Le lobby d’Israël est lentement mis en lumière

Le scandale entourant Priti Patel, qui a été contraint de démissionner de son poste de ministre britannique de l’aide internationale la semaine dernière après des réunions secrètes avec des responsables israéliens au cours de “vacances familiales”, offre une petite fenêtre opaque sur le puissant lobby israélien du Royaume-Uni.

Les réunions informelles de Patel avec 12 Israéliens dont le premier ministre Benjamin Netanyahu ont été organisées par un lobbyiste britannique en violation des règles gouvernementales exigeant une documentation soignée des réunions officielles. Cela vise à prévenir les conflits d’intérêts et le lobbying illicite des puissances étrangères.

Le protocole gouvernemental a de nouveau été bafoué lorsque Patel s’est rendue sur les hauteurs du Golan, territoire syrien occupé, escortée par l’armée israélienne. On lui a montré un hôpital militaire israélien de campagne qui soigne les Syriens et aussi les combattants affiliés à Al-Qaïda blessés lors de la guerre civile en Syrie.

Par la suite, Patel a fait pression pour que l’armée israélienne, l’une des plus puissantes au monde, reçoive une partie de l’aide britannique à l’étranger. Entre-temps, elle a cherché à réduire l’aide aux Palestiniens comprenant des projets vitaux à Gaza. La figure de Stuart Polak, mentor lors de ses “vacances” israéliennes, donne un indice sur la manière dont elle a atteint les priorités “humanitaires” aussi absurdes.

Le président honoraire de Conservative Friends of Israel (Les amis conservateurs d’Israël), Lord Polak, a recruté les quatre cinquièmes des députés conservateurs et presque tous les ministres du gouvernement au sein d’un groupe dont le but explicite est de promouvoir les intérêts israéliens en Grande-Bretagne. Le Premier ministre, Theresa May, est considéré comme l’un des plus ardents partisans d’Israël en Europe.

Cela devrait être une cause d’indignation publique – aucun autre État étranger ne jouit d’un appui politique aussi inébranlable et de haut niveau.

Une autre fenêtre sur l’ingérence d’Israël s’est ouverte brièvement la semaine dernière. La rédactrice en chef politique de la BBC, Laura Kuenssberg, s’est rendue sur Twitter pour relayer un commentaire accablant d’un membre sans nom “senior” du parti de Patel. Dans une référence claire à Israël, la source a observé : “L’ensemble de l’appareil a fermé les yeux sur une relation corrompue qui permet à un pays d’acheter un accès”.

Peu de temps après, probablement sous pression, Kuenssberg supprima le tweet. La BBC n’a pas rapporté ce commentaire ailleurs et les hauts conservateurs n’ont pas osé le rendre public. Telle est, semble-t-il, l’influence intimidante et corrompue du lobby.

Il y a plus d’une décennie, deux éminents universitaires américains écrivirent une étude sur le rôle du lobby israélien aux États-Unis, patron en chef d’Israël depuis un demi-siècle. Ce fut un signe de l’influence du lobby que John Mearsheimer et Stephen Walt ne purent trouver aucun éditeur chez eux. Ils durent se tourner vers la presse britannique.

La force du lobby israélien dans les capitales occidentales dépend précisément de sa capacité à rester hors de vue. Parler simplement du lobby est le risque est d’être accusé de perpétuer les excès antisémites des cabales juives.

Mais Mearsheimer et Walt décrivirent un type de groupe de pression familier aux Etats-Unis – et de plus en plus présent dans les capitales européennes. Tout le monde, depuis Cuba jusqu’aux assureurs maladie et aux fabricants d’armes, exerce des pressions agressives à Washington pour défendre leurs intérêts.

Ce qui est spécial dans le lobby israélien aux Etats-Unis – un amalgame d’organisations juives fauves et d’évangéliques chrétiens messianiques -, c’est la peur qu’il exploite pour faire taire les critiques. Personne ne veut être qualifié d’antisémite.

Rarement identifié ou tenu de rendre des comptes, le lobby a enraciné son pouvoir.

C’est ce dont l’héritier du trône britannique, le prince Charles, parlait il y a trois décennies – même s’il l’avait identifié à tort comme un lobby “juif” plutôt qu’israélien – dans une lettre oubliée trouvée dans les archives publiques et rendue publique le week-end dernier.

“Un président américain doit-il avoir le courage de se lever et de s’attaquer au lobby juif des Etats-Unis ? Je dois être naïf, je suppose” écrivait-il à un ami de la famille en 1986.

Aujourd’hui, comme l’illustrent les événements récents, le lobby peine à rester dans l’ombre. Les médias sociaux et les Palestiniens équipés de téléphones à caméra ont exposé un auditoire mondial à des abus systématiques de l’armée israélienne que les médias occidentaux ont largement ignorés. Pour la première fois, les partisans d’Israël sont évasifs et dissemblables.

Pendant ce temps, les efforts stridents de Netanyahou au Congrès américain jusqu’en 2014 et 2015 pour empêcher un accord nucléaire avec l’Iran ont entraîné le lobby encore plus loin dans la lumière.

Les sales tours du lobby israélien au Royaume-Uni ont également été dévoilés plus tôt cette année. Un documentaire télévisé d’Al Jazeera a montré des responsables du parti conservateur en collusion avec l’ambassade israélienne pour “démanteler” Alan Duncan, un ministre des Affaires étrangères qui soutient la cause palestinienne.

Il est à noter que la chute de Mme Patel a été causée par les médias sociaux. Les responsables israéliens, comme le ministre de la police Gilad Erdan, n’avaient pas l’habitude d’examiner la situation de près ou de rendre des comptes. A tel point qu’ils tweetaient joyeusement des photos de lui avec Patel. Erdan est un acteur clé dans le lobby dirigeant une “unité de dénigrement” pour cibler les critiques d’Israël à l’étranger.

Nous ne saurons peut-être jamais pourquoi Patel a si grossièrement bafoué les règles ministérielles ou ce qu’elle a discrètement promis lors de ces réunions en Israël. Ses collègues ont laissé entendre que, selon un schéma familier de la politique américaine, elle espérait gagner le lobby ainsi que de riches donateurs pour une future candidature à la direction.

Il n’y a aucun moyen de savoir, compte tenu du penchant du lobby pour le secret, si Patel s’est tout simplement montré moins habile à marcher sur une voie tracée par d’anciens espoirs des dirigeants conservateurs et du Parti travailliste. Mais il est également possible que le lobby découvre que les changements dans l’environnement politique et culturel rendent son travail beaucoup plus difficile.

Il y a une hystérie croissante à propos de l’ingérence étrangère dans la politique américaine et européenne. N’est-il pas temps que les États occidentaux se préoccupent autant de l’influence malveillante des lobbyistes israéliens que des pirates informatiques russes ?

Une version de cet article a été publiée pour la première fois dans le National, Abu Dhabi.

Source : https://www.counterpunch.org/2017/11/14/israel-lobby-is-slowly-being-dragged-into-the-light/

Traduction PFC Francophone.

Laisser un commentaire