10 fausses déclarations sur les vaccins

Par l’équipe World Mercury Project

Contrecarrer les fausses allégations relatives à l’innocuité des vaccins

Les vaccins peuvent provoquer et provoquent effectivement des dommages, y compris l’autisme

Nous vivons à une époque où les parents signalent de plus en plus souvent que leurs enfants en développement se sont affaiblis cognitivement et physiquement après avoir reçu des vaccins. Malgré les solides données scientifiques à l’appui de ces allégations parentales, les organismes gouvernementaux et les médias grand public continuent de diffuser le mantra désormais très usé selon lequel les vaccins sont “sûrs et efficaces” en ignorant les recherches publiées, et même le bon sens, qui indiquent le contraire.

Le World Mercury Project a dressé une liste des fausses déclarations les plus courantes lors de débats sur l’innocuité des vaccins et fournit les faits et références qui appuient la vérité selon laquelle les vaccins peuvent causer et causent effectivement des dommages, y compris l’autisme et de nombreux autres effets néfastes sur la santé.

Déclaration 1. Les vaccins sauvent des vies.

Déclaration 2. Les vaccins ne causent pas l’autisme.

Déclaration 3. Tous les vaccins ont été rigoureusement testés et sont totalement sûrs.

C’est absolument faux. La raison pour laquelle le Congrès a exempté les fabricants de vaccins de toute responsabilité en 1986, est PARCE QUE les vaccins causaient des dommages. Depuis l’entrée en vigueur de la Loi nationale sur l’indemnisation des victimes de vaccins, le programme du gouvernement fédéral a versé 3,8 milliards de dollars pour dommages et décès dus aux vaccins.

  • En 2011, la Cour suprême a statué que les vaccins sont “inévitablement dangereux”.
  • Le programme pédiatrique actuel du CDC recommande aux enfants de recevoir jusqu’ à neuf vaccins au même moment. L’innocuité des vaccins combinés, qui comprennent des tissus de fœtus avortés, du mercure, de l’aluminium, du formaldéhyde, de l’ADN humain et animal et plus encore, n’a pas encore été testée chez les nourrissons et les jeunes enfants.
  • Il n’existe pas d’études à grande échelle comparant les résultats entre la santé des enfants vaccinés et ceux qui n’ont pas reçu de vaccins. Cependant, une étude récente revue par des pairs a révélé que les enfants vaccinés présentaient un risque accru d’autisme (multiplié par 4,2), de TDAH (multiplié par 4,2), de troubles d’apprentissage (multiplié par 5,2), d’eczéma (multiplié par 2,9) et un risque de rhinite allergique 30 fois plus élevé que les enfants non vaccinés.
  • En 2016, le Vaccine Injury Injury Adverse Reporting System (VAERS) a recueilli 59 117 déclarations d’effets indésirables liés aux vaccins, dont 432 décès, 1091 invalidités permanentes, 4 132 hospitalisations et 10 284 visites aux urgences. Selon HHS, les événements rapportés ne représentent que 1 % du nombre réel. Par conséquent, les États-Unis subissent probablement des millions d’effets indésirables dus aux vaccins chaque année.

Déclaration 4. Les vaccinations créent une immunité de groupe et préviennent les maladies dangereuses, voire mortelles. Les anti-vaccins provoquent des épidémies et minent la confiance du public.

  • L’immunité collective ne peut pas être obtenue par la vaccination si les vaccins ne sont pas efficaces. Le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) est un des vaccins qui ne fonctionnent pas. Les cas d’oreillons aux États-Unis ont augmenté au cours des dernières années et plus de 5 000 cas ont été signalés en 2016, plus que toutes les autres années au cours de la dernière décennie, et ils surviennent dans des populations fortement vaccinées. Des épidémies récentes de maladies dans des populations vaccinées prouvent que tous les vaccins ne sont pas efficaces. De plus, l’immunité contre les vaccins est habituellement temporaire, contrairement à l’immunité permanente qui est habituellement générée suite à une maladie infantile que l’on développe.
  • En 2010, deux anciens virologistes de Merck ont intenté une poursuite fédérale alléguant que Merck avait commis une fraude en mentant sur l’efficacité des composants contre les oreillons de leur vaccin ROR. La poursuite, qui est maintenant entre les mains d’un juge fédéral, affirme que Merck était au courant de la baisse d’efficacité du vaccin contre les oreillons, mais qu’il était tout de même efficace à 95 %.
  • Tandis que le CDC continue de nier l’existence d’un problème d’innocuité des vaccins, les études montrent que le plus grand obstacle à l’acceptation et à la couverture vaccinale est la méfiance du public à l’égard des organismes gouvernementaux de réglementation.
  • Bernadine Healy, ex-directrice des Instituts Nationaux pour la Santé, a déclaré que la méfiance grandissante du public est due à l’inaction des agences en matière d’innocuité des vaccins.
  • La seule poliomyélite diagnostiquée actuellement en Amérique est la souche vaccinale et ces cas sont indemnisés par le tribunal des vaccins.
  • Ironiquement, bon nombre des vaccins actuels n’empêchent pas la personne vaccinée d’héberger et de transmettre la maladie en question. C’est le cas de la coqueluche, de la diphtérie et, comme nous l’avons déjà mentionné, de la polio.
  • Dès 1922, le taux de mortalité due à la rougeole était extrêmement bas – 4,3 pour 100 000 personnes. En considérant que c’était il y a près de 100 ans – avant les réfrigérateurs électriques, les machines à laver, les antibiotiques, l’hydratation par voie intraveineuse et les progrès de la médecine moderne.
  • Huit ans avant l’introduction du vaccin contre la rougeole, les enfants allaient à l’école et même à Disneyland, qui a ouvert ses portes en 1955, et les mères ne vivaient pas dans la peur des maladies de routine comme la rougeole.

Non seulement le thimérosal n’a jamais été complètement retiré des vaccins, mais beaucoup plus d’aluminium a été – et continue d’être – ajouté, encore une fois sans aucune recherche scientifique à l’appui de l’innocuité de cette pratique.

Déclaration 5. Le thimérosal (éthylmercure) a été retiré des vaccins en 1999 et le taux d’autisme a continué d’augmenter. De plus, l’éthylmercure contenu dans les vaccins est moins toxique que le méthylmercure.

  • Entre 1999 et 2003, le thimérosal a été graduellement retiré des vaccins contre l’hépatite B, le Hib et le DTaP. Cependant, l’exposition au thimérosal due aux vaccins antigrippaux s’est simultanément intensifiée. A l’origine, les vaccins antigrippaux étaient recommandés aux femmes enceintes en 1997, mais, au départ, l’utilisation de ces vaccins était faible (seulement 12,4 % en 2002). En 2004, le CDC a recommandé le vaccin contre la grippe à toutes les femmes enceintes, peu importe le trimestre. En 2012-2013, l’utilisation de vaccins antigrippaux pendant la grossesse avait augmenté de façon constante pour atteindre environ 50 %. Ainsi, les enfants nés après 2004 étaient de plus en plus susceptibles d’avoir été exposés au thimérosal in utero, et une grande partie d’entre eux.
  • En même temps, en 2001, le CDC a recommandé les vaccins contre la grippe pour les nourrissons à haut risque de plus de six mois. En janvier 2003, le CDC a recommandé le vaccin annuel contre la grippe pour tous les enfants à partir de l’âge de six mois. Au départ, la couverture était très faible. Au cours des saisons grippales 2002-2003 et 2003-2004, seulement 4,4 % et 8,4 % respectivement des enfants ont été vaccinés contre la grippe. Au cours de la saison grippale 2004-2005, le pourcentage grimpa à 48 %. Au cours des années qui ont suivi l’élimination progressive du mercure dans le vaccin contre l’hépatite B, le Hib et le DTaP, les enfants ont été de plus en plus exposés au thimérosal par les vaccins antigrippaux. En 2004, plus de 90 % de l’approvisionnement en vaccins antigrippaux était conservé avec du thimérosal.
  • Rien ne justifie l’injection de mercure, une neurotoxine connue, à qui que ce soit, et certainement pas aux femmes enceintes et aux enfants. Le fœtus en développement est particulièrement vulnérable à l’exposition au mercure, car les taux de mercure dans le sang du cordon ombilical du fœtus sont généralement environ deux fois plus élevés que dans le sang de la mère. Environ 36 millions de vaccins antigrippaux contenant 25 mcg. de mercure (1 gr = 1000 mg = 1000000 mcg) sont disponibles pour la saison grippale 2017-2018.
  • Une étude du CDC de 2017 examinant les données des saisons grippales 2010-2011 et 2011-2012 a établi un lien entre les avortements spontanés et les vaccins antigrippaux, concluant que les femmes vaccinées avec le vaccin contre la grippe inactiv avaient 3,7 fois plus de chances d’avoir un avortement spontané dans les 23 jours que les femmes qui ne recevaient pas le vaccin. Pour les femmes qui ont reçu le vaccin contre la grippe H1N1 au cours des deux saisons couvertes par l’étude, la probabilité d’avortement spontané dans les 28 jours suivant la réception d’un vaccin antigrippal était 7,7 fois plus élevée. La grande majorité des vaccins antigrippaux disponibles pendant les saisons étudiées étaient des formulations multidoses contenant 25 mcg. de mercure.
  • Les vaccins contre le méningocoque peuvent encore contenir 25 mcg de mercure du thimérosal. Selon les directives de l’EPA sur l’exposition au mercure, une personne devrait peser 250 kg. pour traiter “en toute sécurité” cette quantité de mercure. Bien sûr, ceci est basé sur l’INGESTION du méthylmercure. Aucune directive n’a été établie sur l’INJECTION d’une forme quelconque de mercure. Le thimérosal est toujours inclus en “quantités infimes” dans d’autres vaccins.
  • Non seulement le thimérosal n’a jamais été complètement retiré des vaccins, mais beaucoup plus d’aluminium a été – et continue d’être – ajouté, encore une fois sans aucune recherche scientifique à l’appui de son innocuité.
  • Malgré les affirmations d’experts en vaccins répétées dans les médias, l’éthylmercure présent dans les vaccins n’est pas plus sûr que le méthylmercure présent dans le poisson. Une récente méta-analyse a montré que le mercure inorganique a une demi-vie dans le cerveau de plusieurs années. Cela est inquiétant, car nous savons que les primates en bas âge exposés à des quantités égales d’éthylmercure comparé au méthylmercure ont plus du double de la quantité de mercure inorganique déposée dans leurs tissus cérébraux.
  • S’il est vrai que l’éthylmercure purifie le sang plus rapidement que le méthylmercure, les organes contenant la toxicité sont le cerveau et les reins. L’éthylmercure arrive rapidement dans le cerveau où il est piégé et n’est pas facilement excrété. La purification du sang ne signifie pas que l’éthylmercure a quitté le corps.
  • Curieusement, une division de la FDA a étiqueté le thimérosal comme n’étant pas “généralement reconnu comme étant sûr et efficace (GRASE), tandis qu’une autre branche continue à permettre l’utilisation du thimérosal dans les vaccins et plus de 130 médicaments sur ordonnance.

Déclaration 6. L’étude de Wakefield prétendant établir un lien entre le vaccin ROR et l’autisme a été réfutée. Cette étude a été rétractée et l’auteur discrédité. D’autres études sur le ROR ne montrent aucun lien.

  • L’article du Wakefield Lancet n’a jamais prétendu que le ROR cause l’autisme. Wakefield a présenté les histoires de 12 enfants atteints d’une maladie intestinale et d’une régression autistique dont les parents ont affirmé qu’ils avaient été malades après avoir reçu le vaccin ROR. Wakefield a demandé plus d’études. De la conclusion: Nous n’avons pas prouvé une association entre le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole et le syndrome décrit.
  • Depuis la rétractation de l’article, William Thompson a déclaré qu’une étude de 2004 du CDC a révélé un lien entre le ROR et l’apparition de l’autisme chez les garçons afro-américains et les enfants qui n’avaient pas d’autres problèmes de développement avant le vaccin, une condition qu’ils ont appelé “l’autisme isolé”. Thompson a soumis des milliers de documents au député de Floride Bill Posey en 2014 concernant ses revendications. Par la suite, le député Posey a fait une déclaration à la Chambre des représentants des États-Unis, en partie:

“Peu importe le sujet, les parents qui prennent des décisions concernant la santé de leurs enfants méritent d’avoir accès à la meilleure information possible. Ils devraient pouvoir compter sur les organismes fédéraux pour leur dire la vérité… En août 2014, le Dr William Thompson, un scientifique chevronné des Centres pour la Prévention et le Contrôle des Maladies, a collaboré avec un avocat dénonciateur pour fournir à mon bureau des documents liés à une étude du CDC de 2004 qui examinait la possibilité d’une relation entre le vaccin contre les oreillons, la rougeole, et la rubéole et l’autisme. Dans une déclaration publiée en août 2014, le Dr Thompson a dit : “Je regrette que les co-auteurs et moi-même ayons omis des informations statistiquement significatives dans notre article de 2004 publié dans la revue Pediatrics. “

Depuis 2014, les demandes d’autorisation de témoignage du Dr William Thompson ont été rejetées par le CDC.

Déclaration 7. L’autisme est génétique, pas environnemental. Il n’ y a pas d’épidémie car l’évolution des critères de diagnostic explique cette augmentation.

  • Il n’ y a pas d’épidémie génétique et la substitution de diagnostic ne peut expliquer l’augmentation fulgurante du nombre d’enfants autistes.
  • Ce que nous pouvons tirer de la science est que l’autisme a besoin d’un déclencheur environnemental pour provoquer une augmentation de l’épidémie,que nous voyons non seulement dans l’autisme, mais aussi dans le TDAH, les tics, les allergies et une liste d’autres troubles de l’enfance que nous n’avons pas vus dans les générations passées.
  • Les chercheurs cherchent l’insaisissable gène de l’autisme depuis des décennies et ne l’ont toujours pas trouvé malgré des centaines de millions de dollars dépensés. Il peut y avoir jusqu’à 1 000 gènes impliqués dans le risque d’autisme et plusieurs des découvertes génétiques les plus prometteuses sont des mutations acquises qui indiquent que les facteurs environnementaux sont la cause des mutations. L’augmentation des études génétiques a révélé que, dans les familles où deux enfants ont reçu un diagnostic d’autisme, les frères et sœurs ne partagent souvent pas les mêmes changements génétiques, ce qui a augmenté la possibilité que le trouble ne soit pas hérité même s’il survient dans les familles. Cela soulève la question des facteurs environnementaux communs ou des conditions de risque.
  • L’une des plus importantes études jumelles publiée à ce jour en 2011 a également révélé que le rôle de l’environnement a été sous-estimé. L’étude a révélé que l’environnement des enfants représente plus de la moitié de la sensibilité : 55 % dans l’autisme sévère et 58 % dans le spectre plus large, tandis que la génétique est impliquée dans 37 % et 38 % du risque respectivement.
  • Nous entendons souvent dire que l’autisme commence in utero parce que les études initiales qui ont examiné la croissance anormale du cerveau associée à l’autisme ont révélé que les anomalies survenaient avant la naissance, mais ce travail a été contesté par des chercheurs de Harvard qui ont utilisé des techniques d’imagerie de pointe et qui ont signalé que la surcroissance cérébrale était entraînée par la matière blanche du cerveau. La surcroissance observée de la matière blanche s’est produite après la naissance et peut être liée au processus de myélinisation. La surcroissance de la matière blanche a également été observée chez les nourrissons atteints de troubles développementaux du langage, qui est souvent l’un des premiers symptômes de l’autisme chez les enfants.

Déclaration 8. Les États-Unis ont déjà une commission de sécurité des vaccins.

  • Toute apparition des efforts déployés par le CDC et ses experts en matière d’innocuité des vaccins est une façade. Il ne faudrait pas confier à un organisme gouvernemental chargé d’assurer un taux élevé de vaccination dans la population le soin de veiller à ce que les vaccins soient aussi sûrs que possible.
  • Le CDC est dans le marché des vaccins, ce qui suscite d’énormes conflits d’intérêts lorsque ce même organisme est chargé de promouvoir la vaccination à grande échelle. Selon une enquête de l’UPI de 2003, le CDC détenait 28 accords d’homologation de vaccins à ce moment-là. En 2017, une autre analyse a révélé que le CDC détenait maintenant au moins 57 brevets liés aux vaccins.
  • Les membres du Comité consultatif sur les pratiques d’immunisation, qui déterminent les recommandations en matière de vaccination, sont autorisés à avoir des conflits financiers, certains profitant même des décisions en matière des vaccinations que le comité recommande.
  • La porte tournante entre le CDC et l’industrie des vaccins est flagrante et n’a pas été fermée depuis des décennies.

Déclaration 9. Robert F. Kennedy, Jr. est un “anti-vaccin”.

  • Ce type de terminologie intimidante vise à censurer les débats d’opinion. Il y a des problèmes très réels d’innocuité, d’efficacité, d’influence pharmaceutique dans la prise de décisions et les politiques d’intérêt public, et des conflits d’intérêts parmi les régulateurs des agences gouvernementales censées protéger les Américains. Voilà l’histoire qui est couverte. L’appel nominal ne fait rien pour faire avancer la discussion sur ces questions cruciales.
  • Robert F. Kennedy Jr. s’est assuré que ses six enfants étaient entièrement vaccinés. Mais lorsqu’il lut la recherche indépendante évaluée par des pairs qui établit un lien entre les vaccins et les maladies graves, et qu’il parla à des “experts” pharmaceutiques et gouvernementaux, il devint convaincu que le mercure alimentait l’épidémie de lésions neurologiques et immunologiques touchant les enfants d’aujourd’hui en un nombre jamais vu auparavant dans l’histoire.
  • Kennedy s’inquiétait également de l’absence de véritables données scientifiques sur l’innocuité des vaccins. Les rares études de la CDC existantes sur l’innocuité des vaccins sont truffées d’erreurs et, de plus, le dénonciateur William Thompson affirme que certaines d’entre elles sont frauduleuses.
  • En proclamant que M. Kennedy est “anti-vaccin”, on rejette non seulement ce que des dizaines de milliers de parents ont vu, mais aussi ce qu’une quantité croissante de données scientifiques publiées de bonne réputation révèlent. Nous voulons des organismes de réglementation dignes de confiance qui feront leur travail pour protéger la santé des citoyens de notre pays.

Lorsqu’il est question de la sécurité et du bien-être de leurs enfants, les parents et les personnes qui s’occupent d’eux ont tout à fait le droit de poser des questions.

Déclaration 10. Les personnes non vaccinées rendent les autres malades. Les vaccins devraient être obligatoires, sans exception philosophique, médicale ou religieuse.

  • L’histoire nous montre que les personnes vaccinées peuvent aussi propager des maladies et des infections. Cela est bien illustré par l’épidémie d’oreillons à Harvard en 2016 et l’épidémie d’oreillons en 2017 à l’Université Syracuse, où toutes les personnes chez qui on avait diagnostiqué les oreillons avaient reçu les deux doses recommandées du vaccin ROR. Comme nous l’avons mentionné plus haut, selon deux anciens virologues de Merck qui ont travaillé sur la partie du ROR consacrée aux oreillons, le vaccin contre les oreillons n’est pas efficace.
  • En plus du manque d’efficacité des vaccins comme le ROR, les vaccins fabriqués avec des virus vivants comme le ROR, la varicelle, le rotavirus, la grippe et le zona, peuvent entraîner l‘excrétion des virus par contact avec des personnes vaccinées. En ce qui concerne la sécurité et le bien-être de leurs enfants, les parents et les fournisseurs de soins ont le droit de poser des questions, peu importe le sujet. Les parents font des recherches sur les sièges de voitures, les lits d’enfants, les poussettes et tout ce qui touche leurs enfants. Les vaccins devraient aussi être sur la table pour les questions, les recherches, les discussions ou les critiques. Et si les parents décident de refuser des vaccins à leurs enfants, ces décisions doivent être respectées.
  • Le vaccin unique est une politique discutable en matière de traitement médical. Les médecins avertis se rendent compte qu’il n’ y a pas une seule intervention médicale qui fonctionne bien pour toute la population – et cela inclut les vaccins. La science publiée soutient également le fait que certaines personnes ayant des prédispositions génétiques ou des sensibilités biologiques ne devraient pas recevoir de vaccins. Nous avons désespérément besoin de plus de recherches dans ce domaine afin de pouvoir identifier ceux qui risquent d’être blessés pour pouvoir modifier leur calendrier vaccinal. Avons-nous échangé les maladies graves de l’enfance contre des maladies chroniques à vie ? La population américaine est de plus en plus consciente du déclin rapide de la santé des enfants de notre pays et craint que l’extension constante du calendrier vaccinal des enfants, qui a triplé depuis les années 1980, soit peut-être responsable de l’épidémie actuelle de maladies infantiles graves. Ces préoccupations sont justifiées par le fait que plus de la moitié des enfants du pays – 54 % – souffre maintenant d’une maladie chronique.
  • Les vaccins obligatoires s’opposent directement au consentement éclairé, le principe numéro un du Code de Nuremberg : le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel.

Ignorer les faits, la recherche et les conflits d’intérêts au sein des organismes de réglementation a créé un écran de fumée pour dissimuler la vérité évidente du sujet – les vaccins ne sont pas aussi sûrs et efficaces que nos organismes gouvernementaux et les médias grand public voudraient nous faire croire. Les vaccins peuvent causer et causent effectivement des dommages graves, y compris l’autisme et de nombreux autres effets néfastes sur la santé.


Photo par Jason Rosewell sur Unsplash

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement des nouvelles et des mises à jour de Robert F. Kennedy, Jr. et du World Mercury Project. Vos dons nous aideront à soutenir nos efforts.

Traduction : Irène

Source: https://www.naturalblaze.com/2017/12/false-vaccine-safety-claims-exposed.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+naturalblaze+%28Natural+Blaze%29

1 réflexion au sujet de “10 fausses déclarations sur les vaccins

  1. Cette ètude me paraît assez sérieuse pour l envoyer à tous ces endormis qui vaccinent à tour de bras comme des automates
    Il faut absolument que je puisse l envoyer à tous les medecins de la famille plus ceux de mon village.il faut que ça tourne et que ça ne reste pas enfermé dans ce groupe

    Merci

Laisser un commentaire

Top