Monsanto veut camoufler ses aliments génétiquement modifiés en les labellisant “biofortifiés”

Mais la NHF se met en travers de son chemin…

Par Scott C. Tips

De la même façon que l’aspartame mortel est secrètement glissé dans toutes sortes d’aliments et de boissons que nous consommons, des plans ont été élaborés pour dissimuler les ingrédients alimentaires génétiquement modifiés sous l’étiquette “Biofortifiés”. Après tout, les consommateurs se rendent de plus en plus compte des conséquences mortelles sur la santé des aliments qu’ils consomment, de sorte que les monstres qui se cachent derrière l’aspartame et les ingrédients transgéniques se cachent derrière le subterfuge. Comme les crocodiles, ils pondent leurs oeufs en terrain caché.

Son Immaculée Conception

Tout a commencé de façon assez innocente il y a plusieurs réunions du Comité du Codex sur la nutrition, il y a quelques années, lorsqu’une organisation non gouvernementale internationale (INGO) nommée International Food Policy Research Institute (IFPRI) (et parrainée par Harvest Plus) a vu l’un de ses contacts nationaux présenter une proposition pour le Codex. (Seul les pays membres peuvent présenter quelque chose au Codex, et pas les INGO). La méthode “Harvest Plus (Plus de récolte)” d’augmentation de la teneur en vitamines et en minéraux de certaines cultures vivrières de base, consiste à utiliser la méthode traditionnelle du métissage, et non le génie génétique. Harvest Plus, par exemple, augmenterait la teneur en vitamines ou en fer des patates douces afin que les populations sous-alimentées des pays en développement bénéficient d’une meilleure nutrition.

Le nouveau travail du Comité du Codex sur la nutrition et les aliments diététiques ou de régime (CCNFSDU) était simple : écrire une définition de biofortification. Cette définition aurait pu alors être utilisée uniformément dans le monde entier pour s’appliquer aux aliments conventionnellement enrichis avec des teneurs plus élevées en nutriments, et tout le monde aurait été sur la même longueur d’onde chaque fois que le terme “biofortifié” aurait été utilisé. En effet, la Fédération nationale de la santé (NHF) a été l’un des premiers partisans de cette définition dans le Codex.

Empoisonné dans l’utérus

La réunion du CCNFSDU de cette année – accueillie par le ministère allemand de la Santé à Berlin, en Allemagne, la première semaine complète de décembre 2017 – a été un débat animé sur la définition de la biofortification, mais aussi si le mot “biofortification” devait être utilisé ou non. Cependant, ce n’était pas le début du débat. La NHF y avait deux délégués.

Lors de la réunion du CCNFSDU de 2016, la Présidente Pia Noble (mariée à un ancien dirigeant de Bayer) avait entamé la discussion sur la définition de la biofortification en donnant son opinion personnelle erronée selon laquelle la définition devrait être aussi large que possible et inclure la technologie recombinante. Sa déclaration, cependant, contredisait directement l’admission de l’Australie à la réunion de 2015 selon laquelle si le Comité se référait au document original de 2012 sur la portée de biofortification, nous verrions que la biofortification ne se réfère qu’à la reproduction conventionnelle et que nous devrions donc clairement exclure les techniques génétiquement modifiées. Toutefois, lors de la réunion du CCNFSDU de l’année dernière, l’Australie n’ a rien dit sur cette question.

En d’autres termes, le mandat initial de la création de la définition de la biofortification était qu’elle devait être définie comme un processus par lequel la qualité nutritionnelle des cultures vivrières est améliorée par la sélection conventionnelle des plantes dans le but de rendre les éléments nutritifs biodisponibles après digestion. Il n’est pas surprenant, cependant, que les sous-fifres de Monsanto aient rapidement mis leur petite main râpeuse sur la définition grâce au trafic d’influence avec les délégués du Codex et la présidente, et la définition a commencé à se transformer en une définition qui inclue les aliments génétiquement modifiés “biofortifiés”. C’est donc au Codex qu’il faut demander si les aliments génétiquement modifiés seront inclus ou non dans la définition de la biofortification. Je suis sûr que Monsanto serait ravi de pouvoir commercialiser ses produits synthétiques sous un nom qui commence par le mot “Bio”.

Ainsi, à la réunion de 2017, la définition proposée de la biofortification s’est transformée en ce qui suit, qui comprend les aliments génétiquement modifiés:

“La biofortification est le processus par lequel tout élément nutritif ou toute substance apparentée de tous les organismes sources potentiels (par ex. animaux, plantes, champignons, levures, bactéries) des aliments est augmenté d’un niveau mesurable [et/ou] devient plus biodisponible aux fins prévues. Le procédé s’applique à toute méthode de production [et exclut l’enrichissement traditionnel].” [notes de bas de page exclues]

Le marketing trompeur par excellence

L’UE a soulevé une objection valable selon laquelle le nom même de “biofortification” serait source de confusion dans de nombreux pays européens en raison de l’utilisation généralisée du mot “bio” comme synonyme de “biologique”. D’autres pays de l’UE ont fait entendre leur voix et soutiennent la position de l’UE à cet égard, faisant valoir que la définition doit être restrictive et non large. Une fois de plus, le NHF a approuvé la position de l’UE à cet égard. L’expression “biofortification”, du moins dans les pays européens, risque de semer la confusion chez les consommateurs quant à savoir s’ils achètent des produits biologiques ou autre chose. Une telle confusion du marché ne peut être tolérée. Monsanto cherche à tirer profit du marché biologique avec le mot “bio”.

Biofortification – Une partie d’une poussée plus large

L’herbicide glyphosate de Monsanto, un best-seller mondial, s’est heurté à un mur plus tôt cette année. Le permis européen pour sa vente devait expirer en décembre 2017. Aveugle comme une chauve-souris, et malgré les protestations massives des consommateurs, la Commission européenne a suggéré que le permis soit renouvelé pour quinze ans supplémentaires, une proposition qui a reçu le soutien sans surprise de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et de l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR). Par exemple, le conseiller de Bfr le plus influent est Georg F. Backhaus, directeur de l’Institut Julius Kühn, et a prononcé l’année dernière un discours d’introduction à un colloque scientifique sur les technologies d’amélioration génétique des cultures. Le trafic d’influence est très répandu parmi ces organismes “scientifiques”.

Curieusement, une partie du texte de l’UE dans sa proposition de renouvellement de permis aurait été extraite mot à mot de ce que l’on appelle la “Task Force Glyphosate”, un groupe de pression de Monsanto. Il est tout aussi curieux que l’évaluation des études scientifiques de l’EFSA ait exclu toutes les études indépendantes (quelque 106 études au total) comme ne répondant pas aux “normes” de l’EFSA. L’EFSA n’a donc aucun problème à fonder son avis sur des études de l’industrie secrète qui ne peuvent pas être vérifiées de manière indépendante; mais, comme le Tribunal international de Monsanto l’a dit, lorsqu’il s’agit de “prouver” à Monsanto que le glyphosate est sûr… toutes les études qui affirment le contraire ne peuvent pas être “scientifiques”.

Au début du mois de novembre, l’UE a été divisée quant à son soutien et son opposition au renouvellement du permis pour le glyphosate, mais l’Allemagne a débloqué la situation en soutenant une prolongation de cinq ans à laquelle la Belgique, la France, l’Italie, l’Autriche, Malte, la Grèce et la Croatie, entre autres, se sont fermement opposées. L’Allemagne n’a pas une longue histoire de protection des intérêts des citoyens européens, comme montré une fois de plus ici.

La colère suscitée par la décision de renouveler le permis de glyphosate pour cinq ans supplémentaires était telle que plus de 1,3 million d’Européens ont signé une initiative citoyenne demandant une interdiction totale du glyphosate. Malheureusement, ni l’EFSA ni la BfR ne semblent toutefois se rendre compte que leur crédibilité déjà suspecte a été sérieusement érodée par cet incident, peut-être de manière irréparable.

Par-dessus tout, ce fiasco du renouvellement des permis révèle que la plupart des organismes gouvernementaux censés protéger le public ne sont en réalité rien de plus que des bureaux régionaux pour Monsanto et autres acteurs de l’industrie. Loin de protéger le public, ces organismes gouvernementaux ont trahi la confiance du public et devraient être complètement nettoyés ou même dissous. Sinon, ils font simplement partie de l’effort plus large pour nous empoisonner, nous et le reste de notre Planète.

La présidente viole la procédure du Codex

Le Dr Noble, la présidente du CCNFSDU, devrait en fait parler au passé puisqu’elle a régné sur sa dernière réunion du CCNFSDU en décembre 2017 à Berlin. Elle prend sa retraite maintenant et ce n’est pas trop tôt. Suivant un schéma typique d’ignorer les INGO comme la NHF, sans parler du Manuel de procédure du Codex lui-même, Son Altesse Impériale autorisait les délégués nationaux à claironner littéralement pendant des heures, leur permettant de faire les commentaires qu’ils voulaient et qui leurs venaient à l’esprit, vingt fois ou plus sur une question, sans jamais appeler, ne serait-ce qu’une seule fois, les INGO attendant patiemment. Il en est résulté que les INGO n’ont pas du tout été entendues ou qu’elles ne l’ont été que brièvement et souvent après que le moment opportun pour la question se soit écoulé depuis longtemps, et qu’une décision ait déjà été prise !

Lorsque j’ai confronté Sa Majesté à ce sujet lors de la réunion, elle a hésité en disant qu’elle devait d’abord faire appel à tous les pays, mais la vérité est que même pendant les délais de discussion où elle aurait pu faire appel à une INGO qui attendait de parler, elle attendait délibérément qu’un pays appuie sur un bouton et ensuite, elle appelait rapidement ce pays, ignorant les INGO qui attendaient toujours de parler.

Lorsqu’elle était finalement forcée de faire appel aux INGO à cause de ma dénonciation de ses tactiques à la table d’honneur, elle commençait par un petit mensonge en blâmant “les problèmes techniques avec les microphones”. Ce mensonge était tellement faux qu’il méritait à peine d’être réfuté.

Alors, quand on a enfin pu parler…

Le lendemain matin, après le débat principal sur la définition de la biofortification, la Présidente a finalement demandé aux INGO de s’exprimer sur cette question, en commençant par la NHF. Ce qui suit sont mes mots aux quelque 300 délégués présents dans la salle :

“Hier, la NHF n’a pas eu l’occasion de prendre la parole sur cet important sujet, et je suis donc heureux que nous puissions enfin prendre la parole maintenant. À l’avenir, je dirais que les points de vue uniques des INGO en matière de consommation et d’industrie pourraient être plus profitables si leurs commentaires verbaux étaient entendus en même temps que les questions spécifiques discutées au lieu d’attendre jusqu’à la fin d’un point de l’ordre du jour, et ce, uniquement pour être entendus si le temps le permet. L’IPFRI, par exemple, aurait pu nous éclairer sur cette question et nous aurions aimé entendre l’IPFRI. Nous avons nous-mêmes dû attendre 2 heures et 20 minutes, nous avons tous été repérés et nous n’avons jamais pu parler.

“Cela dit, sur cette question du libellé de la biofortification, permettez-moi tout d’abord de dire que le NHF n’a rien d’autre que le plus grand respect pour l’IPFRI et son parrain. Ce sont de braves gens qui essaient de faire de bonnes choses.

“Mais nous avons des inquiétudes. Bien que la NHF ait été l’un des premiers partisans de la biofortification, nous en sommes venus à constater que le concept de biofortification est en train d’être détourné et converti de quelque chose de bon en quelque chose de mauvais.

“Si le Codex doit autoriser “toute méthode de production” et “toute source” à faire partie de la définition de la biofortification, alors le Codex se livrera à des pratiques commerciales trompeuses de la pire sorte.

“La plupart des consommateurs veulent que les aliments génétiquement modifiés soient étiquetés. Les sondages auprès des consommateurs du monde entier ont montré que c’est la réalité. Rien qu’aux États-Unis, environ 90 % des consommateurs souhaitent un tel étiquetage et pourtant, la définition proposée ici cherchera à dissimuler les aliments génétiquement modifiés sous le terme de “biofortification”.

“C’est malhonnête, c’est scandaleux, et pour tous ceux qui se préoccupent sincèrement de la crédibilité et de la transparence du Codex, vous devriez absolument et positivement vous opposer à cette définition.

La Fédération nationale de la santé s’oppose donc à l’ajout dans le libellé de ce qui suit :

  1. “tous les organismes sources potentiels”
  2. “Le procédé s’applique à toute méthode de production” et
  3. Note 4 (“La méthode de production devrait être déterminée par l’autorité nationale ou régionale”)

“En ce qui concerne le dernier libellé, la NHF estime que laisser les autorités nationales déterminer si les aliments génétiquement modifiés sont inclus dans la définition est simplement une façon détournée d’inclure les aliments génétiquement modifiés dans la définition de la biofortification.

“Je croyais qu’on essayait d’harmoniser la norme. Il est beaucoup plus logique que nous disposions d’une définition solide et non trompeuse ou, comme l’a dit la Fédération de Russie, que nous n’ayons aucune définition.

“Et pour les raisons déjà exprimées par l’Union européenne, nous avons un problème avec le terme lui-même car le mot “bio” est presque universellement reconnu comme étant synonyme de “biologique”.

“Nous constatons aussi en passant que c’est une situation très triste où nous en sommes arrivés à un point de notre histoire où nous devons manipuler nos aliments naturels pour fournir une meilleure nutrition, tout cela parce que nous avons adopté de très mauvaises pratiques agricoles qui ont entraîné un déclin de 50% des vitamines et minéraux contenus dans nos aliments au cours des 50 dernières années. Le NHF a évoqué ce problème lors de la réunion du CCNFSDU de 2005.

“Cependant, peu importe où nous nous trouvons aujourd’hui, nous ne remédierons pas à la mauvaise nutrition en nous livrant à des pratiques commerciales trompeuses et à un tour de passe-passe avec cette définition. La NHF demande instamment à ce Comité d’avoir une définition claire et non trompeuse comme cela avait été envisagé à l’origine lors de la réunion de 2015, où la délégation australienne a déclaré à juste titre que le document original de 2012 sur la portée de la biofortification excluait les techniques GM.”

A la fin, après que toutes les INGO eurent finalement pu parler, y compris la NHF et l’IFPRI, cette dernière concèda qu’elle ne réussirait probablement pas à conserver le nom de “biofortification” pour les produits et proposa des alternatives telles que l'”agrofortification” et l'”enrichissement en nutriments”. La présidente a toutefois rapidement interrompu la discussion et son successeur a laissé le soin de démêler ce désordre lors de la réunion de l’année prochaine à Berlin.

Mais ce n’était pas tout

La formule de suivi (FUF) pour les jeunes enfants, une valeur nutritionnelle de référence (VNR) pour l’EPA et le DHA (acide eicosapentaénoïque et acide docosahexaénoïque respectivement), les aliments thérapeutiques prêts à l’emploi (RUTF) et les allégations relatives à l’acide gras trans ont été quatre autres points à l’ordre du jour discutés lors de la réunion de Berlin, parfois avec passion. Mais, après la réunion controversée du comité de 2016, la discussion sur la formule de suivi a été essentiellement verbalisée. Les deux parties semblaient satisfaites – les fabricants de préparations car la norme FUF progressait encore, ce qui, une fois adoptée, conférera une légitimité internationale à ce produit, et les groupes de consommateurs de préparations pour nourrissons, car le CCNFSDU inclura une référence aux recommandations de l’OMS pour des contrôles stricts sur la commercialisation et l’étiquetage des préparations pour nourrissons de plus de six mois.

Ironiquement, la proposition de norme Codex pour les aliments thérapeutiques prêts à l’emploi permettait d’utiliser le sirop de glucose comme édulcorant, mais interdisait l’utilisation du sirop de maïs, jusqu’à ce que la NHF fasse remarquer qu’il s’agissait d’édulcorants pratiquement identiques et très dangereux dérivés d’OGM. Un changement a été apporté.

En ce qui concerne les allégations relatives aux acides gras trans et la VNR proposée pour l’EPA et le DHA, le Comité du Codex sur la nutrition a reporté toute mesure jusqu’ à la prochaine réunion, mais pas avant que la Malaisie et le NHF ne puissent agacer le Canada et les autres pays qui continuent d’adhérer au mythe depuis longtemps discrédité selon lequel les graisses saturées ont un lien avec les maladies cardiaques.

En bref

Les tactiques musclées de la présidente sortante ont donné lieu à une discussion inutilement prolongée sur la définition de la biofortification, qui a elle-même été détournée par Monsanto et d’autres pour camoufler, sous son nom facile à utiliser, quelque chose de très laid et trompeur. La tentative de Monsanto a été reconnue par de nombreux délégués pour ce qu’elle était et dénoncée lors de la réunion. Cependant, le combat se poursuivra jusqu’à la réunion de l’année prochaine qui se tiendra à Berlin en novembre 2018. Cette réunion sera présidée par la nouvelle présidente du Comité, Mme Marie-Luise Trebes.

 

1 See www.harvestplus.org.

2 The NHF delegation consisted of Scott Tips (NHF President and head of NHF Codex delegation) and Katherine Carroll (NHF Executive Director).

3 Report Of The Thirty-Ninth Session Of The Codex Committee On Nutrition And Foods For Special Dietary Uses Berlin, Germany, held December 4-8, 2017.  The approximately 300 participants on Government, Observer, and UN delegations are listed in Appendix 1, on pages 19-48. A further 60 or so people (including Danone’s Policy and Intelligence Manager from its Global Affairs Unit) wore public badges and do not appear on the list.

4 Agricultural Biotechnology Scientific Colloquium, sponsored by JKI, and held in Quedlinburg, Germany from 22-24 June 2016; see http://www.grace-fp7.eu/sites/default/files/Scientific%20Colloquium%20final4.pdf.

5 Foundation Monsanto Tribunal website, accessed on December 21, 2017, at http://en.monsantotribunal.org/main.php?name=main&obj_id=384283593.

6 Caterina Tani, “German Vote Swings EU Decision on 5-Year Glyphosate Renewal,” EU Observer, Nov 27, 2017, at https://euobserver.com/environment/140042.

7 Codex Procedural Manual, 24th Edition, Section III, pp. 99-105. See also ibid, Section I, Rule IX, par. 3, at p. 15. It has traditionally been the practice at Codex meetings to allow the countries to all speak first once and then the INGOs once and then back to the countries again for second comments, and so on. Her Imperial Highness routinely violated these rules with impunity, making her unfit for the position.

8 Report, supra, at p.14, para. 117, last bullet point.

9 Dehghan M, Mente A, Zhang X, et al., “Associations of fats and carbohydrate intake with cardiovascular disease and mortality in 18 countries from five continents (PURE): a prospective cohort study,” Health Sciences and Medicine, Aga Khan University, Karachi, Pakistan, PGIMER,  Aug 29, 2017, at http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(17)32252-3.

Traduction : Irène

Source: https://www.thenhf.com/codex/our-work-at-codex/monsanto-wants-to-disguise-its-genetically-engineered-foods-as-biofortified?utm_source=newsletter_43&utm_medium=email&utm_campaign=monsanto-uses-codex-to-hide-gmos-from-consumers

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

1 réflexion au sujet de “Monsanto veut camoufler ses aliments génétiquement modifiés en les labellisant “biofortifiés””

Laisser un commentaire