10 exemples qui prouvent que le gouvernement américain est un expert pour transformer les pays en “pays de merde”

10 exemples qui prouvent que le gouvernement américain est un expert pour transformer les pays en “pays de merde”

L’indignation des médias grand public à l’égard des rapports selon lesquels le président Trump a qualifié Haïti et El Salvador de “pays merdiers” a dépassé toute indignation due au fait que les États-Unis ont laissé leur Agence Centrale du Renseignement régner librement sur les gouvernements qu’ils renversent et les pays que les États-Unis envahissent.

Par conséquent, les pays qui ont reçu plus que leur part de “liberté” des États-Unis sont devenus la définition même des pays “de merde” et ont passé des années à tenter de se rétablir. Voici le top 10 :

1. Iran, 1953

Lorsque le premier ministre iranien Mohammed Mossadeq a été critiqué pour avoir nationalisé la compagnie pétrolière britannique qui était le précurseur de BP et contesté le Shah, la CIA a lancé un coup d’État pour le renverser. En juin, le Département d’État a publié une série de documents qui ont donné un aperçu du rôle de la CIA dans le coup d’État.

Les documents révélaient que dans un mémorandum adressé en mars 1953 au président Eisenhower, le Directeur du renseignement central Allen Dulles a cité “l’élimination de Mossadeq par assassinat ou autrement” comme méthode pour rétablir les liens avec l’Iran, rétablir les négociations pétrolières et mettre fin à une “prise de contrôle communiste“.

Après que les États-Unis aient renversé Mossadeq, ils ont garanti que le monarque iranien Mohammad Reza Shah Pahlavi deviendrait le chef du pays. Son règne oppressif a conduit à la révolution iranienne, qui a abouti en “un régime brutalement répressif en Iran, des groupes terroristes clients autour du Moyen-Orient, une violence sectaire sauvage en Irak et une impasse nucléaire“.

2. Guatemala, 1954

Lorsque le président guatémaltèque Jacobo Arbenz, démocratiquement élu, a défié la United Fruit Company, une société américaine, pour réclamer des lois équitables pour les agriculteurs guatémaltèques, la CIA est intervenue. L’agence a renversé Arbenz en 1954 et a installé une dictature militaire à sa place, ce qui a entraîné une série de dictateurs soutenus par les États-Unis.

Il convient de noter que le Che Guevara révolutionnaire marxiste était alors au Guatemala. Il aurait encouragé le dictateur cubain Fidel Castro à “aller dans la direction opposée” du Guatemala pour rester au pouvoir, car la société libre et ouverte du pays était ce qui “avait permis à la CIA de pénétrer et de renverser Arbenz “.

3. Congo, 1961

Lorsque Patrice Lumumba, le premier Premier ministre élu de la République démocratique du Congo, a mené une campagne pour chasser les Belges du Congo, les Etats-Unis ont réagi en aidant à le renverser et à l’assassiner.

L’assassinat de Lumumba, qui a été qualifié de “l’assassinat politique le plus important du XXe siècle“, a été financé par les Etats-Unis et la Belgique, a employé des partenaires salariés au Congo, et a finalement été perpétré par une brigade d’exécution belge. Comme l’a rapporté The Guardian:

“L’assassinat a eu lieu à une époque où le pays était placé sous quatre gouvernements distincts : le gouvernement central de Kinshasa (alors Léopoldville); un gouvernement central rival des partisans de Lumumba à Kisangani (alors Stanleyville); et les régimes sécessionnistes dans les provinces riches en minerais du Katanga et du Sud-Kasaï. Comme l’élimination physique de Lumumba avait éliminé ce que l’Occident considérait comme la principale menace pour ses intérêts au Congo, des efforts dirigés par la communauté internationale ont été entrepris pour rétablir l’autorité du régime modéré et pro-occidental de Kinshasa sur l’ensemble du pays. Il en résulta la fin du régime lumumbiste à Kisangani en août 1961, la sécession du Kasaï Sud en septembre 1962 et la sécession du Katanga en janvier 1963.”

4. Sud Vietnam, 1963

Lorsque les Etats-Unis n’approuvèrent pas les influences politiques au Vietnam dans les années 1950, ils installèrent Ngo Dinh Diem comme leader du nouveau “Sud Vietnam”. Bien qu’il n’était pas apprécié du peuple, il aurait remporté 98 pour cent des voix.

Les États-Unis ont parrainé le renversement et l’assassinat de Diem en 1963, puis ont passé les dix années suivantes en guerre, luttant pour le gouvernement fictif qu’ils avaient créé. Le coût a été des centaines de milliards de dollars, près de 60 000 vies américaines et environ 2 millions de Vietnamiens. Une partie des Pentagon Papers prétendaient que les États-Unis étaient responsables du coup d’État meurtrier:

“Pour le coup d’État militaire contre Ngo Dinh Diem, les Etats-Unis doivent accepter leur part de responsabilité. A partir du mois d’août 1963, nous avons autorisé, sanctionné et encouragé les efforts de coup d’Etat des généraux vietnamiens et offert un soutien total à un gouvernement successeur….. Nous avons entretenu des contacts clandestins avec eux tout au long de la planification et de l’exécution du coup d’État et nous avons cherché à revoir leurs plans opérationnels et à proposer un nouveau gouvernement.”

5. Indonésie, 1967

Lorsque le président indonésien Sukarno a accepté de laisser le Parti communiste être représenté au sein de son gouvernement, les États-Unis ont réagi en finançant l’assassinat de tous les “communistes soupçonnés” en 1965. L’armée devint l’établissement le plus puissant du pays et Sukarno fut renversé en 1967.

Près d’un demi-million de personnes ont été tuées par les escadrons de la mort en Indonésie en 1965, au motif qu’elles étaient “associées au Parti communiste“. En juillet 2016, un panel international de juges a conclu que les meurtres constituaient des “crimes contre l’humanité” et que les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie étaient tous complices.

6. Chili, 1973

Les États-Unis ont dépensé près de 4 millions de dollars dans 15 projets d’action secrète pour empêcher le candidat marxiste Salvador Allende de remporter l’élection présidentielle chilienne de 1964, après que le président Richard Nixon ait dit à la CIA de “faire hurler l’économie” au Chili pour “empêcher Allende d’accéder au pouvoir ou le renverser“.

Après qu’un autre million de dollars ait été dépensé pendant les élections de 1970 pour répandre de la propagande, les États-Unis ont changé de tactique et ont lancé un coup d’État militaire. L’ancien conseiller à la sécurité nationale, Henry Kissinger, a déclaré : “Je ne vois pas pourquoi nous devons rester les bras croisés et regarder un pays devenir communiste à cause de l’irresponsabilité de son propre peuple“.

7. Haïti, 1991

En 1991, Haïti célébrait l’élection de son premier président démocratiquement élu, Jean-Bertrand Aristide. Cependant, seulement huit mois plus tard, Aristide a été renversé par un coup d’État militaire. Alors que le gouvernement américain a aidé Aristide à fuir Haïti et à chercher l’exil en France, Aristide est finalement retourné en Haïti et a été réélu, pour être une fois de plus contraint de démissionner.

Dans une interview accordée à Democracy Now, le président démis à deux reprises de ses fonctions, a accusé les États-Unis de l’avoir “kidnappé”. Comme il l’a dit à Amy Goodman : “Non, je n’ai pas démissionné. Ce que certains appellent “démission” est un “nouveau coup d’État” ou “enlèvement moderne.

Le coup d’État contre Aristide en 2004 ne représentait pas la première fois que le gouvernement américain s’engageait dans la politique haïtienne. De 1957 à 1986, les Etats-Unis ont soutenu les régimes brutaux de François ‘Papa Doc’ Duvalier et de son fils Jean-Claude Duvalier. Les Haïtiens décrivent leur régime comme un “règne de la terreur”. Comme le rapporte Time :

Ses policiers secrets, les Tontons Macoutes (créole pour épouvantail), ont assassinés et torturés leurs opposants, laissent parfois la tête coupée d’une victime sur un marché pour avertir les autres. Ils ont également collecté des impôts et tribus officieux auprès d’hommes d’affaires et de paysans haïtiens effrayés.

8. Irak, 2003

Les États-Unis ont envahi l’Irak en 2003 pour renverser le président irakien Saddam Hussein, sur la base d’affirmations selon lesquelles il possédait des armes de destruction massive et des liens avec Al-Qaïda.

Il convient de noter que, bien que la CIA ait initialement affirmé qu’il y avait des ADM (armes de destruction massive) en Irak, dans un rapport final publié en 2005, le chef du Groupe d’étude sur l’Irak a déclaré : “Après plus de 18 mois, l’enquête sur les ADM et le débriefing des détenus liés aux ADM ont été finis. En l’état actuel des choses, l’enquête sur les ADM est allé aussi loin que possible.”

9. Libye, 2011

Les forces d’opposition cherchant à renverser le président libyen Mouammar Kadhafi ont reçu le soutien de la Secrétaire d’État de l’époque, Mme Clinton. Elle a même poussé le président Obama à lancer une campagne de bombardement dans le pays, afin d’évincer Kadhafi.

M. Obama a décrit l’intervention des États-Unis en Libye comme la “pire erreur” de sa présidence, à savoir “ne pas avoir planifié” les conséquences de la défaite de Kadhafi.

10. Syrie, 2013

L’administration Obama a annoncé en 2013 que les États-Unis commenceraient à fournir des armes, de l’équipement et une formation aux “rebelles syriens modérés” dans le but de “maintenir l’opposition syrienne contre les forces en accord avec le régime du président Bachar al-Assad“.

Alors qu’Assad est toujours au pouvoir aujourd’hui, ce n’est un secret pour personne que les États-Unis ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour le renverser et, par conséquent, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a estimé que plus de 480 000 personnes ont été tuées, et que les régions syriennes déchirées par la guerre qui ont connu l’implication de la CIA ressemblent maintenant exactement à ce que le président Trump qualifierait de “pays de merde“.

 

 

Traduction : Irène

Source: http://thefreethoughtproject.com/10-nations-us-govt-helped-turn-shithole-countries/?utm_source=getresponse&utm_medium=email&utm_campaign=rssfeednewsletter&utm_content=The+Free+Thought+Project+Newsletter

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire