juin. Mais Merkel pourrait avoir du mal à tenir cette promesse dans un éventuel gouvernement de coalition avec les Verts pro-environnement.

Quoi qu’il en soit, les agriculteurs européens seraient bien avisés d’envisager le sort de Jack McCall dont la veuve Teri est l’une des plaignantes aux États-Unis. Le fermier californien pulvérisait Roundup dans ses vergers depuis des décennies où il était souvent accompagné d’un fidèle compagnon : son chien Duke. Duke est mort d’un lymphome. McCall est mort d’un lymphome non hodgkinien quelques années plus tard.

Traduit de l’allemand par Christopher Sultan

Source: http://www.spiegel.de/international/world/monsanto-papers-reveal-company-covered-up-cancer-concerns-a-1174233.html

Traduction Lucy Pitt.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here