JOUANT L’ILLUSION

L’humanité est incroyable. Je suis plus encouragé par le jour où je vois les voies d’une nouvelle vie et la perception consciente avec laquelle notre espèce fait surface. C’est remarquable. Dans un monde où les choses sont conçues pour sembler si désespérées et destinées à un enfer apocalyptique ou à un autre, qu’il s’agisse d’une guerre nucléaire mondiale ou d’une prise en charge totale de l’IA, la vie est éternelle, tandis que la matrice mutante du contrôle parasitaire continue à s’effondrer.

L’illusion persiste, n’est-ce pas ?

On dirait qu’on est dans le pétrin. Une grande question qui semble se poser à maintes reprises est de savoir si nous nous engageons dans ce tissu miasmique appelé “système” ou “matrice”, ou si cela va à l’encontre du but recherché. Une autre question est de savoir combien d’entre eux considèrent que l’option de ” retrait ” de ce cadre est viable d’une manière ou d’une autre.

Un grand dilemme qui semble tourmenter notre espèce est : “Pouvons-nous “réparer” le monde dans lequel nous vivons ?” Est-il même possible, et encore moins souhaitable dans un sens ou dans l’autre, de réparer le système mondial ? Cela peut sembler une sorte d’évasion ou d’ésotérisme, mais pour moi, c’est l’une des questions urgentes.

Il est temps d’y réfléchir.
Il semble temps de réfléchir à nouveau et de réévaluer un si grand nombre de ces questions et défis fondamentaux pressants. Est-ce qu’on s’y prend bien ? Sommes-nous en train de mettre la main à la pâte dans notre soi-disant activisme afin de faire le plus grand bien à l’humanité ?

Il ne s’agit pas de minimiser les efforts sincères de quiconque pour défendre la vérité, la justice et l’harmonie sous quelque forme que ce soit. Tout est accomplissement énergétique est une forme quelconque. Mais prenons un peu de recul et voyons la situation dans son ensemble pour peut-être donner une perspective plus consciente afin d’éviter que les choses ne nous tirent d’affaire ou ne nous entraînent dans le tourbillon sombre et futile auquel nous sommes confrontés.

C’est un paradigme programmé que nous observons et dans lequel nous sommes amenés à participer, un peu comme The Truman Show, mais seulement multidimensionnel. C’est pourquoi on l’appelle la “scène” du monde. Les gentils et les méchants lui donnent une crédibilité émotionnelle et un drame irrésistible auquel nous acceptons librement de prendre part, sans prendre pleinement conscience de la vraie nature sous-jacente des choses. Compréhensible à un niveau.

Le fait de réaliser qu’il s’agit peut-être d’un jeu quelconque n’annule en rien les actions et les réactions vraiment conscientes ou “morales” à quelque niveau que ce soit, car tout cela fait partie du mélange. Mais il semble qu’il s’agisse d’un drame mis en scène sur une boucle sans fin d’une manière profonde et qu’il faudrait peut-être le traiter comme tel et ne pas le prendre aussi sévèrement et sérieusement à un certain niveau.

Jouer l’illusion est censé être une expérience amusante, sinon c’est tout l’obscurité, le malheur et le destin conçu sous une certaine forme, une perspective conditionnée trop répandue. C’est pourquoi “la vie est une salope et puis tu meurs” a été si largement citée et popularisée. Une attitude très triste mais compréhensible. Mais le fait est qu’il y a tellement plus à notre portée.

La distraction de l’enchevêtrement de l’intrusion dans Paradox City
C’est tout un puzzle qui captive dans ce niveau d’expérience 3D. Les scénaristes, les réalisateurs, l’équipe de tournage, les machinistes, les accessoires, les joueurs de morsures et les rôles principaux font partie d’une pièce à un certain niveau. Et certains joueurs ne sont même pas humains juste pour rendre le jeu plus divertissant et compliqué. Et puis il y a le public, sans qui il n’y aurait pas besoin d’une pièce et pas d’interactivité du tout.

Un phénomène étrange en effet.

Le fait que nous puissions remettre en question notre réalité à ce niveau et imaginer, et même expérimenter autrement, prouve qu’il y a d’autres perspectives, et très probablement des éléments multidimensionnels sous-jacents et même primordiaux invisibles en jeu. Quelque chose à quoi penser en soi.

Comme il me semble, à moi et apparemment à beaucoup d’autres, c’est un jeu, un jeu, mais pas dans un sens superficiel. C’est sûr qu’il y a une sorte de but cosmique. Ce n’est pas totalement absurde, et ce processus ne s’arrête jamais. Je suppose qu’il s’agit surtout d’un terrain d’apprentissage pour l’expérience et la croissance alors que nous sortons du charme de ce niveau complexe et très convaincant d’illusion que nous appelons “réalité”. Nous grandissons ainsi dans le caractère spirituel, et peut-être nous éclaircissons la vie passée et/ou le bagage hérité, et continuons à évoluer avec toute la Création.

casa-de-locos-

Qu’est-ce que le changement réel ?
Pensons-nous vraiment que le jeu à ce niveau va changer d’une manière fondamentale ? Peut-être qu’on s’en sortira si l’humanité est prête. Cela ne semble pas vérifiable historiquement et reste à voir. Mais chacun de nos réveils contribue certainement à la réalité globale. Et que beaucoup sont appelés à s’engager dans une participation active ou non active, sous quelque forme que ce soit, tout va bien. Il n’y a pas de condamnation ou de jugement dans la vraie force universelle. Nous vivons chacun notre chemin. Mais cette compréhension est extrêmement habilitante et libératrice à un tout autre niveau.

Nous pouvons réarranger les choses ici et là comme l’humanité s’efforce de le faire depuis des millénaires. Nous pouvons aussi tout démonter, exposer et décrire à l’infini. Cela pourrait en aider certains, mais je ne suis pas sûr que cela change quoi que ce soit si nous nous battons avec l’extérieur. L’exposition ne suffira pas à elle seule, mais elle contribue dans une certaine mesure à la première étape de l’éveil. Déverrouiller ce qui est en chacun de nous est la clé.

Pour en revenir à l’analogie de Truman, nous pouvons peut-être même en faire un film différent que nous préférerions voir dans une certaine mesure, mais c’est quand même un film. Une sorte de morphing de l’image qui maintiendrait ainsi l’attachement à celle-ci mais avec l’illusion du changement. Intéressant, en effet.

Quoi qu’on fasse, la pièce se jouera ici. Il le faut, du moins à cette densité. Il semble que c’est ce qu’il est conçu pour faire. Perspective intéressante, hein ?

Comme le regretté Bill Hicks l’a dit avec justesse : “Ce n’est qu’un tour de manège…”…un tour de manège aux couleurs vives, plein de frissons et de frissons qui semble très réel.

Mais seulement jusqu’à ce qu’on le répare ?
Je ne sais pas si c’est possible dans ce domaine ou dans cette dimension. Nous devons penser à un autre niveau. C’est son but, fournir du contraste, comme des équipes adverses sur un terrain de jeu ou des pièces d’échecs sur un échiquier que nous trouvons si fascinantes et divertissantes. Essayer d’éliminer le “mal”, c’est comme avoir une seule équipe sur le terrain, ou lancer des pierres sur l’écran du cinéma pour tenter de changer le film et d’éliminer les méchants intégrés dans le scénario. Ou même quelque chose d’aussi profondément inconscient que d’essayer d’annihiler le yin “sombre” du yin-yang de la création.

Autant fixer notre apparence en ajustant le miroir, si je peux en extrapoler la nature absurde.

Mais soyons réalistes, c’est amusant d’essayer de comprendre tout ça ! Je dois l’admettre, ha ! Quel voyage ! Mais ce n’est pas pour minimiser la gravité de notre situation difficile actuelle. De toute évidence, l’humanité est cultivée et traitée comme un atout, et ce paradigme, quelle qu’en soit la source, s’effondrera au fur et à mesure que nous nous éveillerons à ce qui se passe réellement ici.

Le monde naturel
J’aime regarder la nature comme un paradigme fractal pour notre compréhension de base. En plus de sa nature holographique essentielle avec toute la création en elle, comme c’est le cas pour nous, tout est parfait tel qu’il est. Imaginez, sans certains parasites, nous serions inondés de débris. Sans les prédateurs, nous nagerions dans une espèce dominante. Sans les bactéries et les luttes internes de guérison et de croissance de toutes sortes, notre corps serait malade et se décomposerait presque instantanément.

Tout fonctionne de concert. Tout cela. Même si nous ne le “comprenons” pas.

Bien sûr, les choses peuvent devenir déséquilibrées et il y a du jardinage à faire ici à l’occasion et de sérieux défis énergétiques, c’est notre responsabilité à un niveau très profond et significatif. Le bon sens, l’amour et l’intendance demeurent toujours de mise. Mais ne perdons pas de vue cette étrange projection qu’est la “scène” tourbillonnante et les attitudes ignorantes et réactives qui y sont attachées. Cela dément seulement un très faible niveau de perception et de compréhension. C’est pourquoi les cultures autochtones si proches de la nature nous fascinent par leur sagesse profonde et leur simplicité.

Des outils gratuits sur la façon de désintoxiquer les émotions des autres et de récupérer votre pouvoir.
C’est le même jeu où tout le monde accepte de jouer des rôles apparemment nécessaires. Nous devons tous l’engager, mais n’oublions pas de le détacher et de le voir pour ce qu’il est vraiment.

Cela peut sembler contre-intuitif, mais c’est là que réside la véritable compréhension.

lies

La rétorsion mentale
J’entends les esprits s’agiter et se disputer avec cette perception. C’est parce que cette perspective défie et annule le besoin de tant de temps, d’énergie et d’attention mal orientée. C’est insondable pour les champs inférieurs de perception de l’énergie basée sur les croyances – c’est une compréhension qui défie tout un royaume d’interréactivité mal habilitée. Mais cela échappera à ceux qui se trouvent dans ce cadre.

Ce système opérationnel de niveau inférieur inférieur comprend principalement l’ego massif et incontrôlé de l’humanité, individuel et collectif. C’est l’essaimage séparé et mutant de la création racine, la question du faux ego cancéreux qui est au centre de nos problèmes appelés “la chute” ou le système opérationnel de “l’esprit qu’ils nous ont donné” et tous les accrochages qu’il attire, parmi d’autres explications. Je perds peut-être des gens mal informés ici, mais tenez bon.

Cet “ego” souvent mal étiqueté et mal compris est comme l’esprit – c’est son partenaire dans le domaine du non-soi où nous avons été conditionnés dès la naissance. Certains aspects de ce concept d’ego sont nécessaires et font partie de notre appareil fonctionnel. Mais c’est soit notre maître ou notre serviteur, notre “ami” interactif sain ou l’ennemi intérieur – nous aveuglant de la vraie réalité sous-jacente et ce qui renforce l’interconnectivité. Cette autre fausse excroissance de ce que nous pouvons appeler le faux ego est le grand séparateur, la chose même que nous sommes venus surmonter en revenant à notre source – la reconnaissance de soi et le souvenir de qui nous sommes.

Ce que je veux dire, c’est que jusqu’à ce que nous revenions aux vraies bases de l’expérience sur une base personnelle et, espérons-le, collective, ce sera le lavage, le rinçage et la répétition ici comme cela a été pendant des éons. Individuellement et collectivement. Nous ne “voyons qu’à travers un verre dans l’obscurité” ici, mais nous obtenons des aperçus aussi bien expérientiels qu’intuitifs de “l’autre côté” et nous nous éveillons clairement à ces vérités profondes de manière exponentielle maintenant.

Autant s’amuser ici, mais il ne faut pas se leurrer. Blâmer l’extérieur s’apparente à une cécité abjecte et à un cas très grave d’erreur d’identité. C’est un peu comme si nous laissions l'”acceptation” extérieure et les opinions des autres guider notre vie et notre bonheur – la victimisation, le faux jugement, la projection du blâme et une foule d’autres choses, lorsque les vrais problèmes sont en nous, et non “dehors”. Les applications de ce principe sont multiples. C’est une extrapolation rapide et puissante, mais une bonne extrapolation.

Un réveil mondial ? Ou est-ce que chacun d’entre nous est l’affaire entière
L’éveil semble être d’abord et avant tout une chose individuelle. Je soupçonne que lorsque nous nous réveillons, nettoyons et grandissons vraiment, de personne à personne, nous passons peut-être de ce manège à une nouvelle aventure si nous le voulons. À moins que nous ne décidions de revenir et d’essayer d’aider à en réveiller un peu plus et probablement une foule d’autres raisons.

Qui sait ? Qui sait ? Curieux, en effet. Autant de possibilités, toutes dignes d’intérêt.

global-awakening-matriz-300x294

Peut-il y avoir un réveil global ? Peut-être. Mais cela ne se fera pas “pour” qui que ce soit, mais par chaque individu et le reste suivra. En fin de compte, ce n’est pas vraiment notre principale préoccupation, car ce n’est pas l’ensemble qui nous préoccupe. Aucun mouvement d’une nouvelle forme d’affirmation collective ou de conformité ne le fera par magie. Sinon, ce sera le retour à la case départ, et juste un autre suiveur qui suivra rythmiquement un nouveau mème vers une remise à zéro sur le grand mandala.

Une pensée triste peut-être, mais qui suis-je pour dire ? Nous sommes chacun sur notre propre chemin et n’avons aucune idée de ce qui se passe vraiment, à part de petits aperçus.

Que faire alors ?
Cette approche de la vie telle que nous la connaissons peut sembler exiger tellement de sacrifices apparents de ce qui nous est familier que cela peut sembler beaucoup de travail et de responsabilité personnelle. Cela inclut beaucoup de changements et de lâcher prise de nos désirs, de nos idées, de nos croyances et de notre image de soi bien-aimée. Tout laisser aller ne se passe jamais bien et nous pourrions mourir ou nous faire tuer pour avoir essayé quelque chose d’aussi contrariant. Le prix semble beaucoup trop élevé sur ce terrain de jeu programmé. Encore une fois, c’est ironique, car nous allons perdre tout cela de toute façon un jour ou l’autre. Outre le fait que le “point d’exclamation” final peut venir à tout moment.

Alors pourquoi ne pas essayer de tout laisser tomber maintenant ? Rien d’autre ne fonctionne, ni n’a jamais fonctionné.

Qu’est-ce qu’il y a vraiment à perdre dans l’ordre des choses ? Lâcher prise peut mener à tout gagner, plus que ce que nous avions espéré ou rêvé. Des choses étonnantes semblent certainement fonctionner de cette façon. Nous en avons tous fait l’expérience dans notre vie, à un moment ou à un autre. Alors pourquoi ne pas l’essayer volontairement plutôt que d’avoir à l’arracher de nous, ou de nous en arracher, comme cela arrivera un jour ou l’autre ? Ce qui ne semble pas très loin.

just-take-one-

Il n’en faut qu’un
La beauté raréfiée de tout cela, c’est que si l’un d’entre nous peut vraiment s’éveiller et s’allumer, cela prouve que n’importe qui peut le faire. Et chacun de ceux qui le font affecte de façon exponentielle l’opportunité pour les autres de rompre le sort, et déplace énergiquement cet orbe d’illusion dans des incréments de plus de potentialité pour ceux qui sont en son sein. Je trouve cela extrêmement inspirant et stimulant.

C’est tout à fait paradoxal, alors ne vous attendez pas à ce que cela ait un sens linéaire. Si tout est “sous contrôle”, pourquoi faire quoi que ce soit ? Eh bien, il y a beaucoup de raisons. N’oubliez jamais – si les sages et les “radicaux” incarnés qui ont osé dire la vérité dans des vies antérieures dans cette dimension n’avaient pas démontré et partagé leur sagesse d’éveil à travers les âges, je soupçonne fortement que cela aurait pu être beaucoup plus difficile pour ceux d’entre nous ici et maintenant sur ce chemin étonnant pour se réveiller de zéro.

Nous nous tenons sur les épaules des vrais géants qui ont osé atteindre la plénitude de la Vérité manifestée dans l’Amour. Et comme le veut la compassion, ils se sont sentis obligés de partager ce qu’ils avaient appris. Payons-le en avant pour toute la Création. Et attention aux grands sages, ils n’ont jamais dit de combattre le système, bien qu’ils ne condamnent pas de telles actions. Ils ont toujours dit d’élever notre niveau de conscience et de revenir à la Source comme la priorité numéro un, de voir au-delà de l’illusion et des attachements sur lesquels la cause fondamentale de la souffrance est soulagée.

Nous ne pouvons pas nous tromper
Aucun chemin n’est mauvais. Peu importe ce que nous faisons, nous ne pouvons pas “nous tromper”. C’est la beauté de la chose. Chaque chemin de l’âme est unique et apprend et expérimente ce qu’il fait. Il n’y a ni jugement, ni bien, ni mal à cet égard. Cela peut paraître ainsi du point de vue de la perspective dimensionnelle inférieure, mais cela fonctionne à partir d’un lieu d’ignorance dans le grand dessein des choses. Nous avons la capacité d’en faire beaucoup plus.

L’amour, c’est tout simplement. Et c’est tout. Allons-y et vivons-le du mieux que nous le pouvons, quels que soient le coût et les obstacles apparents. C’est comme ça qu’on joue à ce jeu, avec un abandon sans peur. J’emmerde les confins, les opposants et ceux qui veulent être contrôleurs. Ce ne sont que des pièces de plateau de jeu destinées à créer des contrastes, des oppositions énergiques et des expériences. Rien de plus. Ils ne font que leur travail.

Ça m’a l’air d’un merveilleux coup monté. Les opportunités abondent alors que nous jouons à l’illusion ! Faisons le grand saut ! C’est exactement comme les peurs – quand on les affronte, elles disparaissent comme les fantômes qu’elles sont.

Affrontez le tout et transcendez le jeu ! Tout en y jouant ! Assez déroutant ? Bienvenue sur la planète Terre en tant qu’êtres spirituels incarnés.

Nous ne faisons qu’un. Pourtant individuel.

En avant. L’amour.

Zen Gardner, collaborateur
Waking Times

Laisser un commentaire