Des preuves montrant que la flambée de la PESTE en Afrique est une arme biologique de dépopulation artificielle

“Des milliers de personnes ont été infectées et plus de 143 sont aujourd’hui déclarées mortes suite à la flambée de la peste qui menace maintenant l’Afrique” rapporte le Daily Mail du Royaume-Uni. “Les responsables de la santé publique ne sont pas certains du début de l’épidémie de cette année. Les experts avertissent que la maladie se propage plus rapidement dans les zones très peuplées.”

N’est-il pas intéressant de constater que, tout comme le Prince William appelle à des “efforts urgents de dépopulation” en Afrique, nous assistons soudainement à la propagation rapide de la peste d’origine inconnue ? Comme Natural News l’a déjà rapporté, le Prince William semble pousser à des efforts de dépopulation à travers l’Afrique au nom de l’environnementalisme :

“La croissance rapide de la population humaine en Afrique devrait plus que doubler d’ici 2050 soit une augmentation vertigineuse de trois millions et demi de personnes par mois” a expliqué le Prince William lors d’un événement organisé récemment par le Tusk Trust, un organisme caritatif voué à la protection de la faune sauvage africaine.

Selon The Telegraph, le Prince William a poursuivi : “L’urbanisation, le développement des infrastructures, la culture – toutes des bonnes choses en soi mais elles auront un impact terrible si nous ne commençons pas à planifier et à prendre des mesures dès maintenant.

Vous voulez éliminer les noirs ? Il suffit de relâcher une arme “souche” et de blâmer Mère Nature

Quel est le moyen le plus rapide et le plus facile pour les globalistes d’éliminer les populations humaines ciblées ? Relâchez une maladie infectieuse comme d’une arme et laissez-la se propager d’une ville à l’autre tout en en profitant pour renforcer le financement gouvernemental de l’industrie des vaccins et de l’industrie pharmaceutique. C’est bien sûr une forme de génocide médical.

Pourtant, comme nous l’avons vu à maintes reprises, il est maintenant confirmé que les vaccins et les produits pharmaceutiques sont couramment utilisés pour détruire les populations ciblées plutôt que de sauver leur vies. Pas plus tard que la semaine dernière, par exemple, la publication d’un article scientifique a fait l’effet d’une bombe. Il documente la présence d’une substance chimique secrète contre l’infertilité dans les vaccins administrés dans les pays africains.
Selon Vaccins.news:

[A] un article scientifique qui a fait de grands échos a vu le jour et confirme l’utilisation de produits chimiques de stérilisation clandestins dans les vaccins de l’Organisation mondiale de la santé déployés en Afrique. Intitulé “HCG Found in WHO Tetanus Vaccine in Kenya Raises Concern in the Developing World” (De l’HCG retrouvé dans les vaccins contre le tétanos de l’OMS donné au Kenya soulève des inquiétudes dans les pays en voie de développement), ce document documente le déploiement clandestin d’un produit chimique d’infertilité dans des vaccins administrés à de jeunes femmes noires au Kenya.

… [A] le programme de dépeuplement clandestin est administré par l’Organisation mondiale de la santé et cible les Africains en vue de leur extermination par des produits chimiques d’infertilité administrés sous couvert de “vaccins”. Notamment des produits chimiques administrés sans le consentement éclairé de femmes qui se l’injectent. En fait, on ment délibérément aux femmes et on leur dit que les injections ont pour but de “protéger leur santé” mais la vraie raison des injections est d’exterminer les Noirs au nom de la “science” et de la “médecine”.

En d’autres termes, les gouvernements locaux ont dit aux jeunes femmes africaines qu’elles avaient besoin de ces injections de vaccins pour leur propre santé et leur propre sécurité. Mais le véritable objectif était de faire en sorte que leur corps tue leurs propres bébés à naître dans le cadre d’un programme de dépeuplement mondial. L’Afrique a été choisie à maintes reprises comme terrain d’essai pour tester des souches virales et bactériennes de dépeuplement militarisées, ce qui explique en partie pourquoi tant de maladies mortelles et hyper-agressives se propagent en Afrique.

(Sous-titres disponibles en français : Cliquez CC; si ce n’est pas en français : allez dans Paramètres et cliquez Sous-titres et pour changer la langue cliquez Généré automatiquement, vous aurez un vaste choix de langue)

https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=SMNFQ4tLRFc

Un scientifique africain avoue que le département américain de la Défense a fabriqué le foyer d’Ebola de 2014

N’oubliez jamais que l’épidémie d’Ebola de 2014 a eu lieu en Afrique, et à ce jour, il y a d’énormes questions sur comment savoir si le département américain de la Défense a fabriqué/armé cette souche Ebola. Le Dr Cyril Broderick, professeur de phytopathologie, a écrit en 2014 qu’il croit qu’Ebola a été fabriqué et délibérément libéré en Afrique sous forme de souche virale militarisée.

Son article, paru à l’origine dans The Liberian Observer, a par la suite été censuré à partir de ce site Web. Cependant, vous pouvez trouver son article original sur InfiniteUnknown.net ou chercher “Ebola militarisé” sur GoodGopher.com.

Soutenant davantage la notion d’une libération d’Ebola comme d’une arme en Afrique, le professeur Jason Kissner écrit en 2014 :

Nous pouvons maintenant être extrêmement confiants que le gouvernement américain ment, à maints des égards, au sujet de la dernière flambée d’Ebola et pas seulement parce qu’il ment sur presque tout ce qui a des conséquences politiques. Cet article montre qu’il y a des raisons impérieuses de croire qu’on nous dit trois gros mensonges au sujet d’Ebola. Il offre également une explication simple, rationnelle mais dérangeante qui expose très bien les trois mensonges. L’explication suppose que la flambée actuelle d’Ebola consiste en un acte de bio-terrorisme lié aux États-Unis.

Le gouvernement américain a BREVETE Ebola en 2010 et revendique la propriété du sang des victimes d’Ebola

En confirmant les origines des armes biologiques d’Ebola, nous savons également que la “réponse vaccinale extrêmement rapide” en 2014 a été complètement planifiée. De plus, nous savons également que le gouvernement américain a breveté la souche actuelle d’Ebola en 2010 prouvant ainsi qu’il s’agissait d’une invention. Les vaccins d’Ebola avaient déjà été mis au point avant l’éclosion puis rapidement déployés en une “réaction” progressive à la propagation de la souche virale. Tel que documenté dans Natural News :

Le jour même où le fabricant de vaccins GlaxoSmithKline se voit infliger une amende de 490 millions de dollars par les autorités chinoises pour avoir dirigé un programme de corruption illégale en Chine, les médias annoncent le lancement “étonnant” d’essais humains pour un vaccin Ebola.

Devinez qui fabriquera ce vaccin une fois qu’il sera blanchi à la chaux et estampillé ? GlaxoSmithKline, bien sûr. La même compagnie qui a également admis avoir un réseau de corruption criminelle massive aux États-Unis où des crimes étaient régulièrement commis pour acheminer de l’argent à plus de 40 000 médecins qui refilaient des médicaments d’ordonnance dangereux aux patients.

C’est la compagnie qui est maintenant – aujourd’hui! – en train d’injecter un vaccin expérimental Ebola à 60 “volontaires”. Normalement, il faudrait des années d’essais chez l’homme avant qu’un vaccin complètement nouveau ne soit approuvé ” rapporte la BBC. “Mais l’urgence de la flambée d’Ebola en Afrique de l’Ouest est telle que ce vaccin expérimental est suivi à une vitesse étonnante.”

Oui, c’est étonnant parce que c’est impossible.

Comme n’importe quel virologue spécialisé en vaccination le sait déjà, le passage d’une infection sauvage d’Ebola à un vaccin fabriqué prêt pour des essais chez l’homme ne peut tout simplement pas se faire en l’espace de quelques semaines ou de quelques mois. Apparemment, nous devons tous croire qu’un miracle scientifique spontané a maintenant eu lieu – un acte littéralement magique du vaccin – qui a permis à l’industrie criminelle du vaccin de sauter les étapes fastidieuses de la R&D et de créer un vaccin prêt pour les essais humains simplement en agitant une baguette magique.

L’explication la plus probable, bien sûr, est que tout cela a été écrit à l’avance : la flambée épidémique, l’appel à l’aide international, la flambée du prix des actions de Tekmira (qui a reçu des investissements financiers de Monsanto), l’appel urgent pour un vaccin et maintenant la disponibilité spontanée d’essais de vaccins humains. Tout est magnifiquement scénarisé du début à la fin mieux qu’une tragédie shakespearienne sur la scène internationale.

Les “héros” de ce théâtre ont été prédestinés à être des compagnies pharmaceutiques et des vaccins. Il est déjà écrit dans le texte que les vaccins seraient annoncés comme des miracles de la science moderne qui sauveraint des vies même s’ils infectent les gens et causent des dommages généralisés comme c’est le cas aujourd’hui pour les jeunes filles en Colombie qui sont hospitalisées en masse après s’être fait vacciner contre le VPH.

Les antibiotiques de l’OMS infecté avec des produits chimiques causant l’infertilité ?

L’épidémie de peste en Afrique sera bien sûr combattue par une vague de “traitements” antibiotiques pour les citoyens. D’où viennent ces antibiotiques ? L’Organisation mondiale de la santé, bien sûr… le même groupe de dépopulation infâme qui a secrètement injecté des produits chimiques de stérilisation dans les vaccins de l’Afrique comme le confirme maintenant un article scientifique publié.

“La souche [de la peste] peut être guérie avec des antibiotiques. L’argent de l’OMS servira à payer le personnel médical supplémentaire, la désinfection des bâtiments et le carburant pour les ambulances ” rapporte le Daily Mail britannique. En d’autres termes, l’OMS va mener une campagne de médicaments de masse pour distribuer des antibiotiques à un plus grand nombre d’Africains. C’est l’occasion idéale pour l’OMS d’injecter dans les antibiotiques des produits chimiques contre l’infertilité. Cela lui permettra d’atteindre son objectif de provoquer des avortements spontanés, des fausses couches et l’infertilité chez les jeunes femmes africaines.

Selon les rapports, l’OMS s’est engagée à verser 5 millions de dollars à cet effort. Cet argent, bien sûr, sera mis à profit pour distribuer des antibiotiques infectés au plus grand nombre possible de jeunes femmes africaines le tout, au nom de la “santé publique”.

Résumé des premiers éléments de preuve indiquant la probabilité que la peste ait été conçue comme une arme de dépeuplement

  • Le moment où la peste se propage en même temps que les globalistes comme le prince William appellent au dépeuplement à travers l’Afrique.
  • La pression continue pour le dépeuplement en tant que récit “climatique” qui prétend que les populations humaines doivent être réduites pour sauver la planète.
  • La prise de conscience du fait que l’explosion démographique actuelle de l’Afrique en fait la cible prioritaire des efforts de dépopulation du gouvernement.
  • La probabilité que le gouvernement américain ait été profondément impliqué dans l’essai d’Ebola quant à son efficacité de dissémination comme arme biologique virale en Afrique.
  • L’histoire des vaccins, des armes biologiques et des produits pharmaceutiques expérimentaux testés régulièrement dans les pays africains.
  • Le fait que l’OMS ait déjà été surpris en train d’injecter dans les vaccins africains des produits chimiques contre l’infertilité.
  • Le fait que l’OMS financera les efforts de distribution d’antibiotiques en réponse à l’épidémie de peste (ce qui leur donne la chance parfaite d’injecter dans les antibiotiques des produits chimiques contre l’infertilité).
  • L’énorme manne financière que les sociétés pharmaceutiques et les sociétés de vaccins ont pu tirer d’une telle flambée (et la panique médiatique qui a suivi). En d’autres termes, chaque foyer de maladie a une longue liste de bénéficiaires qui profitent de la maladie.

L’eugénisme médical et la célébration des “succès” du dépeuplement

Finalement, l’OMS sera applaudie. L’industrie pharmaceutique sera proclamée sauveur et les gouvernements déclareront victoire alors qu’une autre éclosion est maîtrisée par ce qu’on nous dit être un progrès médical fondé sur la science qui sauve des vies. Pourtant, la vérité la plus profonde que nous n’ayons jamais dite, c’est que ces mêmes organisations et cartels de la drogue s’efforcent d’atteindre les objectifs de dépopulation mondiale par tous les moyens nécessaires… même si cela signifie provoquer délibérément une flambée épidémique de sorte qu’ils puissent exploiter la panique publique pour fournir plus de produits chimiques contre l’infertilité à un plus grand nombre de Noirs.

Si vous ne réalisez pas encore comment les Noirs sont systématiquement visés pour l’extermination sur notre planète, vous ne connaissez pas la véritable histoire de la science et de la médecine. Je couvre les cinq vecteurs de l’extermination planifiée basée sur l’eugénisme dans cette conférence vidéo époustouflante qui est un “must watch” pour toutes les personnes d’ascendance africaine.

Source: https://www.naturalnews.com/2017-11-11-evidence-mounts-that-plague-outbreak-in-africa-is-an-engineered-depopulation-bioweapon.html

Traduction PFC Francophone.

1 réflexion au sujet de “Des preuves montrant que la flambée de la PESTE en Afrique est une arme biologique de dépopulation artificielle

  1. Assassins de masse ! Le tout est de savoir quoi faire avant qu’il ne soit trop tard. Pourquoi nos hommes politiques AFRICAINS, nos médias AFRICAINS n’en parlent pas ? Sont ils complices de cet énorme complot contre les africains ? Ils n’ont pas fini des arabes qu’ils s’attaquent aux africains. Bien sûr, tout restera sans suite car c’est “la race supérieur” qui mène le jeu. Révoltez vous frères africains. En plus, vous êtes forts et résistants par la grâce de DIEU.

Laisser un commentaire