Quel dictateur maléfique a tué le plus de gens ?

Les 10 dictateurs les plus malfaisants et les plus détestés de tous les temps

Certaines personnes prennent des décisions horribles, d’autres ne sont que de mauvais présidents, quelques-unes ont soif de sang, beaucoup sont extrémistes, d’autres sont des bellicistes et certaines sont tous ces types à la fois. Au cours des 130 dernières années, dix de nos dirigeants politiques ont été les architectes des génocides les plus horribles, de meurtres systématiques, de blocus, de guerres brutales et de réformes politiques les plus horribles que l’histoire ait jamais connus.

Par où commencer ? Peut-être un brise-glace pour le prochain dîner ? Saviez-vous que le mot “génocide” a été inventé en 1943 pour décrire le massacre des Arméniens provoqué par le dirigeant turc Ismail Enver ? Jusque-là, il n’y avait pas de mot spécifique dans notre langue. Cela me fait réfléchir à la mesure dans laquelle nous sommes devenus beaucoup plus conscients de ces événements au cours du siècle dernier. Ainsi, un toast rapide entre vous et moi à un avenir plus paisible où espérons rien de ce que je vais vous parler ne se  reproduira. Asseyez-vous mais ne vous détendez pas.

10. Yakubu Gowon (1.1 million de morts)

Résumé : 1 million de civils du mauvais côté d’un blocus causé par une guerre de sécession au Nigeria et 100 000 soldats morts dans cette guerre.

Cela commence comme beaucoup d’histoires tristes avec une belle huile précieuse. Elle avait été trouvé dans le delta du Niger où les tensions étaient déjà élevées entre la région de l’Est (dirigée par Ojukwu) et le reste du pays (gouverné par Yakubu). Un accord factice avait été signé entre le deux appelé «l’Accord d’Aburi» mais ne signifiait rien pour l’un ou l’autre des leaders. Yakubu a commencé à faire pression sur la région et a testé la puissance qu’il avait dans la zone par rapport à Ojukwu. Mais Ojukwu n’étant pas idiot déclara sécession du reste du Nigeria et devint la “République du Biafra”. Cela déclencha une guerre qui causa la mort de 100.000 soldats et, pire encore, un blocus sur la région qui affama un million de civils.

9. Mengistu Haile Mariam (400,000 – 1.5 million de morts)

Résumé : En tant que président de l’Éthiopie et colonel du «Derg» (milice communiste), Mengitsu a systématiquement tué tous ceux qui étaient contre lui durant la campagne de la «Terreur Rouge»

Mengistu Haile Mariam est (toujours vivant) un homme politique qui a présidé l’Ethiopie de 1974 à 1991. La façon dont il est arrivé au pouvoir fut par étouffement du président précédent Hailé Selassie bien qu’il ait nié ces rumeurs. Sa plus grande revendication de gloire est la Terreur rouge éthiopienne qui était une campagne de répression menée par les Derg (milice communiste en Ethiopie).

Dans son discours d’introduction, Mengitsu a crié: «Mort aux contre-révolutionnaires! Mort à l’EPRP!” Puis il prit trois bouteilles remplies de sang et les jeta au sol.

C’était un début propice pour en dire le moins. Des milliers de personnes ont été tué et ont trouvé la mort dans les rues dans les années qui ont suivi. Une grande partie de l’assassinat peut être attribuée au voisinage connu sous le nom de “Kebeles”. Comme si tuer des innocents ne suffisait pas, ils facturaient alors une taxe à la famille pour leur rendre le corps. La taxe fut nommée à juste titre «la balle perdue» ! Êtes-vous sérieux Mengitsu ? Cependant, il y avait encore plus horrible : être laissé dans la rue où les hyènes sauvages se battaient sur les morts. La campagne fut décrite comme l’un des pires meurtres de masse en Afrique. Mengitsu est même connu pour avoir gavé les gens à mort.

8. Kim Il Sung (1.6 million de morts)

Résumé : Impopulaire parmi son peuple Kim a utilisé les États-Unis comme bouc émissaire et forcé le pays à croire en son illusion.

Avant notre propre Kim, Jong-Il fut le père meurtrier Kim Il Sung qui conduisit la Corée du Nord dans une direction terrible. Il se battit pour une économie dirigée qui permit au gouvernement de prendre toutes les décisions pour le pays. Pour diverses raisons, le peuple n’a jamais semblé aimer l’homme et son emprise sur le pouvoir était, au mieux, ténue. Comme la plupart des fous, il blâmait quelqu’un d’autre, en l’occurrence, les États-Unis, et disait qu’ils avaient propagé la maladie dans toute sa population. Il fit comme Staline et provoqua des purges à grande échelle. Sa raison sous-jacente était que cela effraierait les gens si il leur disait la vérité. La purge de Kim était un peu différente de celle de Staline en ce sens qu’il n’y avait pas de procès. Pendant son mandat, des camps de prisonniers virent le jour dans tout le pays pour contenir les masses de plus en plus nombreuses de gens contre Kim Il Sung.

7. Pol Pot (1.7 million de morts)

Résumé : Forcer les citadins à déménager dans des fermes et les forcer à travailler dur

Pol Pot était le leader du mouvement communiste au Cambodge. Il a tenté de “nettoyer” le pays, ce qui a entraîné la mort d’environ 1,7 à 2,5 millions de personnes. Il y avait une politique intéressante de collectivisation agraire qu’il a mise en pratique à la fin des années 1970. Fondamentalement, il a forcé les citadins à se rendre aux fermes pour faire un peu de travail et vice versa pour les agriculteurs. Comme vous pouvez le deviner, aucun des deux groupes n’était très bon dans ses nouveaux emplois. Pol ne s’arrêta à réduire son propre peuple en esclavage. Il les nourrissait mal, leur donnait peu de soins médicaux et en exécutait beaucoup. Le résultat net fut la mort d’environ un cinquième de la population cambodgienne.

6. Ismail Enver Pasha (2.5 million de morts)

Résumé : 1 200 000 Arméniens (1915) + 350 000 Pontiens grecs et 480 000 Grecs anatoliens (1916-1922) + 500 000 Assyriens (1915-1920)

Il commenca sa carrière en tant qu’officier militaire turc et dirigeant de la révolution turque. Il finit par prendre le pouvoir et diriga l’Empire ottoman pendant les deux guerres des Balkans et la Première Guerre mondiale. En tant que ministre de la guerre, M. Enver n’était pas très utile et a été vaincu à maintes reprises. Sa défaite écrasante à la bataille de Sarikamish avait besoin d’un bouc émissaire et c’est là qu’il décida de blâmer les Arméniens pour son échec. Cela entraîna le malheureusement connu génocide arménien. Le mot “génocide” a été inventé pour décrire cet événement.

Étymologie de Wikipédia: Coincé en 1943 par Raphael Lemkin (1900-1959), un juriste légal polonaisjuif, pour décrire ce que le gouvernement turc (vers 1915-18) a perpétré contre le peuple arménien, aujourd’hui appelé le génocide arménien. Tiré de la souche du grec ancien (génos),”race, genre” ou latin “tribu, clan” (-cide).

5. Hideki Tojo (5 million de morts)

Résumé : Guerres non provoquées contre la Chine, les Etats-Unis, les Pays-Bas et la France

Hideki Tojo était général dans l’armée impériale japonaise. Il a assumé la fonction de Premier ministre et a occupé simultanément le poste de ministre de l’Armée. Comme si cela ne suffisait pas, il a également occupé d’autres postes importants tels que ministre de l’Intérieur, ministre des Affaires étrangères, ministre de l’Education et ministre du Commerce. Ses principales contributions à l’éducation ont été l’enseignement de l’endoctrinement militariste et nationaliste. Sa version de la sécurité intérieure consistait à approuver des mesures eugéniques qui faisaient essentiellement distinction entre le sang pur et les familles japonaises de sang mélangé.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Tojo a commencé à gagner des batailles et le public l’aimait pour cela. Il a réellement acheté l’aide nazie Kool-aid et a tenu fermement avec l’Allemagne. Quand le vent tourna et qu’il commença à perdre, ce fut dévastateur. Il finit par s’isoler. Il fut jugé pour crimes de guerre et reconnu coupable de guerres d’agression, de violations du droit international et de guerres non provoquées contre de nombreux pays. Sans parler l’ordonnancement, l’autorisation et la permission du traitement inhumain des prisonniers de guerre.

4. Leopold II de Belgique (2-15 million de morts)

Résumé : Création d’une colonie appelée “État libre du Congo”, asservissement de son peuple et travail forcé dans les usines de travail.

Leopold II était le roi des Belges et croyait au colonialisme. Il pensait que l’acquisition de colonies outre-mer était essentielle pour un grand pays et que c’était un bon stratagème. Le problème, c’est que la Belgique ne s’en souciait pas vraiment. Il décida de se mettre à son compte. Il démarra une entreprise qui semblait correcte et qui s’appelait International African Society (Société Internationale d’Afrique). Un an plus tard, il utilisa cette compagnie pour se rendre au Congo, revendiqua une parcelle de terre 14 fois plus grande que la Belgique et fit accepter à 14 pays (y compris les Etats-Unis) qu’il était libre de la diriger avec sa propre milice privée. Il força ensuite les populations indigènes à travailler de force et créa une industrie de caoutchouc dynamique abusant de ses travailleurs.

Le missionnaire John Harris à son retour du Congo déclara : “Je viens de rentrer d’un voyage à l’intérieur des terres au village d’Insongo Mboyo. La misère abjecte et l’abandon total sont indescriptibles.”

On estime que le nombre de morts varie entre deux et quinze millions, ce qui aurait pu être évité si 14 pays ne lui avaient pas donné leurs autorisations.

3. Adolf Hitler (17 million de morts)

Résumé : Camps de concentration civils pendant la Seconde Guerre mondiale

Adolf Hitler était le chef du parti nazi. Il fut le dictateur absolu de l’Allemagne de 1934 à 1945. Il obtint du soutien en promouvant des valeurs comme le nationalisme allemand et l’antisémitisme. Hitler fut nommé chancelier en 1933 et commença le troisième Reich. Hitler était affamé de pouvoir et détestait les Juifs (entre autres). Il voulait l’hégémonie en Europe. La militarisation nécessaire à la réalisation d’un objectif de cet ampleur entraîna le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Les forces nazies se livrèrent au meurtre systématique de 17 millions de civils dont environ 6 millions de Juifs et 1,5 million de Romains.

2. Jozef Stalin (23 million de morts)

Résumé : Les grandes purges et la famine en Ukraine

Jozef Stalina fut le premier secrétaire du Parti communiste de 1922 à 1953. Après la mort de Lénine en 1924, il devint le chef de l’Union soviétique. Staline ne tarda pas à lancer une nouvelle économie qui détruisit la production alimentaire dans tout le pays au point de provoquer une famine massive. Entre 1922-23, cela atteignit d’énormes proportions. En Ukraine, cette période sombre est connue sous le nom d’Holodomor. Elle croyait largement que les politiques soviétiques étaient à l’origine de cette famine et qu’elle était conçue comme une attaque contre le nationalisme ukrainien. Les estimations sur le nombre total de victimes dans l’Ukraine soviétique varient de 2,6 millions à 10 millions. À la fin des années 1930, Staline lança une autre initiative appelée la Grande Purge (également connue sous le nom de “Grande Terreur”). C’était une campagne paranoïaque pour tuer ceux qui s’opposaient à lui.

En 1939, Staline accepta un pacte de non-agression avec les nazis. L’Allemagne finit par violer le pacte, l’Union soviétique rejoignit les alliés. Ils firent 23,9 millions de morts (le plus grand bilan de la guerre).

1. Mao Zedong (49-78 million de morts)

Détails : Des réformes politiques comme le Grand Bond en Avant et la Révolution Culturelle.

Mao Zedong était un révolutionnaire, théoricien politique et dirigeant communiste chinois qui dirigeait la République populaire de Chine. Mao, bien que controversé, est encore largement considéré comme un sauveur de la nation. J’ai fait un semestre à l’étranger en Chine en 2001 après être tombé amoureux de son histoire et j’ai été surpris dans mes conversations que beaucoup de gens pensaient que Mao avait fait 70% – 80% de bonnes choses. Au cours de ses cinq premières années de 1949 à 1953, il aurait systématiquement tué entre 4 et 6 millions de personnes en les condamnant à mort ou en les envoyant dans des camps de “réforme par le travail”. Il a organisé des répressions de masse, fit établir des quotas d’exécution et défendu ses actions dans ces premières années comme nécessaires pour obtenir le pouvoir pour la “République populaire de Chine”

Ses programmes sociaux, le Grand bond en avant et la Révolution culturelle, sont deux des initiatives les plus malheureuses et les moins bien nommées de tous les temps. Le premier était un effort d’industrialisation rapide de la Chine. Son objectif était de faire de la Chine un premier exportateur d’acier et, à cette fin, il a demandé à tout le monde d’y participer. Le problème, c’est qu’il a incité de nombreux citoyens à faire des fonderies dans leur cour. Non seulement l’acier n’avait que peu de valeur mais il était fabriqué à partir de tout ce qui se trouvait autour de la maison y compris des ustensiles de cuisine! Sans les outils pour faire la nourriture, pas d’argent provenant de l’acier, et pas d’argent pour survivre ~ beaucoup de gens moururent affamés. Les estimations pour ce programme sont de 20 millions de morts. Pensez à ce numéro. Pensez-y vraiment. Alors pourquoi avoir laissé quelqu’un reprendre le pouvoir après une si mauvaise décision… Eh bien, ils lui ont pris les rênes pendant un court moment.

Entre-temps, Mao lanca le mouvement d’éducation socialiste. Il orienta le concept vers les jeunes qui allaient finalement arracher le pouvoir à la garde plus âgée. En 1964, ce mouvement fut rebaptisé le “mouvement des quatre nettoyages” dont le but était de purifier la politique, l’économie, les idées et l’organisation des “réactionnaires”. Cela conduisit à la formation des “Gardes rouges” qui étaient organisés pour punir les intellectuels et écraser les adversaires politiques de Mao. La Révolution culturelle était en cours et sa mission première était d’abolir les vieilles coutumes, la vieille culture, les vieilles habitudes et les vieilles idées. Ce en quoi Mao croyait ardemment, c’était que la destruction et le chaos pouvaient amener à la renaissance. Il demanda donc à ses partisans de détruire les édifices, les objets sacrés, de répondre aux anciens, de les punir, de les livrer et de tuer ceux qui n’étaient pas d’accord. En 1968, les choses commencèrent à plaire à Mao à nouveau et il mit donc en place la décennie longue “Down to the Countryside Movement”  (Le mouvement de l’intérieur des terres) qui força les jeunes intellectuels à déménager dans le pays pour devenir agriculteurs. Malheureusement, les gens qu’il poussa là-bas étaient les mêmes gardes rouges qui l’avaient aidé à obtenir le pouvoir. Le nombre de morts est estimé entre 40 000 et 7 millions selon la personne à qui vous posez la question.

Enfin, il y eut le mouvement des 100 fleurs qui doit être mentionné brièvement ici. Mao demanda aux gens de venir lui dire comment il devait gouverner la Chine. Les intellectuels et les libéraux eurent la chance de lui dire ce qu’ils pensaient vraiment et furent encouragés à le faire. Puis, dans un changement soudain d’avis, ou dans une mission incroyablement astucieuse pour chasser ses haineurs, le gouvernement persécuta 500 000 d’entre eux qui furent considérés comme des “penseurs dangereux”.

Mao était essentiellement comme cette petite amie / petit ami qui n’arrête pas de prendre avantage sur vous mais est tellement charmant que vous ne le remarquez qu’à peine. Ses politiques et purges politiques de 1949 à 1976 ont causé la mort de 49 à 78 millions de personnes

La morale de l’histoire est ~

Arrêtons de laisser les mauvais dictateurs politiques prendre le pouvoir. Et si nous avons quelqu’un de mauvais au pouvoir, nous pouvons trouver de meilleures façons de le faire sortir que de le tuer, de faire la guerre ou de l’affronter de manière agressive.

via popten.net

Traduction: Michelle Cavenel

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire