Adolescents israéliens à Netanyahu : Nous ne servirons pas les IDF ; libérez la Palestine d’abord

Note : IDF = Israel Defense Forces, sigle utilisé par les médias anglophones pour désigner Tsahal

Nahum Goldmann, président du Congrès juif mondial : “Si j’étais un leader arabe, je ne ferais jamais la paix avec Israël. C’est naturel : nous avons pris leur pays… il y a eu de l’antisémitisme, les nazis, Hitler, Auschwitz, mais était-ce leur faute ? Ils ne voient qu’une seule chose nous sommes venus ici et nous avons volé leur pays. Pourquoi devraient-ils accepter cela ?”

…par Jonas E. Alexis

Soixante-trois étudiants israéliens ont eu le courage de signer une lettre disant qu’ils “défient le service militaire obligatoire malgré le risque de prison. Citant l’occupation de la Palestine, la lettre critique les politiques du “gouvernement raciste” israélien.”[1]

La lettre stipule en partie que l’armée israélienne “met en œuvre la politique d’un gouvernement raciste qui viole les droits de l’homme fondamentaux, qui applique une loi aux Israéliens et une autre aux Palestiniens de la même région”.

Les étudiants déclarent qu’ils ont écrit la lettre en grande partie parce qu’ils “ont décidé de ne pas prendre part à l’occupation et à l’oppression du peuple palestinien, qui sépare la population en deux camps hostiles. Parce que tant que les personnes vivront sous une occupation qui les prive des droits de l’homme et des droits nationaux, nous ne pourrons pas parvenir à la paix.”[2]

Ces adolescents israéliens contestent évidemment tout le récit sioniste, qui a aspiré le sang des Palestiniens depuis sa création. Pour vous donner un peu de contexte historique.

La création d’Israël en 1948 a été une sorte de processus “survie du plus apte”: des milliers et des milliers de Palestiniens ont été déplacés, massacrés et expulsés de leurs foyers. Les chrétiens de la région ont également souffert.[3]

Même David Ben-Gourion, le premier ministre d’Israël, conçoit l’argument selon lequel il y a injustice envers les Palestiniens, lorsqu’il a dit à Nahum Goldmann, président du Congrès juif mondial, que

“Si j’étais un leader arabe, je ne ferais jamais la paix avec Israël. C’est naturel : nous avons pris leur pays… il y a eu de l’antisémitisme, les nazis, Hitler, Auschwitz, mais était-ce leur faute ? Ils ne voient qu’une seule chose nous sommes venus ici et nous avons volé leur pays. Pourquoi devraient-ils accepter cela ?” [4]

L’historien israélien Zeev Sternhell, qui se considère lui-même comme “un super-sioniste”, déclare que

“En fait, dès le début, un sentiment d’urgence a donné aux premiers sionistes la conviction profonde que la tâche de reconquérir le pays avait une base morale solide. L’argument du droit historique des Juifs à la terre n’était qu’une question de politique et de propagande.”[5]

Il continue en disant que “Alors que les conquêtes de 1949 étaient une condition essentielle pour la fondation d’Israël, la tentative de conserver les conquêtes de 1967 avait une forte saveur d’expansion impériale.” [6]  De plus,”Aucun des principaux dirigeants du mouvement ouvrier ne pensait que les Palestiniens méritaient les mêmes droits” que les Juifs.[7]

Pas une bonne semaine pour Netanyahu

Theodor Hertzl, fondateur du mouvement sioniste, notait en 1895 que “le processus d’expropriation et de destitution des pauvres [Palestiniens] doit être mené à bien discrètement et avec circonspection.”[8]

Joseph Weitz, directeur du Fonds national juif, déclarait également à l’aube du XXe siècle : “Il doit être clair qu’il n’y a pas de place pour les deux peuples dans ce pays… Il n’y a pas de place pour le compromis sur ce point !… Nous ne devons pas laisser un seul village, pas une seule tribu.”[9] De même, David Ben-Gourion déclara une fois de plus : “Nous allons expulser les Arabes et prendre leur place.”[10]

On estime que “plus de la moitié de la population autochtone palestinienne, soit près de 800 000 personnes, a été déplacée, 531 villages ont été détruits et onze quartiers urbains ont été vidés de leurs habitants”. Le plan de 1948, écrit l’historien juif Ilan Pappe, “était un cas manifeste d’opération de nettoyage ethnique, considérée aujourd’hui par le droit international comme un crime contre l’humanité.”[11]

D’autres historiens juifs, comme Avi Shlaim, estiment que le nombre de Palestiniens qui ont été arrachés à leurs maisons avoisine les 730 000.[12] L’historien israélien Benny Morris conçoit que l’expulsion des Palestiniens en 1948 était cruelle et atroce.[13]

Les chrétiens palestiniens ont également beaucoup souffert durant cette période. Beaucoup de ces chrétiens ont été séparés de leurs familles.[14] L’historien juif Roberta Strauss Feuerlicht a estimé qu’il y avait environ 900 000 Arabes en Palestine ; et 750 000 de ces Arabes ont fui ou ont été, pour une grande partie, expulsés du pays.

Le chef militaire et politicien israélien Moshe Dayan a noté que

“Nous sommes arrivés dans ce pays qui était déjà peuplé d’Arabes, et nous sommes en train d’en établir un hébreu, c’est-à-dire un État juif ici… Des villages juifs ont été construits à la place de villages arabes… Il n’y a pas un seul endroit construit dans ce pays qui n’abritait une population arabe.”[15]

Vladimer (également connu sous le nom de Ze’ev) Jabotinsky, un père fondateur du sionisme de droite, a introduit le concept du “mur de fer” en 1923, qui avait pour dévise que

“toute colonisation doit se poursuivre au mépris de la population indigène. Par conséquent, elle ne peut se poursuivre et se développer que sous le bouclier de la force qui comprend un mur de fer que la population locale ne peut jamais percer. Au reproche que ce point de vue est contraire à l’éthique, je réponds “absolument faux”. C’est notre éthique. Il n’ y a pas d’autre éthique.”[16]

Après la guerre, plusieurs branches du sionisme ont commencé à fleurir en de nouvelles vagues comme le socialisme et le communisme. Un tout nouveau mouvement sioniste qui avait ses racines pendant la guerre des Six Jours de 1967 était le sionisme Messianique, qui a adopté des idées telles que : les Arabes sont certainement les Amalécites qui doivent être expurgés.[17]

Nous assistons au même genre de nettoyage ethnique au fil des ans. Même les IDF ont avoué pendant l’invasion de Gaza que

“la vie des Palestiniens, disons, est quelque chose de beaucoup, beaucoup moins important que la vie de nos soldats… On voit des gens qui vivent plus ou moins la routine de leur vie, qui se promènent, des choses comme ça. Certainement pas des terroristes.

“J’ai entendu dire d’autres équipes qu’ils ont tiré sur des gens là-bas. Essayé de les tuer… Les gens ne semblaient pas trop contrariés par le fait de prendre des vies humaines… Nous avions le droit de faire tout ce que nous voulions. Qui pour dire de ne pas le faire ?… Vous avez le droit de faire ce que vous voulez… pour aucune autre raison, c’est cool.”[18]

En termes simples, les Sionistes massacraient ethniquement les Palestiniens en 1948, et ce processus talmudique n’a jamais disparu au cours des dernières décennies. C’est donc une bonne nouvelle de voir que les adolescents israéliens se réveillent de leur “sommeil dogmatique”.

Sources: https://www.veteranstoday.com/2017/12/29/israeli-teens-to-netanyahu-we-aint-serving-idf-free-palestine-first/?utm_source=Dec.+30+2017.&utm_campaign=VT+Newsletter&utm_medium=email

  1. [1] “Israeli teens tell Netanyahu they won’t serve in IDF, slam occupation of Palestine,” Russia Today, December 29, 2017.
  2. [2] Ibid.
  3. [3] See for example Ilan Pappe, The Ethnic Cleansing of Palestine (Oxford: One World, 2007), 180-183.
  4. [4] Quoted in John J. Mearsheimer and Stephen M. Walt, The Israel Lobby and U.S. Foreign Policy (New York: Farrar, Straus and Giroux, 2007), 96.
  5. [5] Zeev Sternhell, The Founding Myths of Israel (Princeton: Princeton University Press, 1998), 338.
  6. [6] Ibid., 336.
  7. [7] Ibid.
  8. [8] See for example Ilan Pappe, The Ethnic Cleansing of Palestine (Oxford: One World Publications, 2006). Israeli historian Benny Morris has made similar arguments; see Norman Finkelstein, Beyond Chutzpah, 5, 14.
  9. [9] oberta Strauss Feuerlicht, The Fate of the Jews: A People Torn Between Israeli Power and Jewish Ethics (New York: Times Books, 1983), 243.
  10. [10] Quoted in Hanegraaff, The Apocalypse Code, xxiii.
  11. [11] Pappe, Ethnic Cleansing, xiii.
  12. [12] Avi Shalim, Israel and Palestine (New York: Verso, 2009), 54.
  13. [13] Ibid., 55.
  14. [14] Hanegraaff, The Apocalypse Code, xxiv.
  15. [15] Feuerlicht, 245.
  16. [16] Quoted in Baylis Thomas, The Dark Side of Zionism, 17.
  17. [17] Stephen Sizer, Christian Zionism, 18.
  18. [18] Quoted in Norman Finkelstein, This Time We Went Too Far: Truth and Consequences of the Gaza Invasion (New York: OR Books, 2010), 88.

Traduction : PFC Francophone

Laisser un commentaire

Top