Une autre étude sur un vaccin animal montre que les vaccins ne préviennent pas les maladies

L’utilisation de vaccins sur les animaux est courante dans le monde entier, mais l’efficacité de la prévention des maladies est faible. Une nouvelle étude montre que les vaccins utilisés par les pisciculteurs commerciaux ne protègent pas le poisson contre les maladies.

L’étude a été compilée par des chercheurs de l’Université de Waterloo, de l’Université catholique pontificale de Valparaiso et de l’Université chilienne de Valparaiso. Elle a montré que les poissons vaccinés ont tendance à présenter plus de symptômes lorsqu’ils contractent des maladies, avec des effets sur la santé et des décès se produisant comme s’ils n’avaient jamais reçu de vaccin.

“Les vaccins d’aujourd’hui sont commercialisés aux pisciculteurs en tant que moyens nécessaires de prévention des maladies et sont même exigés par certaines compagnies d’assurance, mais ils ne sont pas aussi efficaces que désirés dans des conditions réelles.” a déclaré Brian Dixon, professeur de biologie à Waterloo. “Certains opérateurs font cinq vaccinations par poisson, et il y a des pertes de poissons dues au stress causé par les multiples manipulations et injections.”

Dans cette étude, les chercheurs ont testé l’efficacité du vaccin pour la bactérie pathogène Piscirickettsia salmonis en comparant la réaction du saumon de l’atlantique vacciné à celui non vacciné lors de l’exposition au pou du poisson Caligus rogercresseyi en laboratoire.

Ils ont constaté que, bien que le nombre de bactéries vivant à l’intérieur du poisson était beaucoup plus faible chez les poissons vaccinés, ils présentaient beaucoup plus de signes d’infection et un taux de mortalité plus élevé que le groupe non vacciné.

L’étude a conclu qu’une fois vacciné, le saumon était incapable de combattre plusieurs maladies à la fois. Il s’agit de la première étude qui montre comment, chez le poisson, un parasite peut neutraliser les effets protecteurs d’un vaccin contre une autre maladie.

L’expérience des salmoniculteurs chiliens confirme cette constatation, où les saumons sont élevés en grande partie dans des cages ouvertes au large de la côte, ce qui les expose à divers agents pathogènes, dont le pou du poisson.

Les chercheurs affirment que cela souligne la nécessité pour les sociétés pharmaceutiques vétérinaires de modifier leur façon de concevoir et de tester les vaccins, en reconnaissant à quel point les systèmes immunitaires des poissons sont différents de ceux du modèle humain actuel.

“Les poissons ont un nombre limité de ressources pour réagir à une maladie, de sorte que leur système immunitaire fait des choix : lorsqu’ils sont infectés par le pou du poisson, par exemple, leur système immunitaire est soudainement sollicité pour cette menace particulière, ce qui les expose totalement à d’autres menaces comme celle de P. salmonis”, a déclaré Dixon, titulaire d’une chaire de recherche du Canada en immunologie des poissons et de l’environnement. “C’est comme envoyer des ambulances à toutes les urgences alors qu’en fait, certaines ont besoin de pompiers.”

En 2008, l’industrie chilienne du saumon d’élevage a été presque anéantie par le virus de l’anémie infectieuse du saumon (ISVA). Depuis, les salmoniculteurs se tournent vers les vaccins pour réduire leur consommation d’antibiotiques tout en empêchant les pertes dévastatrices causées par des maladies récurrentes. Mais les vaccinations sont coûteuses et peuvent coûter aux exploitants chiliens jusqu’à 30 pour cent du coût de l’élevage de chaque poisson.

Traduction : Irène

Source

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire