Le silence de la dissidence

Les élites dirigeantes qui comprennent que l’idéologie dominante du capitalisme d’entreprise mondial et de l’expansion impériale n’a plus de crédibilité morale ou intellectuelle ont organisé une campagne pour fermer les plates-formes données à leurs critiques. Les attaques dans le cadre de cette campagne comprennent des listes noires, la censure et la diffamation des dissidents en tant qu’agents étrangers de Russie et fournisseurs de “fausses nouvelles”.

Aucune classe dominante ne peut longtemps garder le contrôle quand la crédibilité des idées qui justifient son existence s’évapore. Il est alors contraint de recourir à des formes cruelles de coercition, d’intimidation et de censure. Cet effondrement idéologique aux États-Unis a transformé ceux d’entre nous qui s’en prennent à l’État d’entreprise en une menace puissante, non pas parce que nous touchons un grand nombre de personnes et certainement pas parce que nous diffusons la propagande russe, mais parce que les élites n’ont plus de contre-argument plausible.

Les élites font face à un choix désagréable. Ils pourraient imposer des contrôles sévères pour protéger le statu quo ou se tourner vers le socialisme afin d’atténuer les injustices économiques et politiques croissantes subies par la majorité de la population. Mais un virage vers la gauche, en rétablissant et en élargissant essentiellement les programmes New Deal qu’ils ont détruits, entraverait le pouvoir des entreprises et les profits des sociétés. Au lieu de cela, les élites, y compris les dirigeants du Parti démocrate, ont décidé d’annuler le débat public. La tactique qu’ils emploient est aussi vieille que les critiques qui dénigrent l’État-nation en tant que traîtres au service d’une puissance étrangère hostile. Des dizaines de milliers de personnes consciente ont ainsi été inscrites sur la liste noire pendant les effarouchés rouges des années 1920 et 1950. L’attention hyperbolique et implacable que les médias “libéraux”, comme le New York Times et MSNBC, accordent à la Russie, a déclenché ce que certains ont appelé un “nouveau McCarthysme” virulent.

Les élites d’entreprises ne craignent pas la Russie. Il n’y a pas de preuve publiquement divulguée que la Russie ait déclenché l’élection de Donald Trump. La Russie ne semble pas non plus vouloir une confrontation militaire avec les États-Unis. Je suis certain que la Russie essaie de s’immiscer dans les affaires américaines à son avantage comme nous le faisons et l’avons fait en Russie. Par exemple, lors du financement clandestin de Boris Eltsine et la campagne de 1996 pour la réélection du président qui a coûta au moins 2,5 milliards de dollars dont une bonne partie provenait indirectement du gouvernement américain. Dans l’environnement médiatique actuel, la Russie est la plaque tournante. L’état d’entreprise n’est pas à cran par les médias qui donnent une voix aux critiques du capitalisme d’entreprise, de l’état de sécurité, de la surveillance et de l’impérialisme y compris le réseau RT Amérique.

Mon émission sur RT America, “On Contact” comme mes chroniques à Truthdig, amplifie les voix de ces dissidents – Tariq Ali, Kshama Sawant, Mumia Abu-Jamal, Medea Benjamin, Ajamu Baraka, Noam Chomsky, Dr. Margaret Flowers, Rania Khalek, Amira Hass, Miko Peled, Abby Martin, Glen Ford, Max Blumenthal, Pam Africa, Linh Dinh, Ben Norton, Eugene Puryear, Allan Nairn, Jill Stein, Kevin Zeese et d’autres. Ces dissidents, si nous avions un système de radiodiffusion public qui fonctionne ou une presse commerciale libre de tout contrôle corporatif, seraient inclus dans le discours général. Ils ne sont pas achetés et payés. Ils sont intègres, courageux et souvent brillants. Ils sont honnêtes. Pour ces raisons, aux yeux de l’état d’entreprise, ils sont très dangereux.

La première et la plus mortelle salve dans la guerre contre la dissidence est venue en 1971 quand Lewis Powell, un avocat d’entreprise et plus tard juge de la Cour suprême, a écrit et diffusé une note de service aux chefs d’entreprise appelée “Attack on American Free Enterprise System” (Attaque sur le système de libre entreprise). Les entreprises, comme Powell l’a expliqué dans le document, ont investi des centaines de millions de dollars dans  la finance des candidats politiques pro-entreprises en organisant des campagnes contre l’aile libérale du Parti démocrate et de la presse et en créant des institutions telles que la Business Roundtable, la Heritage Foundation, le Manhattan Institute, l’Institut Cato, Citizens for a Sound Economy, la Federalist Society et Accuracy in Academia. La note de service soutenait que les entreprises devaient financer des campagnes soutenues pour marginaliser ou faire taire ceux qui dans “le campus du collège, la chaire, les médias et les revues intellectuelles et littéraires” étaient hostiles aux intérêts des entreprises.

Powell a attaqué Ralph Nader par son nom. Les lobbyistes ont inondé Washington et les capitales des États. Les contrôles réglementaires ont été abolis. Des réductions d’impôt massives pour les sociétés et les riches ont été mises en œuvre aboutissant à un boycott fiscal de facto. Les barrières commerciales ont été levées et la base manufacturière du pays a été détruite. Les programmes sociaux ont été coupés et les fonds pour l’infrastructure, les routes et les ponts aux bibliothèques publiques et aux écoles ont été coupés. Les protections des travailleurs ont été vidées. Les salaires ont diminué ou stagné. Le budget militaire, ainsi que les organes de la sécurité intérieure, sont devenus de plus en plus gonflés. Une liste noire de facto, en particulier dans les universités et la presse, a été utilisée pour discréditer les intellectuels, les radicaux et les militants qui dénonçaient l’idée que la nation se prosterne devant les diktats du marché et condamnaient les crimes de l’impérialisme. Certains des plus connus étant Howard Zinn, Noam Chomsky, Sheldon Wolin, Ward Churchill, Nader, Angela Davis et Edward Said. Ces critiques n’existaient qu’en marge de la société, souvent en dehors des institutions, et beaucoup avaient du mal à gagner leur vie.

L’effondrement financier de 2008 a non seulement dévasté l’économie mondiale mais il a aussi révélé les mensonges propagés par ceux qui prônent la mondialisation. Parmi ces mensonges : que les salaires des travailleurs augmenteraient, que la démocratie se répandrait dans le monde entier, que l’industrie technologique remplacerait le secteur manufacturier comme source de revenus pour les travailleurs, que la classe moyenne s’épanouirait et que les communautés mondiales prospéreraient. Après 2008, il est devenu clair que le “marché libre” est une arnaque, une idéologie de zombie par laquelle les travailleurs et les communautés sont ravagés par les capitalistes prédateurs et les actifs sont dirigés vers le haut dans les mains du 1 pour cent mondial. Les guerres sans fin menées en grande partie pour enrichir l’industrie de l’armement et gonfler le pouvoir des militaires sont futiles et contre-productives pour les intérêts nationaux. Les programmes de désindustrialisation et d’austérité ont appauvri la classe ouvrière et endommagé l’économie.

Les politiciens de l’establishment dans les deux partis principaux, chacun au service du pouvoir des entreprises et responsable de l’assaut contre les libertés civiles et l’appauvrissement du pays, ne sont plus en mesure d’utiliser la politique identitaire et les guerres culturelles pour susciter le soutien. Cela a conduit dans la dernière campagne présidentielle à une insurrection de Bernie Sanders, que le Parti démocrate a écrasé, et l’élection de Donald Trump.

Barack Obama est arrivé au pouvoir en 2008 avec une vague de ressentiment bipartite puis a passé huit ans à trahir le public. L’agression d’Obama contre les libertés civiles, y compris son utilisation de la loi sur l’espionnage pour poursuivre les dénonciateurs, a été pire que celles menées par George W. Bush. Il a accéléré la guerre contre l’éducation publique en privatisant les écoles, élargi les guerres au Moyen-Orient, y compris l’utilisation d’attaques de drones militarisées, fourni peu de réformes environnementales significatives, ignoré le sort de la classe ouvrière, expulsé plus de sans-papiers que n’importe quel autre président, imposé un programme de soins de santé parrainé par l’entreprise conçu par la Right Wing Heritage Foundation et interdit au département de la Justice de poursuivre les banquiers et les sociétés financières qui ont réalisé des dérives. Il incarnait, comme Bill Clinton, la faillite du Parti démocrate. Clinton, surpassant les actions ultérieures d’Obama, nous a donné l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le démantèlement du système d’aide sociale, la déréglementation du secteur des services financiers et l’énorme expansion de l’incarcération de masse. Mme Clinton a également supervisé la déréglementation de la Federal Communications Commission, un changement qui a permis à une poignée de sociétés d’acheter les ondes.

L’État des affaires était en crise à la fin de la présidence Obama. Largement détesté. Il est devenu vulnérable aux attaques des critiques qu’il avait poussées en marge. La plus vulnérable a été l’établissement du Parti démocratique qui prétend défendre les droits des travailleurs et travailleuses et protéger les libertés civiles. C’est pourquoi le Parti démocrate est si zélé dans ses efforts pour discréditer ses détracteurs en tant que stooges pour Moscou et accuser l’ingérence russe d’avoir causé sa défaite électorale.

En janvier, un rapport sur la Russie a été publié par le Bureau du directeur du renseignement national. Le rapport consacre sept de ses 25 pages à RT America et à son influence sur l’élection présidentielle. Il a affirmé : “Les médias russes ont fait des commentaires de plus en plus favorables sur le président élu Trump alors que les campagnes électorales générales et primaires américaines de 2016 progressaient tout en offrant une couverture négative de la secrétaire [Hillary] Clinton.” Cela peut sembler vrai si vous n’avez pas regardé mes émissions de RT qui ont attaqué Trump et Clinton sans relâche. Ou bien, si vous n’avez pas regardé Ed Schultz qui a maintenant une émission sur RT après avoir été l’animateur d’une émission de commentaires MSNBC. Le rapport a également tenté de présenter RT America comme ayant une vaste couverture médiatique et une influence qu’elle ne possède pas.

“Dans un effort pour mettre en évidence le prétendu ‘manque de démocratie’ aux États-Unis, RT a diffusé, organisé et annoncé des débats de candidats de tiers et a publié des reportages à l’appui du programme politique de ces candidats ” a déclaré le rapport, résumant correctement les thèmes de mon émission. Les hôtes de la RT ont affirmé que le système bipartite américain ne représente pas le point de vue d’au moins un tiers de la population et qu’il est “bidon”.

Cela a continué :

Les rapports de RT qualifient souvent les États-Unis d'”État de surveillance” et font état d’atteintes généralisées aux libertés civiles, de brutalité policière et d’utilisation de bourdons.

RT s’est également concentrée sur les critiques du système économique américain, la politique monétaire américaine, la prétendue cupidité de Wall Street et la dette nationale américaine. Certains des hôtes de RT ont comparé les Etats-Unis à la Rome impériale et ont prédit que la corruption du gouvernement et la “cupidité des entreprises” mèneront à l’effondrement financier des Etats-Unis.

L’État corporatif est-il si obtus qu’il pense que le public américain n’a pas, à lui seul, tiré ces conclusions sur la situation de la nation ? C’est ce qu’il définit comme une “fausse nouvelle” ? Mais le plus important, n’est-ce pas la vérité que les courtisans de la presse grand public et de la radiotélévision publique, qui dépendent de leur financement par des sources comme les frères Koch, refusent de présenter ? Et n’est-ce pas finalement la vérité qui les effraie le plus ? Abby Martin et Ben Norton ont déchiré la mendacité du reportage et la complicité des médias corporatifs dans mon émission “On Contact” intitulée “Real purpose of intel report on Russian hacking with Abby Martin & Ben Norton.” (Le vrai but des rapports d’informations sur le hacking russe avec Abby Martin et Ben Norton).

En novembre 2016, le Washington Post a publié un article sur une liste noire publiée par le site sinistre et anonyme PropOrNot. La liste noire était composée de 199 sites que PropOrNot a allégués sans aucune preuve le label “transfert fiable de propagande russe”. Plus de la moitié étaient des sites d’extrême droite, des sites de conspiration. Mais une vingtaine de ces sites étaient d’importants points de vente de gauche dont AlterNet, Black Agenda Report, Democracy Now!, Naked Capitalism, Truthdig, Truthout, CounterPunch et le World Socialist Web Site. La liste noire et les fausses accusations fallacieuses selon lesquelles ces sites diffusaient de “fausses nouvelles” au nom de la Russie ont été mis en évidence dans le Post dans un article intitulé “l’effort de propagande russe a contribué à diffuser des ‘fausses nouvelles’ pendant les élections” disent les experts. Le journaliste, Craig Timberg, a écrit que le but de la propagande russe, selon des “chercheurs indépendants qui ont suivi l’opération”, était “de punir la démocrate Hillary Clinton, d’aider le républicain Donald Trump et de miner la foi en la démocratie américaine”. Décembre dernier, le chroniqueur de Truthdig Bill Boyarsky a écrit un bon article sur PropOrNot qui, à ce jour, demeure essentiellement une organisation secrète.

Le propriétaire du Washington Post, Jeff Bezos, également le fondateur et PDG d’Amazon, a un contrat de 600 millions de dollars avec la CIA. De même, Google est profondément ancré dans l’état de sécurité et de surveillance et aligné avec les élites dirigeantes. Amazon a récemment éliminé plus de 1 000 critiques négatives du nouveau livre d’Hillary Clinton,”What Happened”, ce qui a eu pour effet de faire passer la cote Amazon du livre de 2 1/2 étoiles à 5 étoiles. Est-ce que des sociétés comme Google et Amazon pratiquent une telle censure au nom du gouvernement américain ? Ou cette censure est-elle leur contribution indépendante à la protection de l’État ?

Au nom de la lutte contre les “fausses nouvelles” d’inspiration russe, Google, Facebook, Twitter, The New York Times, The Washington Post, BuzzFeed News, l’Agence France-Presse et CNN ont imposé en avril des algorithmes ou des filtres, supervisés par des “évaluateurs”, pour des recherches ayant des mots clés tels que “US militaire”, “inégalité” et ” socialisme ” ainsi que des noms personnels comme Julian Assange et Laura Poitras, la cinéaste. Ben Gomes, vice-président de Google pour l’ingénierie de recherche, explique que Google a rassemblé quelque 10 000 “évaluateurs” pour déterminer la “qualité” et la véracité des sites Web. Les internautes effectuant des recherches sur Google, depuis la mise en place des algorithmes, sont détournés de sites tels que Truthdig et dirigés vers des publications grand public comme le New York Times. Les organes de presse et les entreprises qui imposent cette censure entretiennent des liens étroits avec le Parti démocrate. Ce sont des meneuses de clameurs pour les projets impériaux américains et le capitalisme mondial. Parce qu’ils luttent dans le nouvel environnement médiatique pour la rentabilité, ils ont un incitatif économique à participer à la chasse aux sorcières.

Le site Web socialiste mondial a rapporté en juillet que son volume global ou “impressions” – les liens affichés par Google en réponse à des demandes de recherche – a chuté considérablement sur une courte période après l’imposition des nouveaux algorithmes. Il a également écrit qu’un certain “nombre de sites déclarés ‘fausses nouvelles’ par la liste noire discréditée [PropOrNot] du Washington Post… ont vu leur classement mondial chuter. Le déclin moyen de la portée mondiale de tous ces sites est de 25 %. …”

Un autre article, “la plateforme de recherche Google bloque l’accès au World Socialist Web Site” du même site a déclaré :

Au cours du mois de mai, les recherches Google incluant le mot “guerre” ont produit 61 795 impressions WSWS. En juillet, les impressions WSWS ont chuté d’environ 90 %, à 6 613 impressions.

Les recherches sur le terme “guerre de Corée” ont produit 20 392 impressions en mai. En juillet, les recherches utilisant les mêmes mots n’ont donné aucune impression WSWS. Les recherches sur la “guerre de Corée du Nord” ont produit 4 626 impressions en mai. En juillet, le résultat de la même recherche n’a donné aucune impression WSWS. “La guerre entre l’Inde et le Pakistan” a produit 4 394 impressions en mai. En juillet, le résultat est de nouveau nul. Et “La guerre nucléaire 2017” a produit 2 319 impressions en mai, et zéro en juillet.

Pour citer quelques autres recherches : “WikiLeaks” est tombé de 6.576 impressions à zéro, “Julian Assange” est tombé de 3.701 impressions à zéro et “Laura Poitras” est tombé de 4.499 impressions à zéro. La recherche de “Michael Hastings”, le journaliste décédé en 2013 dans des circonstances suspectes, a produit 33 464 impressions en mai, à seulement 5 227 en juillet.

En plus de la géopolitique, le SMSWS couvre régulièrement un large éventail de questions sociales dont beaucoup ont connu des chutes rapides dans les résultats des recherches. Les recherches de “bons d’alimentation”,”mises à pied de Ford”,”entrepôt Amazon” et “secrétaire à l’éducation” sont passées de plus de 5 000 impressions en mai à zéro impression en juillet.

L’accusation selon laquelle des sites de gauche collaborent avec la Russie les soumet théoriquement, avec ceux qui écrivent pour eux, à la loi sur l’espionnage et à la loi sur l’enregistrement des agents étrangers qui oblige les Américains qui travaillent pour le compte d’un parti étranger à s’enregistrer en tant qu’agents étrangers.

La dernière salve est arrivée la semaine dernière. C’est le plus menaçant. Le ministère de la Justice a demandé à RT America et à ses “associés” – ce qui pourrait signifier des gens comme moi – de s’inscrire en vertu de la Loi sur l’enregistrement des agents étrangers. Il ne fait aucun doute que l’État des affaires sait que la plupart d’entre nous ne nous enregistrerons pas en tant qu’agents étrangers, ce qui signifie que nous serons bannis des ondes. J’imagine que c’est là l’intention. Le gouvernement ne s’arrêtera pas au RT. Le FBI a reçu l’autorité de déterminer qui est un journaliste “légitime” et qui ne l’est pas. Il usera de cette autorité pour décimer la gauche.

C’est une guerre des idées. L’État ne peut pas participer honnêtement à ce concours. Il fera ce que font tous les régimes despotiques – surveillance de tout, mensonges, listes noires, fausses accusations de trahison, censure brutale et, finalement, violence.

Source: https://www.truthdig.com/articles/the-silencing-of-dissent/

Traduction PFC Francophone.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire