La chimiothérapie permet d’augmenter le nombre de cellules tumorales circulant dans le sang et de les propager dans des régions qui n’étaient pas affectées auparavant.

La chimiothérapie est une perspective assez effrayante mais beaucoup de gens sont convaincus par leurs médecins que ses bienfaits potentiels valent la peine de supporter les effets secondaires très désagréables. Malheureusement, une nouvelle étude montre que la chimiothérapie avant la chirurgie peut augmenter les cellules tumorales dans votre sang et propager le cancer à d’autres régions. Cela s’ajoute au corpus croissant de preuves que la chimiothérapie n’est pas un bon traitement contre le cancer.

Selon l’étude, qui a été publiée dans Science Translational Medicine (Science de la médecine translationnelle), plusieurs médicaments courants de chimiothérapie du cancer du sein qui sont utilisés pour traiter le cancer du sein localisé ainsi que le cancer du sein avancé a effectivement accru le nombre de structures microscopiques trouvées dans les tumeurs du sein. C’est ce qu’on appelle le micro-environnement tumoral de la métastase (TMEM) qui aide les cellules cancéreuses invasives à sortir de la tumeur et à circuler dans le corps en général.

Ceci est important parce que c’est généralement une métastase distante – qui se produit lorsque les cellules cancéreuses d’une tumeur primitive du sein forment des tumeurs dans d’autres parties du corps – qui tue les patientes atteintes d’un cancer du sein plutôt que la tumeur elle-même.

Dans l’étude, les chercheurs ont utilisé quatre modèles murins de cancer du sein qui ont été développés pour imiter le scénario clinique de patients recevant la chimiothérapie avant l’intervention chirurgicale pour réduire les tumeurs primaires dans la maladie localement avancée et tuer les cellules cancéreuses qui se sont déplacés dans les ganglions lymphatiques voisins et ailleurs.

Ils ont découvert que les souris auxquelles on avait administré le médicament de chimiothérapie paclitaxel avaient deux à trois fois plus de TMEM que celles qui n’en avaient pas reçu, et que leur activité TMEM était également accrue. Cela s’est manifesté par une densité accrue de macrophages, une plus grande perméabilité dans les vaisseaux sanguins tumoraux et une expression accrue des formes protéiques de Mena présentes dans les cellules cancéreuses invasives.

Comme si cela ne suffisait pas, le traitement au paclitaxel a également permis de doubler le nombre de cellules tumorales en circulation et d’augmenter le nombre de micrométastases dans les poumons des sujets.

Trois médicaments sont à l’origine de la propagation du cancer du sein

Le paclitaxel n’était pas le seul médicament qui a stimulé la formation de TMEM. Deux autres médicaments chimiothérapeutiques courants affichaient également de piètres résultats dans l’étude. Le cyclophosphamide et la doxorubicine ont entraîné une activité TMEM plus élevée, davantage de sites TMEM et un plus grand nombre de cellules tumorales circulantes chez la souris.

Pour voir comment les humains se comportaient, les chercheurs ont comparé des échantillons de biopsie prélevés sur 20 patientes atteintes d’un cancer du sein avant et après le traitement à l’aide d’un schéma néoadjuvant de doxorubicine, de cyclophosphamide et de paclitaxel. Ils ont découvert que la majorité des patients étudiés avaient observé une augmentation des sites TMEM suite à la chimiothérapie néoadjuvante. Cinq des patients ont connu une augmentation du nombre de TMEM qui a plus que quintuplé alors qu’aucun n’a présenté de baisse.

Malheureusement, la chimiothérapie laisse beaucoup à désirer comme traitement contre le cancer. Même s’il serait injuste de dire qu’il n’y a aucun avantage pour personne, de nombreux patient sont plus malades. Depuis le 1er janvier 2000, près de 18 millions de personnes sont décédées des suites d’une chimiothérapie, selon la Pharma Death Clock.

En outre, elle apporte avec elle beaucoup d’effets secondaires désagréables. La plupart d’entre nous ont entendu parler des nausées et de la perte de cheveux qu’elle provoque mais des études ont également montré que la chimiothérapie peut causer des lésions cérébrales chez les patientes atteintes d’un cancer du sein. Une étude en particulier, de la Stanford University School of Medicine, a révélé que les femmes qui avaient subi une chimiothérapie pour le cancer du sein avaient des capacités cognitives réduites dans les régions du cerveau responsables de la planification, de la mémoire et du contrôle cognitif. Tout cela semble être un prix très élevé à payer pour quelque chose qui pourrait finir par propager le cancer qu’il prétend traiter.

Suivez l’actualité sur les cellules cancéreuses et la propagation des tumeurs à Oncology.news.

Les sources incluent :

Cancer.gov

PharmaDeathClock.com

NaturalNews.com

Traduction PFC Francophone.

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire