Les animaux génétiquement modifiés présentent des maladies chroniques, des problèmes de reproduction et des malformations montre une étude qui a duré 15 ans

Article datant du 24 Novembre 2015 par  sur prepareforchange.net. Re-publié le 15 novembre 2017.

barbedwirecows

GE Free New Zealand, un organisme à but non lucratif voué à la lutte contre les produits génétiquement modifiés, a récemment compilé un rapport qui documente les 15 premières années d’essais sur le terrain de vaches transgéniques – et les résultats ne sont pas très réjouissants. Au début des années 1990, les sociétés de biotechnologie ont investi dans le développement du bétail transgénique élevé pour exprimer l’un des six caractères protéiques transgéniques du lait. Suite à l’éclosion de la maladie de la vache folle en Angleterre, la Nouvelle-Zélande a été choisie comme lieu sûr pour effectuer des essais sur des animaux transgéniques.[1]

En 1996, la Loi sur les substances dangereuses et les nouveaux organismes (LSNO) a été adoptée pour prévenir et gérer les effets nocifs des substances dangereuses et des nouveaux organismes. L’Autorité de gestion des risques environnementaux (ERMA) a été créée en 1998 afin de réglementer les OGM dans le cadre de la loi HSNO.[1]

LES MALHEUREUX RESULTATS DU GENIE GENETIQUE 

En utilisant les dossiers d’AgResearch, le rapport documente l’échec reproductif et les malformations congénitales qui ont accompagné les essais sur des animaux génétiquement modifiés.

Le rapport a révélé que les vaches de substitution et transgéniques souffraient de maladies chroniques, de pertes reproductives, de mort subites inexpliquées et de malformations congénitales.

Après 15 ans d’expérimentation, les chercheurs ont découvert que des milliers d’embryons transgéniques transportés par les vaches avaient un taux de natalité moyen de zéro à sept pour cent. Les embryons avaient été principalement développés en mer dans des laboratoires partenaires privés.[1]

Le rapport documente les effets indésirables de différentes vaches génétiquement modifiées: les vaches caséines plus (C+), les vaches beta-lactoglobulines plus (C+), les vaches beta-lactoglobulines et les vaches à protéine basique de la myéline (rhMPB).[1]

Les chercheurs ont découvert que les difformités et les taux d’avortement étaient communs à toutes les vaches. Environ 62 pour cent des embryons chez les vaches C+ ont atteint leur plein développement, les vaches BLG n’ont pas été en mesure de créer des embryons viables et seulement 1 pour cent des grossesses de vaches rhMPB ont atteint leur terme.[1]

Le résumé a également révélé que les protéines transgéniques causaient des réactions allergiques chez les vaches, ce qui a entraîné la fin des essais préliminaires. Pour aggraver les choses, les procès n’étaient pas nécessaires. Les protéines produites par les animaux modifiés sont disponibles sur le marché aujourd’hui. Elle ont été fabriqués à partir de procédés plus simples et non transgéniques ou produits par des bactéries génétiquement modifiées lors d’expériences en laboratoire.

Après plus de 14 ans de maladie et de pertes reproductives, seulement 14 vaches génétiquement modifiées ont survécu dans l’installation expérimentale. Parmi ces vaches, seulement cinq vaches ont une des trois protéines pharmaceutiques biologiques dans leur lait. La plupart de ces vaches sont incapables de se reproduire. Les vaches qui pouvaient se reproduire dans le passé sont maintenant stériles.

LES EXPÉRIENCES COÛTENT CHER AUX CONTRIBUABLES

Ces résultats se sont également vérifiés chez d’autres animaux transgéniques. En 2010, AgResearch s’est tourné vers la sélection de chèvres transgéniques génétiquement modifiées pour produire les mêmes protéines que les vaches. Le taux d’avortement était de 85 pour cent chez les chèvres génétiquement modifiées.[1]

“Sur les 150 embryons transférés, 19 sont nés. Quatre étaient des femelles de sable, 15 étaient hermaphrodites (des chèvres avec des traits femelles mais des organes génitaux mâles). Bien que les chèvres étaient stériles, elles ont subi un traitement hormonal pour les induire en lactation, mais cela n’a pas produit la protéine désirée “, dit le rapport.[1]

“L’omission et la communication sélective de données expérimentales importantes aux médias ont permis à AgResearch d’éviter de se pencher sur les résultats tragiques de l’utilisation d’animaux comme bio-réacteurs “, peut-on lire dans le rapport.[1]

Les résultats ont montré que l’expérience a produit plus de mal que de bien et qu’elle a été un gaspillage de l’argent des contribuables. Les contribuables ont dû débourser 266 173,95 $ pour financer les procès.[1]

“Il est temps que la Nouvelle-Zélande réévalue ces expériences et ferme l’installation. Qu’elle retire les animaux de l’expérimentation pour qu’ils puissent mourir naturellement. Il faut consacrer des fonds à la recherche agricole, ce qui profiterait aux agriculteurs néo-zélandais, à un environnement propre et à des pratiques agricoles durables “, conclut le rapport.[1]

Source:

[1] GeFree.org[PDF]

Traduction par Lucy Pitt.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire