Comment les Hollandais se servent de l’architecture pour alimenter le monde

hollande1

 

Par Niall Patrick Walsh,

 

Les Pays Bas sont le second plus grand exportateur mondial de produits agricoles. Ceci est remarquable quand on considère que le seul pays qui batte les Pays Bas, les Etats Unis, est 237 fois plus grand en superficie. Cependant, les Pays Bas ont exporté presque 100 milliards de dollars en biens agricoles rien qu’en 2017, ainsi que 10 milliards de dollars en produits en rapport avec l’agriculture. Le secret du succès des Pays Bas se trouve dans l’utilisation d’innovation architecturale pour réimaginer ce à quoi un paysage agricole peut ressembler.

hollande2
© Tom Hegen

 

 

La manière dont les Pays Bas se servent de l’architecture pour nourrir le monde se voit mieux d’en dessus.

Dans les images telles que celles de Tom Hegen dans The Greenhouse Series , l’agriculture hollandaise est définie par de vastes paysages de serres, certaines couvrant 71 hectares, qui dominent le paysage architectural du sud des Pays Bas. Au total, le pays compte 93 kilomètres carrés de serres, une surface qui est 56% plus grande que l’ile de Manhattan.

 

Conservez cette image !

hollande3
© Tom Hegen

 

Dans la région ouest, pertinemment surnommée la « serre capitale des Pays Bas » par National Geographic, les serres maillent le paysage, remplissant les espaces vides entre les villes, les banlieues et les zones industrielles. Ainsi que l’a précisé National Geographic, ces paysages sont souvent définis comme des « rangées de ce qui apparaît être de gargantuesques miroirs étirés à travers la campagne, étincelant quand le soleil brille, et luisant d’une étrange lumière intérieure quand la nuit tombe. »

 

hollande4
© Tom Hegen

 

En dessous de la mer de toits de verre illuminés, des fermiers calés en technologie utilisent des systèmes de culture hydroponique et l’énergie géothermale pour produire des récoltes hors pair en utilisant peu de ressources. Les serres hollandaises utilisent 4,16 litres d’eau pour la production de 450 g de tomates, en contraste avec la moyenne globale de 97 litres, avec quelques fermiers qui produisent plus de 100 millions de tomates par an avec 14 hectares de terre. Ceci est rendu possible grâce à un environnement intérieur contrôlé où températures et taux d’humidité précis et fiables sont couplés à un faible risque de contamination et exempt de pesticides.

hollande5
© Tom Hegen

 

La performance environnementale de ces serres est façonnée par des considérations architecturales. Les toits à double vitrage permettent la rétention de la chaleur, alors que de légers cadres modulaires en acier permettent la rapidité de la dilatation et de l’adaptation, sans entraver la lumière naturelle. Des exploitants tels que Duijvestijn Tomatoes innovent encore plus, avec du CO2 provenant d’une raffinerie de pétrole Shell locale qui est acheminé par tuyaux dans les serres pour aider à la croissance des plantes, alors que les lampes LED permettent aux plantes de continuer à croître tout au long de la nuit. Comme le souligne Hegen en pensant à sa série de photos, prises de nuit, la législation hollandaise stipule que 98% de l’éclairage électrique doit être retenu dans les serres en utilisant des écrans et rideaux occultants, de manière à atténuer la pollution lumineuse.

 

hollande6
© Tom Hegen

 

La manifestation de ces structures construites à travers la campagne hollandaise est le résultat d’un foisonnement global de politiques et d’idées. Au début des années 2000, les hollandais se sont nationalement engagés pour une nouvelle forme d’agriculture durable, qui a vu l’élimination des pesticides chimiques dans les serres, et une réduction des antibiotiques de 60% depuis 2009. Au fait, c’est la proche Wageningen University & Research (WUR) qui encourage cette innovation, elle est considérée comme une des institutions de recherche de pointe mondiale en agriculture. Alors que de nouvelles techniques et savoirs émergent sur la manière de nourrir des populations urbaines toujours en augmentation, la campagne telle que celle aux Pays Bas continuera à s’adapter et à croître en réponse, se déplaçant encore plus loin de quelque chose d’idyllique et de naturel, et encore plus vers quelque chose d’artificiel, d’industriel et de contrôlé.

 

hollande7
© Tom Hegen

 

Cette transformation architecturale de la campagne va continuer à s’accélérer car la croissance de la population urbaine entraîne plus d’exigences. D’ici 2050, le monde abritera 10 milliards de personnes, en augmentation par rapport aux 7,8 milliards de nos jours. Le résultat sera un besoin de plus importantes récoltes agricoles utilisant moins d’eau, moins d’énergie et moins de terrain. Les Pays Bas offrent une vision de la manière dont les typologies architecturales en viendront à manifester la relation changeante entre les villes et la campagne tout autant que la relation entre la nourriture et l’urbanisme.

 

hollande8
© Tom Hegen

 

Alors que la profession d’architecte est confrontée à l’évolution rapide de la technologie qui continue à transformer la conception et les processus de construction, les architectes pourraient de plus en plus être appelés à réimaginer de nouvelles façons de donner forme à des structures efficaces, contextuelles et intégrées pour le futur de l’agriculture. Une telle possibilité a déjà préoccupé l’esprit de Rem Koolhaas, le fondateur d’OMA, qui écrit pour ICON en 2014 : « l’exploitation de la terre/des terres est maintenant un exercice digital/ numérique. Par exemple, le tracteur qui a révolutionné la ferme au 19° siècle est devenu un espace de travail informatisé. C’est une série d’appareils et de capteurs qui créent une interface digitale intégrée bien que séparée entre le chauffeur et la terre. Concernant notre manière de travailler, la campagne est devenue semblable à la ville. Le fermier est comme nous, un travailleur flexible qui travaille sur un ordinateur portable à partir de n’importe quel endroit. Il ne s’agit pas de dire que tout est entièrement mauvais. Il est seulement ironique que de telles transformations drastiques soient à peine évoquées dans notre éducation et dans notre réflexion. »

 

 

Les images et la vidéo qui accompagnent cet article sont le travail de Tom Hegen, et de son projet nommé “The Greenhouse Series.”  On peut trouver plus d’images sur son pseudo Instagram @tomhegen.de

 

Sourcehttps://www.archdaily.com

 

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire