Les végétaliens et les végétariens pensent qu’ils ne tuent pas les animaux mais ils le font

Article datant du 13 novembre 2016 sur prepareforchange.net. Re-publié le 15 novembre 2017.

Il y a moins d’une semaine, Claudio Bertonatti, l’un des naturalistes les plus renommés d’Argentine, a écrit un article qui a déclenché un tremblement de terre. Le tsunami nous a déjà atteint ici et il risque de s’étendre encore plus loin.

Dans son article, The Vegan Confusion, il avertit que manger des légumes n’empêche pas la mort des animaux. Bertonatti a enragé des milliers de végétaliens et de végétariens ainsi que d’autres défenseurs de la nature. Cependant, beaucoup de ceux qui lisent son article ont appris quelque chose sur les droits des animaux ce qui ne leur serait jamais arrivé autrement.

Nous avons parlé à Claudio de son idée bouleversante et discuté des points les plus importants de la controverse.

Claudio, tu étais végétarien. Qu’est-ce qui vous a décidé à le devenir?

Adolescent, je me suis intéressé à la nature. Je pensais qu’en devenant végétarien, je pourrais éviter de tuer tant d’animaux. Mais j’ai changé d’avis.

Que s’est-il passé?

J’ai commencé à étudier la nature et à aller à la campagne pour observer la faune. J’ai remarqué que dans les champs de cultures agricoles, il n’y avait pas d’oiseaux et que les rares qui existaient étaient persécutés. Puis j’ai commencé à étudier les amphibiens, les mammifères, les reptiles et les poissons et je me suis rendu compte que j’avais été confus.

Comment?

En tant que végétarien, j’aidais à prévenir la mort et la souffrance des animaux domestiques mais pas des espèces sauvages. Et bon nombre de ces espèces – contrairement aux vaches, aux porcs et aux chèvres – disparaissaient. Donc, je suis redevenu un omnivore.

Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire cet article?

En Argentine, je rencontre beaucoup de gens qui se disent défenseurs de la nature parce qu’ils ne mangent pas de viande et ne portent pas de cuir. Ils pensent qu’en devenant végétaliens ou végétariens, ils empêchent les animaux de mourir. Ce n’est pas vrai.

Pourquoi ?

Dès le moment où les humains ont commencé à élever du bétail et à adopter l’agriculture, nous avons généré un impact. Il n’y a pas d’espèces animales dont la survie n’entraîne pas la mort d’autres animaux que ce soit directement ou indirectement. Je comprends que cela peut être une douloureuse réalisation. J’aimerais aussi vivre dans un monde idéal mais ce n’est pas la réalité. Beaucoup de végétaliens et de gens qui ne portent que du coton semblent croire qu’ils ne causent pas de décès, mais ils le font.

Quand je dis ça, beaucoup de gens ont l’impression que je les accule

Décès indirects?

Blé, riz, maïs. La plupart des végétaliens en mangent. Le premier impact de la culture de masse est la déforestation: nous forçons la nature à faire de la place pour les cultures. En Argentine, ils ont mis le feu à la jungle brûlant des nids avec des lance-flammes. Ensuite, ils doivent défendre les terres ensemencées contre les oiseaux qui viennent se nourrir; de nombreux propriétaires fonciers le font en dispersant des graines empoisonnées. Après cela, les herbivores sauvages viennent chercher les premières pousses donc les propriétaires fonciers installent des clôtures électriques ou pourchassent les animaux avec des fusils.

Si vous mangez de la viande, vous tuez des animaux mais vous les tuez aussi en mangeant des plantes.

Que se passe-t-il pendant la récolte?

La terre est fumigée pour lutter contre les champignons, insectes et autres plantes. Les animaux qui ont été chassés se déplacent vers d’autres zones qui supportent déjà des animaux : l’hôtel est complet. Ainsi, les animaux se rendent dans les champs de culture voisins et une autre vague d’impacts est générée.

En revanche, dit-il, dans les champs consacrés à l’élevage, il y a plus d’espèces d’autres animaux.

Il y a beaucoup de prairies sauvages en Argentine. Vous pourrez y faire une promenade et y trouver tout : amphibiens, reptiles, oiseaux. Bien sûr, je mentirais si je vous disais qu’il y a la même variété d’animaux que vous auriez si les vaches n’étaient pas là. L’agriculteur persécute également la faune et tue les animaux qu’il juge nuisibles à la production. Malgré tout, l’impact est moindre. Quand je dis ça, beaucoup de gens ont l’impression que je les coince.

Dans quel sens?

Dans le sens où il n’ y a pas d’échappatoire: si vous mangez de la viande, vous tuez des animaux mais vous les tuez aussi en mangeant des plantes. Beaucoup de gens qui se préoccupent des questions environnementales cherchent des bons et des méchants, mais ce n’est pas le cas : c’est beaucoup plus compliqué.

Donnez-nous un exemple.

Il y a beaucoup de gens ici qui manifestent et disent “Non à l’exploitation minière”. Le slogan devrait être “Non à l’exploitation minière qui exploite imprudemment les ressources et les gens”. Les activistes utilisent des ordinateurs qui n’existeraient pas sans les métaux apportés par les mines. Je suis surpris qu’ils ne voient pas la situation dans son ensemble.

La plupart des abattoirs en Argentine sont des modèles de cruauté. Je ne pourrais jamais prétendre le contraire!

Que pensez-vous de la façon dont la viande est produite en masse – l’industrie de la viande?

C’est une tragédie. Les parcs d’engraissement et la plupart des abattoirs d’Argentine sont des modèles de cruauté sans retenue. Je ne pourrais jamais prétendre le contraire!

Il y a des preuves que les ressources requises pour la viande sont beaucoup plus importantes que celles requises pour les légumes. Et que les cultures constituent une grande partie de ces ressources : un pourcentage élevé d’entre elles sert à nourrir le bétail.

C’est la vérité. Je sais que la plupart des cultures de soja sont utilisées à cette fin. Je ne dis pas que les végétaliens sont stupides ou qu’ils devraient tous devenir carnivores, je dis juste qu’il est important d’être raisonnable, d’adopter une position intelligente et de faire preuve de solidarité.

Pour un fondamentaliste, c’est un péché de mentionner la mort. Comment devrais-je l’appeler autrement? L’euthanasie?

Qu’est-ce qu’une position intelligente?

Montrer sa solidarité avec la nature : un moindre mal. Il est important d’encourager la consommation responsable et l’abattage sans cruauté des animaux. Mais pour un fondamentaliste, c’est un péché de parler de la mort. Comment devrais-je l’appeler autrement? L’euthanasie?

Si je comprends bien, votre intention est d’avertir les végétaliens et les végétariens qu’il est impossible d’avoir un impact zéro.

La plupart d’entre nous vivent dans des villes et ne savent pas grand-chose du monde animal. Demandez à vos amis s’ils peuvent nommer 10 animaux et 10 plantes sauvages indigènes de la région où ils vivent.

On n’ y arriverait probablement pas.

Si nous ne connaissons rien à la nature et à la diversité, nous ne pourrons pas la valoriser. Notre univers est limité à ce que nous voyons: chiens, chats, poulets, cochons, canards, vaches. Notre sensibilité ne s’étend qu’à eux. C’est comme regarder à travers un trou de serrure. Le monde est plus grand que cela et beaucoup plus complexe, que vous l’acceptiez ou non.

Vous parlez comme si vous connaissiez beaucoup de fanatiques.

Il y a des carnivores fondamentalistes et des végétaliens. En tant que scientifique, quand je les entends parler sur ce ton confiant, si peu sûr d’eux mêmes, cela me fait peur. Les fondamentalistes ne prêtent attention qu’aux gens qui pensent comme eux et voient tout le monde comme un ennemi. C’est une contradiction.

Notre univers est limité à ce que nous voyons: chiens, chats, poulets, cochons, vaches. Notre sensibilité ne s’étend qu’à eux

Quoi?

Pour un carnivore, être violent est logique, mais pour un végétalien, être violent est philosophiquement incohérent.

Avez-vous rencontré des végétaliens violents?

J’étais directeur général du Zoo de Buenos Aires. J’ai démissionné parce que j’ai essayé de le transformer en centre de conservation des espèces menacées mais je n’ai pas pu. Il y avait des végétaliens qui manifestaient devant le zoo criant après les familles qui entraient et les appelaient des meurtriers. Cela nuit au végétalisme. Les gens pensent : si c’est du végétalisme, alors je ne veux pas en faire partie. Tous les végétaliens ne sont pas comme ça, bien sûr. Mais il y a beaucoup de gens qui développent une grande empathie pour les animaux domestiques seulement. Beaucoup d’entre eux finissent par haïr les gens et c’est une pathologie : ce n’est pas sain.

Pour un carnivore, la violence est logique, mais pour un végétalien, la violence est incohérente philosophiquement.

Dans votre article, vous dites que si toute la race humaine devenait soudainement végétalienne, ce serait une tragédie. Mais certains disent que si nous étions tous végétaliens, nous aurions besoin de moins de récoltes que les omnivores.

J’ai écrit cet article pour susciter un débat dans mon pays où le mouvement végétalien n’a généralement pas la main mise sur l’analyse environnementale. Si toute la race humaine devenait végétalienne à cause de ce genre de pensée (sans compter d’autres raisons philosophiques, religieuses ou sanitaires que je n’aborderai pas), ce serait une tragédie parce que nous ne comprendrions pas les problèmes environnementaux du monde.

Vous n’êtes pas convaincu par les statistiques.

Si un végétalisme bien compris contribue à l’amélioration du monde naturel, alors je deviendrai un végétalien. Ma principale préoccupation est la conservation de la biodiversité : que la richesse de la vie sur Terre ne s’appauvrisse pas.

Mais, encore une fois, si tout le monde en Argentine était végétalien, cela ne nécessiterait-il pas moins de récoltes?

Je ne sais pas trop. Je ne pense pas qu’il faille être végétalien pour conserver la nature et la biodiversité. Je ne suis pas un spécialiste du développement de la production agricole mais d’après ce que je sais de l’environnement, il vaut toujours mieux diversifier la production. Il devrait y avoir des cultures, des vaches, des apiculteurs… diversité.

Vous n’avez pas besoin d’être végétalien pour conserver la nature et la biodiversité

Quelles sont les faiblesses du mouvement végétalien?

Je ne les vois jamais se battre pour la création de nouvelles aires protégées ou lutter contre le trafic illégal d’espèces sauvages. Je les vois protester contre la corrida, qui ne se déroule plus en Argentine, et contre les abattoirs. C’est comme s’ils ne se préoccupaient que des animaux domestiques qui, encore une fois, ne sont pas menacés d’extinction. Je ne dis pas que c’est mal, mais il y a tellement plus.

En général, pensez-vous qu’il n’y a pas assez de lien entre le végétalisme et la sensibilisation à l’environnement?

Ce que je trouve dangereux, c’est que vous dépensez toute votre énergie à essayer de sauver le chat noir, sans connaître l’environnement, parce que vous gaspillez peut-être votre énergie; votre énergie pourrait avoir un si grand impact ailleurs. Il est important d’avoir une vision large: elle peut vous aider à mieux analyser votre situation. Si, par la suite, vous voulez encore consacrer votre vie à sauver les chats noirs, c’est génial, j’en suis reconnaissant. La défense des droits des animaux n’est pas incompatible avec la protection de la nature.

Il y a clairement un conflit entre les environnementalistes et les défenseurs des droits des animaux et cela va certainement avoir un grand impact sur l’avenir de l’humanité. 

Cela me rappelle un peu les partis politiques de gauche: ils se comportent comme des ennemis mais ils sont très semblables et devraient être des alliés. Savez-vous qui est le plus grand ennemi de la conservation de la nature?

Qui?

Des gens indifférents. Beaucoup de gens indifférents croient que tous ceux qui se soucient de l’environnement sont les mêmes : nous ne mangeons pas de viande, nous sommes de bons verts qui n’ont jamais de rapports sexuels. Ce n’est pas vrai. Nous sommes des gens normaux !

Les environnementalistes ont tendance à penser que les végétaliens et les végétariens sont tout simplement sentimentaux. D’autre part, l’indifférence de certains végétaliens aux animaux sauvages et à la biodiversité me préoccupe

La mort fait partie de la nature. Mélanger les sentiments avec la science ne semble pas très scientifique. D’un autre côté, la conscience humaine est importante, tout comme notre responsabilité envers une industrie épouvantable et très polluante. Qui se trompe?

Des erreurs sont commises des deux côtés. Les environnementalistes ont tendance à penser que les végétaliens et les végétariens sont tout simplement sentimentaux. D’un autre côté, l’indifférence de certains végétaliens aux animaux sauvages et à la biodiversité me préoccupe: ce n’est pas cohérent. Je reconnais que l‘humanité est une machine qui dévore le monde. Un anthropologue a dit que nous sommes cosmophagiques : nous dévorons ce qui nous entoure.

Êtes-vous heureux de l’agitation que votre texte a suscitée?

Beaucoup de gens m’insultent et m’attaquent en disant que j’ai tué un ours polaire, ce qui n’est pas vrai. D’autres me donnent de nouvelles perspectives pour lesquelles je les remercie! Je ne suis qu’un compagnon de la conservation de la nature, un jardinier, et j’ai souvent eu tort. Je fais de mon mieux mais ça ne m’offense pas de découvrir que j’ai tort. Je pense comme un scientifique, pas comme un fondamentaliste.

Vous n’avez pas besoin d’être végétalien pour conserver la nature et la biodiversité

Source: http://www.playground.plus/food/vegans-and-vegetarians-think-they-dont-kill-animals-but-they-do/?utm_source=facebook.com&utm_medium=post&utm_campaign=plus

Traduction par Lucy Pitt.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire