L’exécution des exigences d’Israël doit stopper

Les promesses de loyauté envers Israël sont anti-américaines

La plupart des Américains n’ont aucune idée de la puissance des intérêts israéliens et juifs. Deux histoires récentes du Kansas et du Texas illustrent exactement comment les partisans d’Israël aux États-Unis sont prêts, désireux et capables de renverser les protections constitutionnelles et juridiques existantes qui défendent le droit à un traitement juste et impartial pour tous les citoyens américains.

Les amis d’Israël semblent croire que quiconque refuse de faire des affaires avec Israël ou même avec les territoires qu’il a illégalement occupés ne devrait pas être autorisé à faire des affaires à quelque titre que ce soit avec le gouvernement fédéral, les gouvernements des États ou même les administrations locales. Les garanties constitutionnelles de la liberté d’association pour chaque Américain ne sont apparemment pas valides si un pays étranger particulièrement favorisé est impliqué.

Le Maryland est devenu l’État le plus récent à parler d’Israël la semaine dernière. Actuellement, vingt-deux assemblées législatives d’États ont adopté diverses lois qui font face au boycott d’Israël en raison de ses violations des droits de l’homme. Dans de nombreux cas, il s’agit d’imposer des sanctions économiques à ces organisations et individus ou refuser des fonds publics aux collèges et universités qui permettent aux défenseurs du boycott d’opérer librement sur le campus.

Lorsque la gouverneure de la Caroline du Sud, l’actuelle Ambassadrice des Nations Unies Nikki Haley, ardente partisane d’Israël, a signé la première loi de l’État qui s’en prend à ceux qui soutiennent le boycott ou sanctionnent le gouvernement israélien, les institutions de l’État et les entreprises du pays. Haley, qui est censée défendre les intérêts américains, a également déclaré que son objectif prioritaire sera de s’opposer à “la partialité de l’ONU contre notre proche allié Israël”.

Les affaires récentes au Kansas et au Texas impliquent toutes deux des mandats d’État concernant Israël. Les deux états font partie de la ceinture biblique. La loi anti-boycott a été parrainée par de puissantes circonscriptions sionistes chrétiennes et a été adoptée par les législatures respectives avec peu de débat. Au Kansas, Esther Koontz, une entraîneuse mennonite a été congédiée par le département d’État à titre de formatrice d’enseignants parce qu’elle ne voulait pas certifier par écrit qu’elle ne boycottait pas Israël. L’église de Koontz avait adopté une résolution en juillet dernier pour la paix au Moyen-Orient qui s’opposait spécifiquement à l’achat de produits associés à l'”occupation militaire” israélienne de la Palestine. Avec l’aide de l’American Civil Liberties Union (ACLU), Koontz conteste la position du gouvernement du Kansas.

Dans le Dickinson, Texas, dans une affaire qui a fait l’objet de nouvelles nationales, la ville exige, ne serait-ce que brièvement, que toute personne qui demande une aide d’urgence signe un document qui se lit comme suit : “Vérification de ne pas boycotter Israël: En signant le présent accord ci-dessous, le requérant vérifie que le requérant: (1) ne boycotte pas Israël; et (2) ne boycottera pas Israël pendant la durée du présent accord”. L’ACLU conteste également la législation du Texas.

La loi du Texas a été signée plus tôt cette année et est entrée en vigueur le 1er septembre. En janvier 2016, le gouverneur Greg Abbott a rencontré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu qui a exhorté le Texas à faire adopter la loi. Abbott a répondu et, en signant le projet de loi, a déclaré que “toute politique anti-israélienne est une politique anti-Texas” et qu’il envisagerait également l’adoption par Israël d’une législation qui interdirait toutes les transactions commerciales des entreprises du Texas avec l’Iran.

Une mesure législative fédérale en attente qui est également en cours d’adoption au Sénat dépasserait de loin ce qui se passe actuellement au niveau des États et établirait une nouvelle norme de déférence à l’égard des intérêts israéliens de la part du gouvernement national. Il érigerait en infraction pénale tout citoyen américain “engagé dans le commerce inter-étatique ou étranger ” qui appuie le boycott d’Israël ou qui va même jusqu’à “demander des renseignements” à son sujet, sous peine de sanctions exécutées par le biais de modifications apportées à deux lois existantes. La loi de 1979 sur l’administration des exportations et la loi de 1945 sur l’exportation et l’importation qui prévoient des amendes pouvant aller de 250 000 $ à 1 million de dollars et jusqu’à 20 ans d’emprisonnement

Selon l’Agence juive du télégraphe, le projet de loi du Sénat a été rédigé avec l’aide de l’AIPAC. Le projet de loi, qui serait presque certainement annulé comme inconstitutionnel s’il devenait loi, est particulièrement dangereux et va bien au-delà de toute législation antérieure pro-israélienne car il nie essentiellement la liberté d’expression lorsque le sujet est Israël.

Le mouvement qui est particulièrement visé par les projets de loi, tant au niveau des États qu’au sein du gouvernement fédéral, est désigné par son acronyme de BDS, qui signifie Boycott, Désinvestissement et Sanctions. Il s’agit d’une réaction non-violente à l’occupation militaire israélienne des terres palestiniennes en Cisjordanie et à la poursuite de la construction de colonies exclusivement juives. Le BDS a été pris pour cible à la fois par le gouvernement israélien et par le Comité des Affaires Publiques Israélo-Américaines (AIPAC). Le site Web de l’AIPAC, dans le cadre de son programme de lobbying, inclut la promotion de la loi anti-boycottage israélienne comme une priorité absolue.

Le gouvernement israélien et ses partisans américains craignent particulièrement le BDS parce qu’il est devenu très populaire, en particulier sur les campus universitaires où des mesures administratives ont souvent été prises pour le supprimer. Le refus de la liberté d’expression sur le campus lorsqu’il concerne Israël a parfois été qualifié d'”exception palestinienne“, mais le message continue de résonner en raison de sa non-violence et de son appel en faveur des droits de l’homme. Elle remet en question le régime militaire arbitraire d’Israël qui dirige plus de trois millions de Palestiniens en Cisjordanie et qui impose des restrictions onéreuses sur presque tous les aspects de leur vie quotidienne. Et son message sous-jacent est qu’Israël est un État voyou qui se livre à des actions largement considérées comme illégales et immorales que le gouvernement israélien considère à juste titre comme potentiellement illégitimes.

Il est décourageant de constater qu’une nette majorité des législateurs et des membres du Congrès d’État estime qu’il est parfaitement acceptable de refuser à tous les Américains le droit à la liberté d’expression politique afin de défendre une occupation illégale internationalement reconnue par un pays étranger. Les co-parrains des projets de loi sont les démocrates, les républicains, les progressistes et les conservateurs. La déférence envers les intérêts israéliens est bi-partisane et transcende les lignes idéologiques. Glenn Greenwald et Ryan Grim, écrivant à The Intercept, observent que “… la seule mention du mot ‘Israël’ fait que la plupart des membres des deux partis s’alignent rapidement dans une unanimité qui ferait rougir d’envie le régime nord-coréen.

Si seulement l’activité anti BDS était le seul exemple de législation pro-israélienne mais il y en a malheureusement plus. Un autre projet de loi qui aurait pu être rédigé par l’AIPAC est le Sénat 722, Contrecarrer la loi iranienne sur les activités déstabilisatrices de 2017. Le projet de loi stipule que “Au plus tard, 180 jours après la date d’entrée en vigueur de la présente loi, et tous les deux ans par la suite, le Secrétaire d’État, le Secrétaire à la défense, le Secrétaire au Trésor et le Directeur du renseignement national élaboreront et soumettront conjointement aux commissions parlementaires compétentes une stratégie visant à décourager les activités et menaces conventionnelles et asymétriques de l’Iran qui menacent directement les États-Unis et ses principaux alliés au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et au-delà”.

Le projet de loi 722 du Sénat, combiné à la récente dé-certification de l’Iran par la Maison-Blanche, est une formule de guerre et un cadeau à Israël. Et il y a plus encore. Un projet de loi a été présenté à la Chambre des représentants qui exigera des États-Unis qu’ils “consultent” Israël au sujet de toute vente d’armes à des pays arabes du Moyen-Orient. En d’autres termes, Israël aura son mot à dire, sans aucun doute soutenu par le Congrès et les médias, sur ce que les États-Unis font en termes de ventes d’armes à l’étranger. Les auteurs du projet de loi veulent “un examen plus attentif des ventes futures d’armes militaires” afin de maintenir “l’avantage militaire qualitatif” dont Israël jouit actuellement.

Et il y a encore plus. Le plus récent projet de loi sur le commerce avec l’Europe, signé par le président Barack Obama, inclut un libellé exigeant le blocage européen des efforts “à motivation politique” pour boycotter Israël en tant que facteur dans les accords commerciaux bilatéraux de sorte que les intérêts commerciaux américains deviendront subordonnés à la façon dont les gouvernements étrangers considèrent Israël. Comment tout cela se déroule-t-il dans la pratique? Un groupe juif du New Jersey cherche à inscrire sur la liste noire avec le fonds d’investissement des pensions de l’État une banque danoise qui a refusé d’accorder des prêts à deux entrepreneurs israéliens de la défense. La banque a fait valoir qu’elle avait refusé des prêts à de nombreuses entreprises dans de nombreux pays pour des raisons commerciales sérieuses mais cet argument de bon sens est apparemment inacceptable pour la NJ Association d’Etats des Fédérations Juives.

Et il y a le projet de loi HR 672, Loi de lutte contre l’antisémitisme européen de 2017 qui a été adopté à l’unanimité par la Chambre des représentants le 14 juin. Oui, “à l’unanimité”. Le projet de loi exige que le département d’État surveille ce que les nations européennes et leurs forces de police font contre l’antisémitisme et les encourage à adopter “une définition uniforme de l’antisémitisme”. Cela signifie que la critique d’Israël doit être considérée comme de l’antisémitisme et sera donc un crime haineux et passible de poursuites, ce qui est déjà vrai de facto en Grande-Bretagne et en France. Si les Européens ne jouent pas le jeu, il y a la possibilité d’avoir encore plus de répercussions dans les négociations commerciales. Le projet de loi a été co-parrainé par Ileana Ros-Lehtinen (Floride) et Nita Lowey (New York), toutes deux juives.

Un projet de loi complémentaire du Sénat est également proposé dans la loi de 2017 sur l’Envoyé spécial chargé de surveiller et de combattre l’antisémitisme. Le projet de loi fera de l’envoyé antisémite un ambassadeur américain à part entière et lui donnera les moyens d’agir grâce à un personnel complet et un budget qui lui permettra de s’immiscer dans les affaires du monde entier. Il existe également un conseiller spécial pour les questions relatives à l’Holocauste. Il n’existe pas de postes comparables au sein du Département d’État qui surveillent spécifiquement les activités anti-chrétiennes ou musulmanes ou qui s’occupent d’événements historiques comme le génocide arménien.

Quiconque pense que le gouvernement des États-Unis, à tous les niveaux, ne s’en remet pas de façon constante et presque obsessionnelle aux intérêts israéliens et juifs, s’est endormi. L’obligation de signer un document faisant état d’une opinion d’un gouvernement étranger pour obtenir un emploi ou une aide en cas de catastrophe est une abomination. La protection d’Israël et la poursuite de la recherche mondiale d’antisémitisme ou de négationnistes ne sont pas la responsabilité du gouvernement américain et ce n’est pas ce que les législateurs et les membres du Congrès des États sont censés faire pour servir l’intérêt public.

Israël est parfois appelé le “51ème État”, mais ce n’est guère vrai, car il ne contribue en rien aux États-Unis, perçoit des milliards de dollars par an auprès du Trésor américain et n’a aucun compte à rendre en ce qui concerne les dommages réels qu’il inflige aux intérêts américains. Le peuple américain est trompé par ses propres dirigeants élus et des lois sont adoptées pour qu’il leur soit impossible de se plaindre. Assez, c’est assez. Il est temps de fermer la porte à la machine d’influence israélienne et de reprendre ce qui reste d’un gouvernement réellement réactif et représentatif.

Philip M. Giraldi, Ph. D., est directeur exécutif du Conseil pour l’Intérêt National, une fondation éducative déductible du revenu imposable 501 (c)3 qui cherche à promouvoir une politique étrangère plus axée sur les intérêts des États-Unis au Moyen-Orient. Le site Web est www.councilforthenationalinterest.org, l’adresse est P. O. Case postale 2157, Purcellville VA 20134 et son courriel est [email protected]

Source: http://www.unz.com/pgiraldi/pandering-to-israel-has-got-to-stop/

Traduction par Lucy Pitt.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire