Pourquoi devrais-je pardonner ?

24 janvier 2018 Par Steve BeckowTZ ici; Si nous avons encore, d’une manière ou d’une autre, de la rancune envers quiconque à propos de ce qui s’est passé auparavant, cet article peut vraiment nous aider à voir que nous nous blessons davantage lorsque nous ne pouvons pas pardonner ~ ce qui ne signifie pas que nous oublions ou excusons des offenses.

“J’ai simplement refusé de me condamner plus longtemps à l’expérience de la colère et de la haine –

parce que j’aurais refusé de pardonner.”

Greater Good Magazine a publié cette discussion intéressante sur ce qu’est le pardon :

“Les psychologues définissent généralement le pardon comme une décision consciente et délibérée de se libérer des sentiments de ressentiment ou de vengeance envers une personne ou un groupe qui vous a fait du mal, qu’ils méritent ou non votre pardon.

“Tout aussi important que de définir ce qu’est le pardon, est de comprendre ce que le pardon n’est pas. Les experts qui étudient ou enseignent le pardon montrent clairement que lorsque vous pardonnez, vous n’ignorez ou ne niez pas la gravité d’une offense contre vous. Pardonner ne signifie pas oublier, ni excuser ou excuser les offenses. Même si le pardon peut aider à réparer une relation endommagée, il ne vous oblige pas à vous réconcilier avec la personne qui vous a fait du mal, ni à la libérer de toute responsabilité juridique.

“Au lieu de cela, le pardon apporte la tranquillité d’esprit au pardonneur et le libère de sa colère corrosive. Bien qu’il y ait un certain débat sur la question de savoir si le véritable pardon exige des sentiments positifs à l’égard du délinquant, les experts s’entendent pour dire qu’il faut au moins lâcher prise de sentiments négatifs profonds. De cette façon, il vous donne le pouvoir de reconnaître la douleur que vous avez eu sans laisser cette douleur vous définir, vous permettant de guérir et d’avancer dans votre vie.” (1)

J’ai été tellement frappé par cette définition parce que le pardon est exactement comme ça pour moi.

J’ai vu que la pénalité intérieure d’être en colère, outre les nombreuses pénalités extérieures, me condamnait à me sentir en colère au lieu, disons, d’être ouvert à l’amour.

J’ai vu que ce qui se trouvait probablement entre moi et l’expérience d’aimer était mon ressentiment envers l’autre, que je n’allais pas pardonner. Pas question. Bien sûr que si.

C’était pour moi mon premier test dans Pardon 101, le cours de niveau d’entrée en pardon que Kathleen m’a patiemment fait passer.

Ceci décrit ainsi ce que j’ai vu et fait : “La décision consciente et délibérée de se libérer des sentiments de ressentiment ou de vengeance à l’égard d’une personne ou d’un groupe qui vous a fait du mal”. Pourquoi ? Parce que “le pardon apporte la tranquillité d’esprit au pardonneur et le libère de sa colère corrosive.”

Et, comme le dit l’écrivain, c’était “indépendamment du fait qu’ils méritent votre pardon.”Qu’ils méritent ou non le pardon n’ a pas d’importance. Ce qui était important, c’était de savoir si oui ou non je voulais continuer à me soumettre à des sentiments toxiques. Je ne respire pas de vapeurs toxiques. Pourquoi je tolère les sentiments toxiques ?

“Le pardon apporte la tranquillité d’esprit au pardonneur et le libère de sa colère corrosive.” Exactement. Quand j’ai pardonné à l’autre parce que je ne voulais plus ressentir la colère et la haine, cela m’a apporté la paix de l’esprit. Plus de colère toxique.

Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas vu ça il y a plusieurs décennies. Mais, comme tant d’autres, je ne l’ai pas fait. Les vibrations montantes, les téléchargements ou les interrupteurs ADN allumés ?

Pour résumer ma première leçon dans Pardon 101 : Ce qui m’a motivé à pardonner enfin à ceux qui m’avaient fait du mal n’était pas quelque chose d’altruiste ou de noble. Il n’importait pas de savoir s’ils méritaient le pardon ou non.

Je refusais simplement de me condamner plus longtemps à l’expérience de la colère et de la haine – causées parce que je refusais de pardonner.

Je n’ai pas de diplôme universitaire en pardon, mais c’est un point de départ. Une tête de pont de la compréhension a été établie. Séparons-nous d’ici.

Notes de bas de page

(1) “What is Forgiveness?” Greater Good Magazine, at https://greatergood.berkeley.edu/forgiveness/definition

 

Traduction : Irène

Source  :

Why Should I Forgive?

 

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire