Analyse : L’Ordre des Jésuites en tant que Synagogue des Juifs – Première partie

Andrew Joyce, Ph.D. et Occidental Observer avec des Droits

Le livre intégral original, de 316 pages, est gratuit au téléchargement et à la distribution avec attribution appropriée sous commons.

En tant que note éditoriale de VT, la lecture elle-même est un dialogue utile sur les études historiques des Jésuites et de l’Inquisition.  Je connais certains des auteurs depuis des années. Gail Evans, aujourd’hui décédé et chèrement regretté, était notre expert sur le sujet.

Il y a des forums de questions et réponses sur le site d’origine, ayant une certaine valeur pour ceux intéressés.  Il suffit de dire qu’il y a controverse.  L’idée des origines juives de l’ordre des Jésuites et de l’affirmation qu’elles y ont maintenu un ordre du jour contigu pendant des siècles est bien soutenue.

Dans sa forme la plus simple, on affirme que Loyala et ses associés ont commencé la Compagnie de Jésus et déclenché un holocauste dans le monde Chrétien.  D’une certaine manière, je pourrais aller beaucoup plus loin, en liant non seulement les dizaines de milliers de personnes assassinées pour accusation de sorcellerie, mais aussi le nettoyage ethnique qui, sous le “catholicisme” jésuite, a tué jusqu’ à 100 millions de personnes, selon les chiffres que vous acceptez, durant les conquêtes coloniales du Nouveau Monde.

Considérez le téléchargement complet, c’est une bonne lecture:

The Jesuit Order as a Synagogue of Jews: Jesuits of Jewish Ancestry and Purity-of-Blood Laws in the Early Society of Jesus (L’Ordre des Jésuites en tant que synagogue des Juifs : Jésuites d’ascendance juive et lois de la pureté du sang dans les débuts de la Compagnie de Jésus)

Robert Aleksander Maryks
Brill, 2010.
Téléchargement Gratuit

 

“Ceux de la circoncision ont subverti toute la maison de la Société. En tant que fils de ce monde se débrouillant eux-mêmes et avides de nouvelles choses, ils excitent facilement les désordres et détruisent l’unité des âmes et leur lien avec le gouvernement.”

Lorenzo Maggio, Curie jésuite à Rome, 1586.

Un des aspects les plus intéressants du comportement d’un groupe juif est la présence de stratégies subversives utilisant la crypsis, souvent facilitée par une combinaison de tromperie et d’auto-déception. Jusqu’ à présent, le cadre théorique le plus direct et le plus convaincant pour comprendre les formes mystérieuses du judaïsme se trouve dans le document révolutionnaire de Kevin MacDonald intitulé La séparation et son mécontentement: Vers une théorie évolutionniste de l’antisémitisme. Une partie substantielle du quatrième chapitre du texte (1998/2004:121-132) est consacrée au “Racisme réactif dans la période des Inquisitions ibériques”. Ici, MacDonald avance le point de vue (147) selon lequel les luttes pour la pureté du sang de l’Inquisition espagnole aux XVe et XVIe siècles devraient être considérées comme “un mouvement autoritaire, collectiviste et d’exclusion qui résultait de la compétition pour les ressources et la compétition reproductive avec les Juifs, et en particulier les crypto-juifs se faisant passer pour des Chrétiens”. Le contexte historique est principalement la conversion forcée des Juifs en Espagne en 1391. Après quoi ces “Nouveaux Chrétiens” ou conversos supposés ont établi une domination dans les domaines du droit, des finances, de la diplomatie, de l’administration publique et dans un large éventail d’activités économiques. MacDonald soutient (148) qu’en dépit des conversions religieuses superficielles, les nouveaux chrétiens “doivent être considérés comme un groupe Juif historique” qui agissait de manière à poursuivre l’avancement de ses intérêts ethniques. Un aspect intégral de ceci était que les Nouveaux Chrétiens Riches ont acheté et doté des bénéfices ecclésiastiques pour leurs enfants, avec pour résultat que beaucoup de prélats étaient d’origine juive.

Indirectement, et presque certainement involontairement, les arguments de MacDonald trouvent beaucoup de corrélations dans The Jesuit Order as a Synagogue of Jews/L’Ordre des Jésuites en tant que Synagogue des Juifs (2010) de Robert Aleksander Maryks du Boston College. En examinant la même zone géographique pendant la même période, Maryks donne un récit des premières années de la Compagnie de Jésus, au cours desquelles une lutte acharnée eut lieu pour l’âme, le destin et le contrôle de l’Ordre; une lutte impliquant un bloc crypto-juif très influent et un réseau concurrent de Chrétiens Européens. Dans ce livre non poli mais intéressant, Maryks éclaire cette lutte en se référant à des documents qui n’avait pas encore été découverts, éclairant ainsi certains des thèmes récurrents les plus importants de l’antisémitisme réactif : l’ethnocentrisme juif, le népotisme, la tendance au monopole et l’utilisation stratégique des alliances avec les élites européennes. Peut-être le plus fascinant de tous, Maryks fait une référence significative aux réponses juives aux efforts européens pour étouffer leur influence, dont certaines sont remarquables dans la manière dont elles font écho aux exemples modernes de propagande apologétique juive. En tant que tel, l’Ordre des Jésuites en tant que synagogue de Juifs est fortement recommandé pour quiconque cherche à comprendre, par le biais d’une étude de cas historique facile à digérer, la dynamique du conflit ethnique entre Juifs et Européens.

Maryks divise son texte en quatre chapitres bien rythmés. Le premier livre offre aux lecteurs “The Historical Context of Purity-of-Blood Discrimination (Le Contexte Historique de la Discrimination par la Pureté-du-Sang)” (1391-1547), une introduction détaillée et autonome de la nature du problème des “Nouveaux Chrétiens” en Ibérie, et qui devrait être lue conjointement avec les travaux de MacDonald sur le même thème. Le deuxième chapitre se consacre à la “Early Jesuit Pro-Converso Policy (Politique Initiale du Pro-Converso Jésuite) (1540-72)”, et montre la manière intensive dont les crypto-juifs ont infiltré des positions clés dans la Compagnie de Jésus, en adaptant ses positions idéologiques en fonction de leurs intérêts, et finalement en établissant un monopole sur les positions supérieures qui s’étendait au Vatican. Le troisième chapitre,”Discrimination Against Jesuits of Jewish Lineage (Discrimination contre les jésuites de descendance juive) (1573-93),” concerne la mise en place d’un mouvement qui agit contre la stratégie crypto-juive, avec une analyse des chiffres clés et de leur raison d’être. Le quatrième chapitre,”Jesuit Opposition to the Purity-of-Blood Discrimination (Opposition des jésuites à la discrimination par la pureté du sang) (1576-1608),” examine les efforts des jésuites crypto-juifs pour lutter contre la contre-stratégie européenne, souvent par l’emploi de tactiques et de positions qui nous sont maintenant familières en tant que caractéristiques d’un mouvement intellectuel juif.

Cette séquence est parallèle aux processus qui ont conduit à l’Inquisition- l’établissement des Nouveaux Chrétiens eux-mêmes dans des positions de premier plan dans la politique, les affaires et la culture espagnoles, provoquant une réaction des Anciens Chrétiens visant à regagner le pouvoir, suivie par des contre-efforts juifs contre l’Inquisition et contre le gouvernement espagnol en général, ce dernier jouant typiquement sur la scène internationale.

L’un des principaux points forts de ce livre fascinant est que Maryks peut se fier à des découvertes généalogiques relativement récentes pour prouver sans aucun doute que plusieurs des individus autrefois simplement “accusés” d’être crypto-juifs étaient indéniablement de descendance juive. Maryks peut ainsi éclairer une période assombrie où l’ascendance était vitale et pourtant embrumée d’accusations, de démentis et de contre-accusations, avec une clarté incroyable. Selon les termes de l’auteur (xxix),”les tensions raciales ont joué un rôle central dans l’histoire jésuite.”

En ouvrant son livre, Maryks se souvient avoir écrit un article sur l’influence du converso chez les jésuites, puis avoir reçu un courriel d’un homme originaire de la péninsule ibérique. Le courriel concernait la survie remarquablement longue des comportements crypto-juifs dans la famille de l’expéditeur :

DU VENDREDI SOIR AU SAMEDI SOIR, SON GRAND-PÈRE CACHAIT L’IMAGE DU BÉBÉ JÉSUS DANS UNE GRANDE PHOTO ENCADRÉE DE SAINT ANTHONY QU’IL GARDAIT DANS SA MAISON. C’ÉTAIT, EN FAIT, UNE BOÎTE À MUSIQUE. LES VENDREDIS, IL ENROULAIT LE MÉCANISME ET POUSSAIT UN BOUTON POUR QUE JÉSUS DISPARAISSE DES BRAS DE ST. ANTHONY, CACHÉ DANS LE CADRE SUPÉRIEUR DE L’IMAGE. LE SAMEDI, IL POUSSAIT LE BOUTON POUR QUE JÉSUS REVIENNE SE CACHER DANS LES BRAS DE ST ANTHONY. EN TANT QUE FILS AÎNÉ DE SA FAMILLE, MON CORRESPONDANT S’EST FAIT RACONTER CETTE HISTOIRE PAR SON PÈRE, QUI LUI A AUSSI DEMANDÉ DE NE MANGER QUE DE LA NOURRITURE KASHER. (XV)

La survie de ces formes excentriques, et dans ce cas apparemment triviales, de crypto-judaïsme dans ce que l’on suppose être le début du XXe siècle, pourrait sembler être un peu plus qu’une simple curiosité socio-historique. En réalité, cependant, il s’agit d’un petit vestige, mais mémorable, de ce qui fut jadis un moyen très puissant de poursuivre la stratégie d’évolution du groupe juif dans la péninsule ibérique après 1391 – un environnement extrêmement hostile. Dans un contexte politique, religieux et social dépourvu de synagogue et d’un grand nombre des aspects les plus visibles du judaïsme, de petits rappels de la différence de groupe, même insignifiants, comme cacher des images de Jésus ou adhérer à des règles diététiques discrètes, devinrent des méthodes vitales pour maintenir la cohésion du groupe.

Pendant un certain temps, ces méthodes ont largement réussi à faciliter la continuation de la vie juive “à la barbe” de la société d’accueil chrétienne. Pendant cette période de succès, les converso ont pu développer des monopoles d’influence népotistes dans un large éventail de sphères civiques et même religieuses (chrétiennes). Mais lorsqu’elle échouait, les conséquences pouvaient être catastrophiques. Maryks fait remarquer (xxii) que, depuis sa fondation en 1540 à 1593, la Compagnie de Jésus n’avait pas de législation discriminatoire envers les individus d’origine juive, et que, durant cette période, les jésuites converso “occupaient les plus hautes fonctions administratives et définissaient le développement institutionnel et la spiritualité de la Compagnie”. Cependant, une résistance significative à ce monopole crypto-juif s’était développée à cette période, et de 1593 à 1608, une lutte de pouvoir entraîna la défaite de l’élément crypto-juif, et l’introduction de lois interdisant l’admission des membres du “sang impur”. De 1608 à 1946, cela impliqua une analyse des ancêtres de tout membre potentiel de la Compagnie de Jésus, jusqu’à la cinquième génération.

Les origines juives des jésuites

Le 15 août 1534, Ignace de Loyola (né Íñigo López de Loyola), un Espagnol de la ville basque de Loyola, et six autres, tous étudiants de l’Université de Paris, se sont réunis à Montmartre en banlieue parisienne, dans une crypte sous l’église Saint-Denis, pour prononcer les vœux religieux de pauvreté, chasteté et obéissance. Les six compagnons d’Ignace étaient : Francis Xavier de Navarre (Espagne moderne), Alfonso Salmeron, Diego Laínez, Nicolás Bobadilla de Castille (Espagne moderne), Pierre Favre de Savoie et Simão Rodrigues du Portugal. À ce moment-là, ils s’appelaient eux-mêmes la Compañía de Jesús, et aussi Amigos en El Señor ou “Amis dans le Seigneur”. La “compagnie” espagnole se traduirait en latin par societas, dérivant de socius, un partenaire ou un camarade. Cela a rapidement évolué vers la “Compagnie de Jésus” (SJ) par laquelle ils seraient plus tard plus largement connus.  En 1537, les sept se rendirent en Italie pour demander l’approbation papale de leur ordre. Le Pape Paul III les félicita et leur permit d’être ordonnés prêtres. La fondation officielle de la Compagnie de Jésus eut lieu en 1540.

La présence et l’influence des conversos dans la Compagnie de Jésus ont été fortes dès le début. Des sept membres fondateurs, Maryks fournit des preuves catégoriques que quatre étaient d’ascendance juive : Salmeron, Laínez, Bobadilla et Rodrigues. En outre, Loyola lui-même a longtemps été reconnu pour son fort philosémitisme, et une thèse de doctorat récente[1]  a même avancé un argument convaincant selon lequel les grands-parents maternels de Loyola (son grand-père, le Dr. Martín García de Licona, était un marchand et conseiller financier à la cour), étaient des conversos directs – rendant ainsi le “noble basque” indubitablement juif. L’érudit juif de l’Inquisition, Henry Kamen, qui avait auparavant soutenu que l’Inquisition était “une arme de protection sociale” utilisée principalement pour occulter les conversos comme classe distincte capable d’offrir une concurrence sociale et économique aux “Vieux Chrétiens”, a une fois exprimé son point de vue personnel selon lequel Loyola était “un Sémite spirituel profond et sincère”.[2]

Comme Maryks l’explique admirablement, la présence omniprésente de la propagande converso complique l’évaluation directe des raisons du philosémitisme de Loyola. Plus précisément, la réputation de Loyola en tant qu’admirateur ardent des Juifs repose principalement sur une série d’anecdotes et de remarques qui lui sont attribuées – et beaucoup d’entre elles dérivent de biographies rédigées peu après sa mort par des jésuites converso dans le but de promouvoir et de défendre leurs intérêts. Par exemple, la seule source de l’argument selon lequel Loyola avait un désir écrasant d’être d’origine juive pour pouvoir “devenir un parent du Christ et de sa mère” est la première biographie officielle de Loyola – écrite par le converso Pedro de Ribadeneyra. Ribadeneyra est décrit par Maryks comme “un converso secret” qui a déformé de nombreux faits maintenant établis sur la vie de Loyola, y compris une dissimulation du fait que “l’Inquisition à Alcalá avait accusé Loyola d’être un cryptoJuif”. (43) Un aspect important de la biographie de Ribadeneyra était donc la promotion de l’idée qu’être juif était désirable et admirable – le philosémitisme de Loyola (réel ou imaginaire) était destiné à être encouragé. Dans le même temps, les aspects sinistres du crypto-judaïsme, et leur suppression par l’Inquisition, ont été totalement retirés de l’histoire.

Que Loyola était en fait un crypto-juif, ou quil était en effet un Européen mais avait un fort désir d’être juif, cela reste non confirmé au moment de cet écrit. Cependant, il est certain que Loyola s’est entouré de nombreux collègues converso et qu’il s’est opposé à toute discrimination envers les candidats converso au sein de la Compagnie de Jésus. Maryks soutient que, mis à part les questions de crypsie et de philosémitisme, Loyola était probablement “motivé par le soutien financier qu’il avait sollicité au réseau [converso] en Espagne “.(xx) Vu sous cet angle, Loyola était pleinement conscient de la position d’élite des conversos au sein de la société espagnole et était prêt à accepter leur argent pour établir cette organisation en échange de l’adoption d’une position non-raciale dans sa gouvernance.

La question reste bien sûr de savoir pourquoi l’élite crypto-juif espagnole soutiendrait, financièrement et en termes de main d’œuvre, un ordre religieux chrétien. Ce qu’il importe de garder à l’esprit, c’est que la religion et la politique dans l’Europe moderne Initiale étaient intimement liées, et qu’à travers les confraternités spirituelles et leurs relations avec les élites locales, même des ordres religieux comme les franciscains, capables d’encourager la pauvreté, pouvaient exercer une forte influence sociopolitique. Cela a souvent été rendu encore plus évident lorsque les ordres religieux se sont engagés dans un travail missionnaire à l’étranger, en prenant souvent des rôles de pionniers dans les régimes coloniaux, et même en aidant leurs entreprises économiques. William Caferro note que dans l’Italie de la Renaissance,”l’élite politique florentine était étroitement liée à l’église. Les représentants du gouvernement ont souvent occupé de hautes fonctions ecclésiastiques et ont bénéficié d’avantages, ce qui a soutenu leur pouvoir politique local. ”[3] L’implication dans les ordres religieux était donc un aspect nécessaire et une extension de l’influence politique, sociale et culturelle.

Il n’est donc pas surprenant qu’on puisse démontrer que les crypto-Juifs pénétraient les réseaux interconnectés de l’administration royale, de la bureaucratie civique et de l’Église. Citant juste quelques exemples, Michael Baigent et Richard Leigh notent dans leur histoire de l’Inquisition :

EN 1390, LE RABBIN DES BURGOS SE CONVERTIT AU CATHOLICISME. IL FINIT SA VIE COMME ÉVÊQUE DE BURGOS, LÉGAT PAPAL ET TUTEUR D’UN PRINCE DU SANG. LE FILS DE BURGOS DEVINT PLUS TARD UN IMPORTANT MILITANT PRO-CONVERSO, CE QUI SERA ÉVOQUÉ PLUS LOIN]. IL N’ÉTAIT PAS SEUL. DANS CERTAINES DES GRANDES VILLES, L’ADMINISTRATION ÉTAIT DOMINÉE PAR D’IMPORTANTES FAMILLES CONVERSO. AU MOMENT MÊME OÙ L’INQUISITION ESPAGNOLE A ÉTÉ FORMÉE, LE TRÉSORIER DU ROI FERDINAND ÉTAIT EN CONVERSO DANS SON PASSÉ. EN ARAGON, LES CINQ PLUS HAUTS POSTES ADMINISTRATIFS DU ROYAUME ÉTAIENT OCCUPÉS PAR DES CONVERSOS. EN CASTILLE, IL Y AVAIT AU MOINS QUATRE ÉVÊQUES CONVERSOS. TROIS DES SECRÉTAIRES DE LA REINE ISABELLA ÉTAIENT DES CONVERSOS, TOUT COMME LE CHRONIQUEUR OFFICIEL DE LA COUR.[4]

Pour l’élite crypto-juive du début de l’Espagne moderne, la fondation d’un ordre religieux influent dirigé par un philosémite (si ce n’est un membre crypto-juif), ayant principalement une direction converso, et constitutionnellement tolérant envers des candidats conversos, aurait sans aucun doute été une perspective attrayante. Comme nous l’avons mentionné plus haut, la nature de la constitution jésuite initiale et les premières correspondances concernant l’admission de candidats d’ascendance juive suggèrent qu’il existait une entente sous une forme ou une autre entre Loyola et ses parrains crypto-juifs. La fondation de l’ordre des Jésuites a coïncidé avec l’émergence d’une atmosphère plus générale anti-converso espagnole qui a atteint son apogée en 1547, “quand l’expression la plus autoritaire de la législation sur la pureté du sang, El Estatuto de limpieza [de sangre], fut publié par l’inquisiteur général d’Espagne et archevêque de Tolède, Silíceo (xx)”. Le pape Paul IV et l’ancien élève de Silíceo, le roi Philippe II, ratifièrent les statuts de l’archevêque en 1555 et 1556 respectivement, mais Ignace de Loyola et son successeur, Diego Laínez (1512-1565), s’opposèrent vigoureusement aux tentatives de l’inquisiteur d’empêcher les conversos de rejoindre les jésuites. En fait, dans une lettre adressée au jésuite Francisco de Villanueva (1509-57), Loyola écrivit : “les Constitutions des Jésuites n’accepteraient en aucune façon la politique de l’archevêque (xxi).

Cherchant à apaiser les tensions croissantes sur la question, Loyola envoya en Février 1554 son émissaire plénipotentiaire, Jerónimo Nadal (1507-80), visiter l’Inquisiteur. Nadal insista sur le fait que les Constitutions jésuites ne faisaient pas de discrimination fondée sur la lignée entre les candidats de la Compagnie, et il admit même personnellement un certain nombre de candidats converso lors de sa visite en Ibérie. Dans un débat passionné avec l’Inquisiteur sur l’admission de l’un d’entre eux, Nadal répondit: “Nous [les Jésuites] prenons plaisir à admettre ceux d’ascendance juive.” Dans ce qui allait devenir un scénario frappant, la plupart des arguments pro-converso étaient avancés par les crypto-juifs prétendant être des natifs Espagnols. Maryks note que ses recherches historiques suggèrent que Nadal était “très probablement un descendant des Juifs Majorquins (77).

Les tentatives juives visant à modifier la pensée chrétienne sur les juifs, au sein du christianisme, étaient déjà bien établies au moment de l’intercession de Nadal avec l’Inquisiteur. Un excellent exemple en est l’œuvre classique d’Alonso de Santa María de Cartagena (1384-1456) – Defensorium unitatis christianae [Pour la Défense de l’Unité Chrétienne] (1449-50). Alonso de Cartagena avait été baptisé (à l’âge de cinq ou six ans) par son père Shlomo ha-Levi, plus tard renommé Pablo de Santa María (c. 1351-1435), qui, en tant que grand rabbin de Bourgos, se convertit au christianisme juste avant les émeutes anti-juives de 1391 et fut élu évêque de Carthagène (1402) et de Bourgos (1415). Le fait que l’épouse de cet évêque de Burgos restée juive non convertie et n’ayant pas entravé la carrière de ce dernier dans l’Église est pour le moins intéressant.

Pendant ce temps, son fils, Carthagène, comme beaucoup d’autres conversos, étudia le droit civil et ecclésiastique à Salamanque et poursuivit une carrière très influente à cheval sur les sphères royale, civique et religieuse. Il fut nonce apostolique et chanoine à Burgos. Le roi Juan II nomma Carthagène envoyé officiel au Concile de Bâle (1434-149), où il contribua à la formulation d’un décret sur “le caractère régénérateur du baptême sans égard à la lignée” (4). Cependant, comme d’autres exemples de propagande pro-converso, les arguments de Carthagène allaient toujours au-delà des simples appels à la “tolérance”. Selon Carthagène,”la foi semble plus splendide dans la chair israélite,” les Juifs possèdent naturellement une “noblesse civique”, et c’était le devoir des Espagnols natifs rudes et impitoyables de s’unir à la “tendresse de la douceur israélite”. (14,17)

Les conversos émergent ainsi dans les travaux des premiers activistes crypto-juifs comme étant plus spéciaux que les chrétiens ordinaires, comme méritant naturellement un statut d’élite, et, loin d’être les objets dignes d’hostilité, étaient en fait uniquement irréprochables,”tendres” et “doux”. On est frappé par l’utilisation régulière d’arguments similaires dans notre environnement contemporain, une similarité qui ne fait qu’augmenter quand on considère l’attribution par Carthagène de l’hostilité anti-juive à la seule “méchanceté des envieux”. (20)

Dans ce contexte d’apologétique crypto-juif, Maryks démontre, qu’il le veuille ou non, que les premiers Jésuites étaient en grande partie un véhicule de pouvoir et d’influence converso (tant politique qu’idéologique). Loyola a continué à être “entouré” de conversos tout au long de son leadership (55). Enrique Enríques, fils de juifs portugais, écrivit même le premier manuel jésuite de théologie morale, Theologiae moralis summa, en 1591. (65) Maryks décrit Loyola comme ayant une “confiance” illimitée dans les candidats à l’héritage juif, citant sa décision d'”admettre en 1551 Giovanni Battista Eliano (Romano), le petit-fils du célèbre grammairien et poète rabbin Elijah Levita (1468-1549)….. Il est entré dans la Société à l’âge de vingt et un ans, seulement trois mois après son baptême (66).”

Dans ce contexte d’apologétique crypto-juif, Maryks démontre, qu’il le veuille ou non, que les premiers Jésuites étaient en grande partie un véhicule de pouvoir et d’influence converso (tant politique qu’idéologique). Loyola a continué à être “entouré” de conversos tout au long de son leadership (55). Enrique Enríques, fils de juifs portugais, écrivit même le premier manuel jésuite de théologie morale, Theologiae moralis summa, en 1591. (65) Maryks décrit Loyola comme ayant une “confiance” illimitée dans les candidats d’héritage juif, citant sa décision d'”admission en 1551 de Giovanni Battista Eliano (Romano), le petit-fils du célèbre grammairien et poète rabbin Elijah Levita (1468-1549)….. Il entra dans la Compagnie à l’âge de vingt et un ans, seulement trois mois après son baptême (66).”

En expliquant les exigences laxistes de Loyola pour les candidats converso, et l’acceptation qui en a résulté par l’envahissement de la Compagnie de crypto-juifs, il est étrange que Maryks abandonne sa propre première suggestion, selon laquelle la fondation des Jésuites a pu reposer sur un quid pro quo avec l’élite converso, en faveur d’une théorie moins convaincante basée sur la “confiance” présumée et mal expliquée que Loyola avait envers les Juifs. Malheureusement, c’est un thème commun dans toute l’historiographie juive, où les faits et les conclusions présentés dans un même texte suivent souvent des trajectoires totalement différentes. Dans le même ordre d’idées, l’explication squelettique de Maryks selon laquelle les crypto-juifs envahirent les Jésuites, simplement parce que Loyola avait “de nombreux contacts avec les réseaux marchand et spirituel converso“, avant de fonder la Compagnie de Jésus, semble terriblement inadéquate et dépourvue de contexte.

Malgré les meilleurs plans de Loyola et de ses collègues, et seulement 32 ans après sa fondation, la Compagnie de Jésus allait subir une révolte d’en bas contre une élite crypto-juive en pleine expansion. Les caractéristiques de cette révolte représentent une étude de cas fascinante sur le caractère réactif de l’antisémitisme. Le récit de Maryks, sur la façon dont deux groupes ethniques concurrents se sont battus pour l’avenir de l’Ordre des Jésuites, dans ses deuxième et troisième chapitres, est certainement la plus grande force du texte. C’est sur cette contre-stratégie européenne que nous portons maintenant notre attention.

—————————————————————————————————————————–

[1] See Kevin Ingram, Secret lives, public lies: The conversos and socio-religious non-conformism in the Spanish Golden Age. Ph.D. Thesis (San Diego: University of California, 2006), pp. 87–8.

[2] Quoted in Maryks, The Jesuit Order as a Synagogue of Jews, p.xx.

[3] W. Caferro, Contesting the Renaissance (Oxford:Wiley-Blackwell, 2010), p.158.

[4] M. Baigent & R. Leigh, The Inquisition (London: Viking Press, 1999), pp.75-6.

Traduction : Michelle Cavenel

Laisser un commentaire

Top