Autrefois, la classe moyenne la plus importante et la plus dynamique de l’histoire du monde était présente aux Etats-Unis. Mais elle est à présent en train de s’éroder progressivement. Elle est devenue une minorité pour la première fois en 2015. Tout récemment, j’ai écrit au sujet d’une nouvelle enquête qui montrait que 78% de tous les travailleurs à temps plein aux États-Unis vivaient en attendant la paye une majeure partie du temps. Mais la plupart des gens veulent encore vivre le rêve américain et s’endettent énormément pour tenter désespérément de vivre cette vie « idéalisée ».

Selon les derniers chiffres de la Réserve fédérale américaine, le ménage américain moyen est endetté de 137 063 $.

Pourtant, le U. S. Census Bureau rapporte que le revenu médian des ménages n’était que de 59 039 $ l’an dernier, ce qui suggère que de nombreux Américains vivent au-dessus de leurs moyens.

En tant que nation, nous sommes complètement endettés. Les consommateurs américains ont maintenant une dette globale de près de 13 milliards de dollars et beaucoup d’entre eux vont littéralement passer le reste de leur vie à rembourser leurs dettes.

Au cours des deux dernières décennies, le coût de la vie a augmenté beaucoup plus rapidement que les chèques de paie, ce qui a mis à rude épreuve les familles de travailleurs. On nous dit que nous sommes dans un « environnement de faible inflation » mais ce n’est tout simplement pas vrai du tout

Les frais médicaux ont augmenté de 57 % depuis 2003 tandis que les frais de nourriture et de logement ont augmenté de 36 % et 32 %, respectivement. L’augmentation des dépenses de base pourrait creuser l’écart d’inégalité en Amérique car un quart des Américains gagnent moins de 10 $ de l’heure.

Maîtriser nos coûts de santé est l’une des choses les plus importantes que nous devons faire. Comme je l’ai dit l’autre jour, certaines familles ont vu leurs primes d’assurance-maladie plus que tripler depuis qu’Obamacare est devenu loi.

Alors que le coût de la vie continue d’augmenter, un nombre croissant de jeunes découvrent que la seule façon de joindre les deux bouts est de vivre avec ses parents. Par conséquent, le pourcentage d’adultes âgés de 26 à 34 ans qui vivent chez leurs parents a continué d’augmenter même après la fin de la dernière récession…

La part des enfants du millénaire qui vivent avec leurs parents continue d’augmenter soulignant les obstacles persistants auxquels se heurtent les Américains qui sont entrés sur le marché du travail pendant et après la Grande Récession.

Environ 20 % des adultes âgés de 26 à 34 ans vivent avec leurs parents ou d’autres membres de la famille, un chiffre qui a augmenté régulièrement au cours de la dernière décennie et qui est passé à 27 % en 2012, selon une analyse des données du Census Bureau par Trulia, une société de recherche immobilière.

59,8 % des plus jeunes enfants du millénaire (18 à 25 ans) vivent maintenant avec leurs parents et, dans l’ensemble, un record historique de 38,4 % de tous les enfants du millénaires vivent actuellement avec leur famille.

Si tant de nos jeunes sont incapables de vivre le rêve américain, à quoi ressemblera l’avenir de ce pays?

Les consommateurs ne sont pas les seuls à avoir du mal à joindre les deux bouts. L’endettement des entreprises a doublé depuis la dernière crise financière. Il atteint aujourd’hui un niveau record de 8,7 trillions de dollars

Alimentée par la faiblesse des taux d’intérêt et l’appétit marqué des investisseurs, la dette des sociétés non financières a augmenté rapidement pour atteindre 8,7 trillions de dollars, ce qui équivaut à plus de 45 % du PIB, selon David Ader, chef de la stratégie macroéconomique chez Informa Financial Intelligence.

Selon la Réserve fédérale, l’encours de la dette non financière des sociétés a augmenté de 1 000 milliards de dollars en deux ans.

« Tout va bien jusqu’à ce que ce ne soit plus le cas » dit Ader. « On n’a pas à s’inquiéter de ça tant qu’on ne subit pas un ralentissement et que les bénéfices ne diminuent pas. »

Et n’oublions pas la dette publique. Les gouvernements des États et les administrations locales de l’ensemble du pays ont accumulé des montants records d’endettement et la dette du gouvernement fédéral a presque doublé au cours de la dernière décennie.

Mais le fait que nous soyons maintenant endettés d’une dette de 20 trillions de dollars en tant que nation ne dit pas tout. Selon Larry Kotlikoff, professeur à l’Université de Boston, le gouvernement fédéral va faire face à un déficit fiscal de 210 trillions de dollars au cours des 75 prochaines années….

Nous avons toutes ces dettes non officielles qui sont énormes par rapport à la dette publique. Nous nous concentrons uniquement sur la dette officielle alors nous essayons d’équilibrer les mauvais comptes…

Si vous additionnez toutes les promesses qui ont été faites en ce qui concerne les obligations de dépenses, y compris les dépenses de défense, et que vous soustrayez toutes les taxes que nous prévoyons de percevoir, la différence est de 210 trillions de dollars. Voilà l’écart fiscal. C’est notre véritable dette.

Nous avons été le pays le plus riche et le plus prospère de l’histoire de la planète mais cela n’a jamais été bon pour nous.

Nous avons toujours dû avoir plus et c’est pourquoi nous avons été les plus endettés de l’histoire de l’humanité.

Aujourd’hui, le jour des comptes approche à grands pas et ceux qui pensent que nous pouvons échapper aux conséquences de nos actes sont inconscients.

Michael Snyder est un candidat républicain au Congrès dans le premier district du Congrès de l’Idaho, et vous pouvez apprendre comment vous pouvez participer à la campagne sur son site Web officiel. Son nouveau livre intitulé « Living A Life That Really Matters » est disponible en livre de poche et pour le Kindle sur Amazon.com.

Traduction PFC Francophone.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here