Rencontrez le docteur qui dit que les médicaments d’ordonnance nous tuent – et il n’est pas le seul.

Article original de février 2016 sur prepareforchange. Remis d’actualité.

Dr. Peter Gotzsche, co-founder of the Cochrane Collaboration (the world’s most foremost body in assessing medical evidence), hopes to make clear this very problem. There is a reason why the most widely accessed article in the history of the Public Library of Science (PLoS) is entitled, Why Most Published Research Findings Are False. In the report, researchers stated that most current published research findings are false, and this was more than 10 years.
Le Dr Peter Gotzsche, cofondateur de la Collaboration Cochrane (l’organisme le plus important au monde dans l’évaluation des preuves médicales), espère bien faire comprendre qu’il y a bien une raison pour laquelle l’article le plus souvent cité dans l’histoire de la Bibliothèque Nationale de Science (PLoS) s’intitule Why Most Published Research Findings Are False (Pourquoi la plupart des papiers de recherche scientifique sont faux). Dans le rapport, les chercheurs ont déclaré que la plupart des plus récents résultats de recherche publiés sont faux, et ce, depuis déjà plus de 10 ans.

Quand il s’agit de notre santé, croire la parole d’une personne comme d’une doctrine n’est peut-être pas la meilleure idée qu’elle soit médecin ou non. Ce qu’une personne croit vraiment être la meilleure ligne de conduite dans le traitement d’une maladie peut être la dernière chose que quelqu’un d’autre recommande. Tout dépend d’une gamme complexe de facteurs, y compris où et comment ils ont été éduqués et, en particulier, qui a financé cette éducation. En effet, de nombreuses préoccupations ont été soulevées au sujet de l’utilisation de produits pharmaceutiques acceptés par l’industrie. Questions soulevées souvent par les médecins mêmes à qui l’on a dit de les utiliser. De plus, nous disposons maintenant d’un nombre impressionnant de preuves qui corroborent ce que bon nombre de ces professionnels essaient de nous dire depuis des décennies :

La profession médicale est rachetée par l’industrie pharmaceutique non seulement en termes d’exercice de la médecine mais aussi en termes d’enseignement et de recherche. Les institutions universitaires de ce pays se permettent d’être les agents rémunérés de l’industrie pharmaceutique. Je trouve ça honteux.

 Arnold Seymour Relman (1923-2014), professeur de médecine à Harvard et ancien rédacteur en chef du New England Medical Journal (source)(source)

Le Dr Peter Gotzsche, cofondateur de la Cochrane Collaboration (le plus important organisme d’évaluation des preuves médicales au monde) espère que ce problème sera clair. Il travaille actuellement à informer le monde sur les dangers associés à plusieurs médicaments de qualité pharmaceutique. D’après ses recherches, il estime que 100 000 personnes aux États-Unis meurent chaque année des effets secondaires d’une consommation correcte de médicaments sur ordonnance soulignant qu'”il est remarquable que personne ne lève le sourcil lorsque nous tuons un si grand nombre de nos concitoyens avec des drogues“. Il a publié un article l’an dernier dans le Lancet soutenant que notre utilisation d’antidépresseurs cause bien plus de tort que de bien. Tenant compte des récentes fuites concernant les antidépresseurs, il apparaît qu’il a bien raison.

L’exemple le plus récent de ce type de corruption avec les antidépresseurs provient d’une étude publiée la semaine dernière dans le Journal Médical d’Angleterre par des chercheurs du Centre Nordique de Cochrane de Copenhague. L’étude a montré que les sociétés pharmaceutiques ne divulguaient pas toutes les informations concernant les résultats de leurs essais cliniques:

[Cette étude] confirme que le degré de nocivité des antidépresseurs n’est pas indiqué. Ils ne sont pas signalés dans la documentation publiée, nous le savons – et il semble qu’ils ne sont pas correctement signalés dans les rapports d’études cliniques qui sont présentés aux organismes de réglementation et sur la base des décisions relatives à l’octroi de permis. (source)

Les chercheurs ont examiné des documents provenant de 70 essais à double insu contrôlés contre un placebo portant sur des inhibiteurs sélectifs du re-captage de la sérotonine (ISRS) et des inhibiteurs sélectifs du re-captage de la sérotonine et de la noradrénaline (ISRS).  Ils ont découvert que l’ampleur des dommages graves signalés dans les rapports d’études cliniques n’avait pas été signalée. Ce sont les rapports envoyés aux principales autorités sanitaires comme la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis.

Tamang Sharma, un étudiant doctorant à Cochrane et auteur principal de l’étude, a déclaré :

Nous avons constaté qu’une grande partie des annexes n’étaient disponibles qu’à la demande des autorités et que celles-ci ne les avaient jamais demandées. En fait, j’ai un peu peur de voir à quel point la situation serait mauvaise si nous avions les données complètes. (source)

Ce n’est pas la première fois que les compagnies pharmaceutiques manipulent la science pour mettre des antidépresseurs sur les tablettes. Il y a seulement quelques mois, un examen indépendant a révélé que le médicament antidépresseur couramment prescrit, Paxil (paroxétine), n’est pas sûr pour les adolescents même si une grande quantité de documents le suggéraient déjà. L’essai clinique de 2001, financé par GlaxoSmithKline, a révélé que ces médicaments étaient complètement inoffensifs et qu’ils utilisaient cette “science” pour commercialiser Paxil chez les adolescents.

Les deux principaux domaines d’intérêt de la société Gotzche sont les antidépresseurs et les analgésiques “anti-inflammatoires non stéroïdiens” comme l’ibuprofène, le tylénol, le célécoxib et le diclofénac. Un autre est le Vioxx qui a été retiré après avoir découvert qu’il avait causé plus de 100 000 cas de maladies cardiaques graves aux États-Unis au cours des cinq années où il était sur le marché.

Selon Gotzche, ces décès ne sont que la pointe de l’iceberg quand il s’agit de l’échec du processus de réglementation des médicaments pour protéger les patients :

Ces termes pour nos médicaments sont inventés par l’industrie pharmaceutique. Ils avaient un énorme intérêt financier à les qualifier d’anti-inflammatoire. Elle a incité les médecins à croire que ces médicaments avaient aussi un effet sur le processus de la maladie et qu’ils réduisaient les lésions articulaires.

Dans son article, il note également que les antidépresseurs ont remplacé des médicaments qui se sont révélés nocifs comme le Valium et le Xanax mais qui sont tout aussi addictifs et dont les effets secondaires sont tout aussi dangereux.

Selon le professeur Gotzsche, voici une liste de choses que vous voulez éviter :

  • Les antidépresseurs pour tous parce qu’ils ne sont probablement pas efficaces dans les cas graves de dépression
  • Tous les médicaments actifs dans le cerveau des enfants
  • Antipsychotiques et autres médicaments actifs au niveau du cerveau destinés aux personnes âgées. Les psychotropes devraient être utilisés le moins possible et surtout dans des situations très aiguës car ils sont très nocifs à long terme.
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens utilisés pour traiter l’arthrite, les douleurs musculaires et les maux de tête y compris l’ibuprofène en vente libre à faible dose. Ces médicaments devraient être utilisés le moins possible
  • Le dépistage par mammographie car elle ne prolonge pas la vie alors qu’elle rend de nombreuses femmes en bonne santé malades à cause d’un diagnostic excessif et entraîne la mort prématurée de certaines d’entre elles parce que la radiothérapie et la chimiothérapie augmentent la mortalité lorsqu’elles sont utilisées pour des cancers inoffensifs détectés lors du dépistage.
  • Les médicaments pour l’incontinence urinaire car ils  fonctionnent rarement

“L’argumentation contre la science est simple : une grande partie de la littérature scientifique, peut-être la moitié, est probablement fausse. Affligée par des études avec des échantillons de petite taille, des effets minuscules, des analyses exploratoires non valides et des conflits d’intérêts flagrants ainsi que par l’obsession de poursuivre des tendances à la mode d’une importance douteuse, la science a pris un virage vers les ténèbres “- Dr Richard Horton, l’actuel rédacteur en chef de la Lancet (source).

Voici une vidéo géniale que je partage dans la plupart de mes articles qui ont à voir avec ce sujet. C’est un extrait de Peter Rost, ancien vice-président de Pfizer et dénonciateur de l’industrie pharmaceutique. Auteur de “The Whistleblower, Confessions of a Healthcare Hitman“, Rost est un expert en marketing pharmaceutique. (sous-titres disponible)

Source:  by

Traduction Lucy Pitt.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire