Israël & Palestine : les cartes disent la vraie histoire

La vérité, c’est que loin d’être la pauvre victime comme elle aime se présente, Israël est en fait la nation la plus agressive et belligérante de la région ayant envahi pratiquement tous ceux avec qui elle partage une frontière.

Les cartes suivantes montrent qui fait sortir qui de la carte !

La carte ci-dessus est celle d’Israël telle qu’elle a été créée par la première déclaration de l’ONU en 1947. La partie bleue est Israël, le reste, des terres arabes. Il est à noter que Jérusalem se trouvait entièrement dans les terres arabes et Israël était beaucoup plus petit qu’aujourd’hui. Notez également qu’il n’y a AUCUNE présence israélienne à l’intérieur de la zone entourant Jérusalem. Pas de règlements, certainement pas d’IDF (Forces de Défense Israëlienne). Le carré rouge représente la région approximative indiquée sur la carte de droite.C’est Israël tel qu’elle est aujourd’hui. Notez que la frontière occidentale de la Palestine a été repoussée jusqu’à Jérusalem. Une telle confiscation de terres n’est PAS le résultat d’un acte défensif mais d’une invasion pour placer Jérusalem sous contrôle israëlien. Même si Jérusalem ne faisait pas partie d’Israël à l’origine. Les cartes racontent clairement l’histoire d’un Israël conquérant des terres qui ne lui appartiennent pas. Depuis que Sharon est arrivée au pouvoir, Israël a construit d’autres colonies juives illégales sur des terres palestiniennes. Notez sur la carte ci-dessus que la majorité des terres qui étaient à l’origine des terres arabes au moment de la création d’Israël sont maintenant sous contrôle israélien complet (bleu foncé) ou partiel (vert). Seules les zones noires restent aux Palestiniens et celles-ci diminuent de minute en minute.
(Légende : The Jewish State: L’état Juif/ Palestinian land : terre palestinienne/ Zionist land : terre zioniste)
Comment une action défensive peut-elle mener à la conquête totale des terres d’autrui ? La réponse est que ce n’est pas le cas. Israël est l’agresseur. Les cartes d’Israël d’alors le prouvent. 

(Comment vous sentiriez-vous ?)

Arrêtez d’acheter ce que Sharon prétent comme ce qu’Israël “doit faire”. Regardez ce qu’Israël a réellement fait. Les cartes racontent l’histoire d’une nation désireuse de conquérir des terres qui ne lui appartiennent pas. Israël a envahi pratiquement toutes les nations avec lesquelles elle partage des frontières, y compris la Syrie et le Liban, et comme le montre la carte ci-dessus, elle a presque conquis la Palestine et est prêt à “nettoyer ethniquement” la région. Loin d’être la société pauvre et victimisée qui se défend désespérément, Israël aime à prétendre qu’elle l’est pour arracher plus d’argent aux Américains. Israël est en fait la nation militairement la plus agressive de la région.

Israël a TOUJOURS dépeint les non-Israéliens comme des animaux afin de faciliter la tâche aux contribuables américains qui paient les armes et acceptent leur mise à mort. Et Israël a toujours eu recours à des attentats terroristes à la bombe pour faire avancer son programme, comme l’affaire Lavon et, plus récemment, lorsqu’un soi-disant kamikaze s’est avéré être un collaborateur israélien connu. Dans un cas récent, des photos ont montré que ce qui a été signalé comme une bombe suicide à Jérusalem était en fait une voiture piégée.

Aujourd’hui encore, les médias israéliens admettent que personne (à part le soi-disant poseur de bombes) n’a été blessé dans ce dernier attentat. Maintenant, est-ce qu’un vrai kamikaze anti-israélien, capable de choisir où et quand la bombe doit exploser, choisirait-il vraiment de faire exploser la bombe quand il n’y a personne autour, endommageant SEULEMENT les bâtiments ?

Donc, si l’on vous ment au sujet des bombardements de Jérusalem, et avec l’utilisation passée par Israël de la tromperie, voire de la FIERTE, comme d’un outil à utiliser contre ses amis et ses ennemis, il est temps de se pencher à nouveau sur le fait que toutes les nations de la Terre, à l’exception des États-Unis, s’opposent à ce qu’Israël est en train de faire.

Vous savez, si les États-Unis voulaient VRAIMENT la paix en Palestine, tout ce qu’ils auraient à faire, c’est d’arrêter de signer les chèques qui paient la machine de guerre d’Israël.

“Chaque fois que nous faisons quelque chose, vous me dites que l’Amérique fera ceci et cela… Je vais vous dire quelque chose de très clair : ne vous inquiétez pas de la pression américaine sur Israël. Nous, le peuple juif, contrôlons l’Amérique et les Américains le savent.”
Premier ministre israélien, Ariel Sharon, 3 octobre 2001.

PALESTINE HISTORIQUE

Une autre affirmation qu’Israël aime faire est que la Palestine n’a jamais vraiment existé au départ.

“Comment pouvons-nous restituer les territoires occupés ? Il n’y a personne à qui les donner.” Golda Maier, 8 mars 1969.

“Les Palestiniens n’ont jamais existé.” Golda Maier Premier ministre israélien 15 juin 1969

Oh ?

 

(Carte postale de Golda Meir reconnaissant la Palestine

“Une carte postale écrit à la main par Golda Meir and estampillé en Egypte en 1930. Elle adresse la carte postale à Shoshana Golotcinskit au P.O. Box 303 à Tel-Aviv Palestine.”)

Le peuple entendra et craindra; la tristesse s’emparera des habitants de la Palestine. Exode 15:14

Ne te réjouis pas, Palestine, parce que la verge de celui qui t’a frappé est brisée; car de la racine du serpent sortira une cockatrice et son fruit sera un serpent volant enflammé. Isaïe 14:29

Crie, ô porte, crie, ville ! Toi, Palestine, l’art dissous, car il viendra du nord une fumée et personne ne sera seul en son temps. Isaïe 14:31

Oui, et qu’est-ce que vous avez à voir avec moi, ô Tyr, Zidon et toutes les côtes de la Palestine ? et si vous me rétribuez, je vous rendrai rapidement et promptement votre rétribution sur votre propre tête; — Joël 3:4

Encore une fois, les cartes racontent une autre histoire.


Carte de la Palestine ca. 1851

Carte de la Palestine ca. 1864

Carte de la Palestine ca. 1866

Carte de Laurence d’Arabie montrant la Palestine ca. 1918

Carte de la Palestine ca. 1887

Carte de la Palestine ca. WW1

Carte de la Palestine ca. WW1 (detail)

Carte de la Palestine ca. WW2

Carte de la Palestine ca. WW2 (detail)


Carte d’un monde inconnu, 43AD (Oh, regarde ! la Palestine !)


Carte de l’Empire Ottoman, 1920.


Carte du National Geographic de la Palestine, 1947.


[youtube https://www.youtube.com/watch?v=8dkdGgRaqWM]

MISE À JOUR : YouTube a supprimé la vidéo originale, qui n’est qu’une simple récitation du texte ci-dessous, en raison de violations des “Conditions d’utilisation”. La vidéo ci-dessus est un miroir bien que de moindre qualité.

On peut imaginer qui s’est plaint et pourquoi ! La vidéo peut également être visionnée ou téléchargée ici.


Film des frères Lumière sur la Palestine tourné en 1896 !

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=1vaIK8wlAl0]


(Ma rose de Palestine)

Couverture musicale de 1917.

Couverture musicale de 1920.


Couverture musicale des années 1920.


Couverture musicale de 1917-1922.
Eddie Cantor chante la chanson ci-dessus (mp3)


Cliquer pour une image plus large

  
Cliquer pour une image plus large

Timbres de Palestine de la collection de Théodore S. Cole


Cartes postales de Palestine


Les filles Nahalal s’entraînent à la ferme – Le verso de la carte dit “Imprimé en Palestine.”


Université hébraïque – Le verso de la carte dit “Imprimé en Palestine.”



Couvercle d’égouts en Palestine vers 1930


Guide du Bureau de poste de Palestine, 1933

Voir aussi “Géographie descriptive et brève esquisse historique de la Palestine par le rabbin Joseph Schwarz, 1850“.


La Déclaration de Balfour (soulignement ajouté).

Ministère des Affaires étrangères
2 novembre 1917

Cher Lord Rothschild,

J’ai le grand plaisir de vous transmettre, au nom du Gouvernement de Sa Majesté, la présente déclaration de sympathie à l’égard des aspirations sionistes juives qui a été soumise au Cabinet et approuvée par celui-ci.

“Le Gouvernement de Sa Majesté est favorable à l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif et fera tout ce qui est en son pouvoir pour faciliter la réalisation de cet objectif étant clairement entendu que rien ne doit être fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existantes en Palestine, ou aux droits et au statut politique dont jouissent les Juifs dans tout autre pays.”

Je vous serais reconnaissant de bien vouloir porter cette déclaration à la connaissance de la Fédération sioniste.

Sincèrement vôtre,
Arthur James Balfour

La Déclaration de Balfour (emphasis added).

 


Young turks_grand serai_jaffa 

Jaffa, Palestine : Les Palestiniens se réunissent au Grand Serai (bureaux du gouvernement local) en juillet 1908 pour célébrer la Révolution al-Hurriyah (c’est-à-dire la Révolution des jeunes Turcs) contre le sultan Abdul Hamid en faveur du rétablissement de la Constitution et de la tenue d’élections législatives. (via Walid Khalidi, Avant leur diaspora).

Jaffa beach front_pre1914 

Jaffa, Palestine : Vue générale de la ville depuis la mer vers l’est, avant 1914. (Collection Maton, 1898-1914).

Jaffa clock tower pre1914Jaffa, Palestine : Scène de rue dans la vieille ville à côté de la fameuse tour de l’horloge de Jaffa, avant 1914 (Collection Matson). 

The bazaar in jaffa 1896Jaffa, Palestine : Le bazar de 1896.

Jaffa and its orange groves pre-1914 Jaffa, Palestine : Vue générale de Jaffa et de ses orangeraies, plein sud; avant 1914. (Matson Collection)

Harvesting jaffa oranges Jaffa, Palestine : Cueillette des oranges. (Matson Collection)

Sorting jaffa oranges 1920s Jaffa, Palestine : Triant et emballant des agrumes, années 1920.

Packing jaffa oranges Jaffa, Palestine : Oranges emballées pour la vente. (Matson Collection). 

Jaffa oranges for export Jaffa, Palestine : Oranges Jaffas en boîte chargées pour l’exportation, début des années 1920. Les oranges Jaffa étaient les principales exportations palestiniennes. Après 1948, les orangeraies nationalisées de Jaffa et les marchés établis pour leurs produits ont constitué la principale source de revenus du nouvel État d’Israël.

Al-Ameiryah High School_staff Jaffa, Palestine : Le personnel de l’école secondaire publique pour garçons (al-Ameiryah High School) en 1923. Salim Katul, auteur d’une série de manuels en arabe sur les sciences naturelles, est assis au centre.
.

Orthodox elementary school_jaffaJaffa, Palestine : Élèves de l’école primaire à l’École orthodoxe chrétienne nationale (1938).

Jaffa secondary school Jaffa, Palestine: Classe de menuiserie à l’école secondaire publique pour garçons, 1924. L’inscription au-dessus de la porte dit : “Les moins dignes d’entre vous sont les moins érudits”.

Orthodox school band_jaffaJaffa, Palestine : La bande de l’école orthodoxe chrétienne nationale (1938)

Syria/Palestine Border 1938Frontière Syrie/Palestine, 1938

Al-Ameiryah boy scoutsJaffa, Palestine : Louveteaux loups et scouts avec équipement de camping à l’école secondaire publique pour garçons, 1924.

Jaffa high school soccer team Jaffa, Palestine : L’école secondaire publique pour garçons du secondaire d’abord XIe (Football) en 1923.

Jaffa demonstration 1933Jaffa, Palestine : Les Palestiniens manifestent sur la place centrale de Jaffa contre les plans du gouvernement britannique d’augmenter l’immigration sioniste en Palestine, 27 octobre 1933.

Musa Pasha KathemJaffa, Palestine : Le 27 octobre 1933, lors d’une manifestation contre la politique britannique en matière d’immigration sioniste en Palestine, des soldats britanniques assaillent le dignitaire palestinien Musa Kazim Pacha al-Husseini. Musa Kazim Pacha al-Husseini mourut six mois plus tard, le 27 mars 1934, à l’âge de quatre-vingt-et-un ans, n’ayant jamais récupéré des effets de cette raclée. (via Walid Khalidi, Avant leur diaspora).

Arab revolt_jaffa demo 1936Jaffa, Palestine : Le début de la révolte arabe de 1936-1939. La police anti-émeute britannique s’affronte avec des manifestants palestiniens protestant contre les politiques pro-sionistes britanniques (en particulier l’augmentation de l’immigration sioniste en Palestine), Central Square, Jaffa, 12 juin 1936. (via Walid Khalidi, Avant leur diaspora).

Stop and search_arab revolt_jaffaJaffa, Palestine : Des soldats britanniques fouillent l’un des résidents de Jaffa pendant la révolte arabe de 1936.

Jaffa palestine_punitive demolitions1La punition de Jaffa, Palestine : Des soldats britanniques encerclent la vieille ville de Jaffa en préparation à la démolition punitive de bâtiments palestiniens en représailles à la révolte arabe contre la politique britannique en Palestine; 1936.

Jaffa palestine_punitive demolitions4La punition de Jaffa, Palestine : Des soldats britanniques effectuent des démolitions punitives dans la vieille ville en représailles à la révolte arabe contre la politique britannique en Palestine; 1936.

Grand saraya truck bomb 1948Jaffa, Palestine : Les ruines du Grand Serai (bureaux du gouvernement local, voir la première photo dans ce post). Un camion chargé d’explosifs couverts d’oranges a été garé devant l’entrée le 4 janvier 1948 par des membres de l’organisation militante sioniste Lohemai Herut Israel (le gang Stern). L’explosion qui en a résulté a détruit le bâtiment et tué 26 civils palestiniens. (via Walid Khalidi, avant leur diaspora)

Al-Manshiyya jaffa_may 1948Jaffa, Palestine : Les ruines du quartier de Manshiyeh après le bombardement aveugle de l’Irgoun.  

Palestinian refugees from jaffa May 1948 Jaffa, Palestine: Les résidents palestiniens récupèrent tout ce qu’ils peuvent emporter en fuyant la ville. (via Walid Khalidi, avant leur diaspora)

Fleeing jaffa harbor_may 1948Jaffa, Palestine: Fin avril 1948, les Palestiniens ont pris la mer au port de Jaffa.  Alors que les routes terrestres étaient coupées par la Haganah, des dizaines de milliers de citoyens de Jaffa et des villages voisins se sont enfuis par bateau : au sud vers Gaza et l’Égypte et au nord vers le Liban. (via Walid Khalidi, avant leur diaspora)

Jaffa refugees_gazaJaffa Harbor, Palestine : Les réfugiés palestiniens fuient Jaffa en bateau pour Gaza, avril-mai 1948. Lorsque Jaffa tomba finalement le 13 mai 1948, il ne restait plus que 4 000 de ses 70 000 habitants

Jewish refugees resettled in jaffa_1949Jaffa, Israel: Les réfugiés juifs d’Europe sont réinstallés à Jaffa, en 1949

D’un lecteur :

Voici un suivi de mon courriel précédent qui portait sur le nombre de Juifs sionistes qui prétendent que la Palestine n’existe pas et n’a jamais existé. Ils souhaitent réellement l’éloignement total de la Palestine pour toujours, c’est évident.

Eh bien, comme je l’ai mentionné, si vous regardez dans vos Bibles, vous verrez clairement la Palestine sur les cartes qui s’y trouvent.

Et en novembre 2007, j’ai pris les photos suivantes au Palm Springs Air Museum, un musée local consacré à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale.

Ce qui est intéressant de noter c’est que ce musée, comme vous le verrez, possède une immense carte murale incluant l’Europe, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient pendant la Seconde Guerre mondiale. On voit bien la Palestine (G. B.).  Le G. B.. signifie Grande-Bretagne car, après la Première Guerre mondiale, la Grande-Bretagne reprit le contrôle de la Palestine de l’empire Ottoman dont la base était ce qui allait devenir la Turquie moderne. Les Palestiniens n’ont jamais souffert sous contrôle Ottoman, ni sous contrôle britannique. Cependant, depuis que les Juifs sionistes d’Europe de l’Est ont décidé de créer un État juif militant raciste et ethno-centriste en Palestine (puisqu’ils ont obtenu le feu vert de la Grande-Bretagne dans la fameuse Déclaration de Balfour de 1917) qui a vu le jour sous le nom d'”Israël” en 1948, les Palestiniens ont souffert depuis lors sous la domination juive militante.

Ce qui est aussi intéressant, et si dérangeant et typique, c’est que certains Juifs sionistes n’ont eu qu’à mettre leur propagande sur la carte, comme vous le verrez sur une photo suivante. Même si Israël n’existait PAS à l’époque de la Première ou même de la Seconde Guerre mondiale, les Juifs sionistes répandèrent sans relâche leur propagande trompeuse, égoïste, malveillante et mensongère afin de tromper l’opinion publique américaine et de continuer à soutenir Israël aveuglément.

Voici l’aperçu de la carte :

Regardez bien à droite de la queue de l’avion droit avec les lettres BP en haut. Vous verrez la propagande israélienne sur deux pages dans un cadre noir – un gros plan à suivre plus bas.


Et voici la propagande israélienne ci-dessous dont la plus grande partie est de la désinformation totale. Depuis, Israël a commencé la guerre et frappé tout le Liban causant des dégâts massifs aux infrastructures et tuant des milliers de civils libanais innocents. Cependant, le Hezbollah a réussi à chasser les Israéliens grâce aux armes et à l’excellente intelligence qu’ils possèdent. Contrairement à Gaza, leurs frontières ne sont PAS contrôlées par les Israéliens et ils peuvent légitimement se défendre et s’armer, survivant malgré le barrage de bombardements atroces et meurtriers qu’Israël a fait pleuvoir sur le Liban, tout à fait hors de proportion par rapport aux dommages que le Liban a pu infliger à Israël (minuscule en comparaison). Ils ont eu au moins la chance de chasser les Israéliens de leur pays, encore une fois. Ce ne sont pas les premiers bombardements massifs et insensés que les Libanais ont subis des Israéliens qui occupent encore illégalement une partie du sud du Liban, les fermes de Sabaa et qui veulent réclamer l’eau du grand fleuve pour Israël. C’est une des raisons pour lesquelles le Liban et Israël sont officiellement en guerre et ennemis.

(Le conflit Israëlo-Lybien

Le conflit Israëlo-Lybien datant de 2006 est une série d’action militaire permanente et de conflits entre le nord d’Israël et le Liban impliquant l’aile armée du Hezbollah et les Forces de Défense Israëlienne (IDF).

Le 12 juillet 2006, le Hezbollah initia l’Opération Promesse véridique, nommé Promesse par un de ses leaders le Sheik Hassan Nasrallah, pour capturer des soldats israëliens et les éliminer pour les trois militaires libanais toujours détenus par Israël. Le matin très tôt, le raid eu lieu sur le territoire israëlien et résultat en 8 soldats israëliens tués et 2 capturés. Israël répondit Par l’Opération Juste récompense, plus tard renommé Opération Changement de Direction.

Cette frappe de représailles pris très vite l’allure de bombardements par l’Aviation Israëlienne et d’un blocage navale et maritime entrepris par les forces militaires du Liban dans le sud du Liban et Beyrouthe. Il y eut aussi de petits raids dans le sud du Liban par les troupes de l’armée de terre de l’IDF.

Le Hezbollah a simultanément commencé des attaques de roquettes sur les villes du nord d’Israël dont Haifa.)

J’ai appelé le musée et je me suis plaint de ce que j’ai appelé de la fausse propagande israélienne sur la carte. La personne qui a répondu m’a remercié et m’a dit qu’elle examinerait la question. Je ne suis pas revenu depuis pour voir s’il a été enlevé. Mais comme vous pouvez le voir clairement ci-dessous, oui, effectivement, il y avait la PALESTINE sur la carte. Je prie Dieu pour qu’elle soit restaurée et une fois de plus les Palestiniens pourront vivre en paix et dans la dignité sur leur terre ancestrale sûre, sécurisée et souveraine. Notez comment cette propagande israélienne qualifie le territoire palestinien de simple Cisjordanie. Veuillez également noter que les Hauteurs du Golan, comme le montre la carte propagandiste israélienne ci-dessus, est un territoire SYRIEN et qu’il est ILLEGALEMENT occupé à ce jour par Israël. Mais nos médias grand public le mentionnent RAREMENT. C’est pourquoi la Syrie et Israël sont encore aujourd’hui des ennemis. Oh, mais nous sommes censés croire que la Syrie “déteste” Israël parce qu’elle est “juive”. HA. Hogwash ! Voler des terres est un ACTE DE GUERRE dans n’importe quelle culture. Personne ne tolérerait qu’un voisin vole la terre de son voisin! Est-ce que cela VOUS plairait ??

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=iFzmJiBUs_o]


Le Département correctionnel : Ben-Hur, le LA Times & un endroit appelé Palestine

“Tu connais la loi, chaque fils d’Israël doit avoir une occupation.”
Lew Wallace, Ben-Hur: Conte du Christ, Chapitre IV
 Le 26 septembre, le Los Angeles Times a publié un court article de la section Calendrier sur le nouveau 50e anniversaire tardif, entièrement restauré en DVD et Blu-Ray éditions de William Wyler. Blockbuster épopée biblique épique de 1959, Ben-Hur. Le film, qui s’inspire d’un roman de 1880 écrit par Lew Wallace, ancien général de la guerre de Sécession et gouverneur du territoire du Nouveau-Mexique, est décrit par le journal comme “un drame d’époque [qui] tourne autour de Judah Ben-Hur (Charlton Heston), un noble palestinien asservi par les Romains qui s’adonne à l’une des courses de charrettes les plus palpitantes jamais capturées à l’écran et rencontre même Jésus-Christ”. Comme aucune mention innocente (ou factuelle) de la “Palestine” n’est impunie, en particulier lorsque le coupable est une importante publication américaine, le groupe de plaidoyer sioniste, Le Comité pour l’exactitude des rapports sur le Moyen-Orient en Amérique (CAMERA), s’est immédiatement penché sur l’affaire. Le jour même de l’apparition de la nouvelle de Ben-Hur, CAMERA lança un appel à ses partisans pour qu’ils contactent le Times et se plaignent de son utilisation du terme “noble palestinien” pour décrire le personnage titre de Ben-Hur, affirmant : “Bien sûr, il n’y avait pas de lieu tel que la “Palestine” au temps de Jésus puisque les Romains ne rebaptisèrent pas la Judée “Palestine” jusqu’à cent ans après la mort de Jésus.” Considérant l’intérêt supposé de CAMERA pour la “précision”, il faut noter que sa condamnation qualifie Ben-Hur de “superproduction hollywoodienne de 1951”. En réalité, le film est sorti en novembre 1959 mais, deux jours plus tard, à la suite de la campagne de plainte de CAMERA, le LA Times imprime une correction de son article original. Elle s’est excusée d’avoir qualifié Ben-Hur de “noble palestinien” et a poursuivi :

“Le personnage Ben-Hur était un Juif de Judée qui vivait bien avant que l’on donne ce nom à la Palestine.”

Malheureusement, le journal a été beaucoup trop rapide pour publier cette correction et aurait dû vérifier certaines sources primaires plutôt que de se fier uniquement à l’afflux de courriers et d’appels téléphoniques de la part de sionistes indignés et mal informés pour obtenir leurs informations historiques.

Appeler l’affirmation de CAMERA selon laquelle “il n’y avait pas de place telle que la Palestine au temps de Jésus” une question de révisionnisme est un euphémisme. L’allégation n’est pas seulement fausse, elle est un mensonge délibéré.

Les références spécifiques à la “Palestine” remontent à près de cinq cents ans avant l’époque de Jésus. Au Ve siècle av. J. -C., Hérodote, le premier historien de la civilisation occidentale, fit référence à la “Palestine” de nombreuses fois dans la chronique de l’Ancien Monde, Les Histoires, dont le passage suivant décrit les “Syriens de Palestine” :

“… ils vivent dans les régions côtières de Syrie; cette région de Syrie et tout ce qui se trouve entre elle et l’Egypte s’appelle Palestine.” (VII.89)

La traduction ci-dessus d’Harry Carter figure dans l’édition 1958 de Heritage Press de la célèbre œuvre d’Hérodote. Les versions plus anciennes et plus récentes corroborent l’exactitude de la référence. A. D. Godley, dans sa traduction de 1920 de la ligne cruciale déclare : “Cette partie de la Syrie aussi loin que l’Egypte s’appelle la Palestine”. Tandis que la traduction mise à jour d’Oxford par Robin Waterfield en 1998 rend le passage ainsi : “Cette partie de la Syrie, jusqu’à la frontière avec l’Egypte, est connue sous le nom de Palestine”.

Cent ans plus tard, au milieu du IVe siècle av. J. -C. (près de quatre cents ans avant la naissance du héros fictif de Wallace), Aristote faisait référence à la mer Morte dans sa météorologie. “Encore une fois, s’il y a un lac en Palestine, comme le dit la légende, tel que si on lie un homme ou une bête et qu’on la jette dans un flotteur et qu’elle ne coule pas, cela confirmerait ce que nous avons dit”, écrit-il. “Ils disent que ce lac est si amer et salé qu’aucun poisson n’y vit et que si vous y trempez des vêtements et les secouez, il les nettoie.” (II.3)

Deux cents ans plus tard, au milieu du IIe siècle av. J. -C., l’ancien géographe Polemon décrivit un lieu “non loin de l’Arabie dans la partie de la Syrie appelée Palestine”; tandis que le voyageur grec Pausanias écrivit dans sa Description de la Grèce : “Devant le sanctuaire poussent des palmiers, dont les fruits, bien qu’ils ne soient pas entièrement comestibles comme les dates de la Palestine, sont plus mûrs que ceux d’Ionia.” (9.19.8)

Malgré la prétention que “les Romains n’ont pas rebaptisé la Judée ‘Palestine’ jusqu’à cent ans après la mort de Jésus”, les contemporains de Jésus ont aussi couramment qualifié la Palestine de “palestinienne”. Par exemple, au cours de la première décennie du Ier siècle, le poète romain Ovid mentionna la Palestine à la fois dans son célèbre poème mythologique Métamorphoses et dans son élégie érotique L’art de l’amour. Il a également écrit “les eaux de la Palestine” dans son poème calendrical Fasti. Vers la même époque, un autre poète latin Tibullus a écrit “les villes surpeuplées de Palestine” dans une section “Le triomphe de Messalla” dans son poème Délia. D’ailleurs, l’ami d’enfance de Ben-Hur et le traître qui lui succède s’appelle Messala.

La majeure partie de l’action de Ben-Hur a lieu dans la troisième décennie du 1er siècle de notre ère. Le célèbre philosophe juif alexandrin Philo écrivit à peu près en même temps : “La Syrie aussi en Palestine, qui est occupée par une partie non négligeable de la nation très peuplée des Juifs, n’est pas improductive de vertu honorable. (XII.75)

L’historien juif Josèphe (vers 37-100 de notre ère) est né et a grandi à Jérusalem, commandant militaire en Galilée pendant la Première révolte juive contre l’autorité romaine occupante. Il agit comme négociateur pendant le siège de Jérusalem en 70 de notre ère et plus tard écrivit des volumes vitaux de l’histoire juive Levantine. Sa Guerre Juive, ses Antiquités des Juifs et Contre Apion contiennent tous de nombreuses références à la Palestine et aux Palestiniens. Vers la fin des Antiquités, Josèphe écrivit,

“Je vais donc maintenant mettre fin ici à mes Antiquités; après la conclusion de ces événements, j’ai commencé à écrire ce récit de la guerre; ces Antiquités contiennent ce qui nous a été livré depuis la création originelle de l’homme jusqu’à la douzième année du règne de Néron, sur ce qui est arrivé aux Juifs, aussi bien en Égypte qu’en Syrie et en Palestine, sur ce que nous avons souffert des Assyriens et des Babyloniens, sur ce que nous ont apporté les Perses et les Macédoniens et sur ce que nous ont apporté les Romains; car je crois pouvoir dire que j’ai composé cette histoire avec suffisamment de justesse en toutes choses.” (XX. 11.2) [c’est nous qui soulignons].

L’insistance de Josèphe lui-même sur l’exactitude semble être beaucoup plus crédible que celle de CAMERA.

L’affirmation selon laquelle l’empereur romain Hadrien, désireux de punir les habitants juifs de Judée après la révolte de Bar Kokhba, a officiellement changé le nom de la région en “Syrie Palestinienne” ou simplement “Palestine” en 135 de notre ère et a forcé la communauté juive à l’exil est, au mieux, douteuse, surtout quand, à cette époque, les termes “Palestine syrienne” et “Palestine” étaient déjà utilisés depuis plus de six cents ans.

Il faut certainement souligner que le texte original de Wallace de Ben-Hur ne fait aucune mention de “Palestine” et fait constamment référence à la Judée, aux Judéens, à la terre d’Israël et aux Israélites. Dans cet esprit, je conviens qu’une description appropriée du personnage de Ben-Hur serait “prince de Judée” ou même “noble juif”. Néanmoins, faire référence à lui en tant que “Palestinien” n’est pas du tout inexact ou incorrect et ne devrait en aucun cas être offensant ou source d’ombrage. Diriger une accusation contre une telle référence, c’est promouvoir non seulement la réécriture de l’histoire, à la fois ancienne et moderne, mais aussi encourager les efforts continus des sionistes pour effacer, détruire et renier l’histoire et la culture palestiniennes dans leur propre patrie historique.

Et pourtant, le grand journal américain a fait tout son possible pour annoncer que “Ben-Hur était un Juif de Judée qui vivait bien avant que l’on donne ce nom à la Palestine”, une affirmation qui manque manifestement de précision.

Il semble qu’il soit temps que le Los Angeles Times publie une correction de leur correction.

Blogs de Nima Shirazi à Wide Asleep in America. Vous pouvez le suivre sur Twitter at@wideasleepNima


Pour la Vérité, la Paix, la Justice, la Liberté et l’Egalité pour tous,

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=vsDJ3YivBSA?rel=0]


Ils n’existent pas – 1974 Film de Mustafa Abu Ali
[youtube https://www.youtube.com/watch?v=2WZ_7Z6vbsg]



L’histoire de la Palestine – Juifs et Arabes n’ont pas une histoire millénaire d’animosité ! 
[youtube https://www.youtube.com/watch?v=n3bxj1uvDXU]

Source: http://www.whatreallyhappened.com/WRHARTICLES/mapstellstory.html

Traduction Lucy Pitt.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire