Les Gardiennes de Graines : Rencontrez les femmes indiennes qui révolutionnent l’agriculture biologique

Depuis un certain temps, nous entendons parler du rôle important que jouent les femmes dans la lutte contre la destruction de l’environnement. Après tout, il est dit que le système patriarcal est à l’origine de nos problèmes environnementaux – avec son seul souci du profit net et un mépris total des effets de l’industrie sur la qualité de l’air et de l’eau, les habitats des animaux, la santé humaine et notre approvisionnement alimentaire.

Ce dont nous avons besoin, c’est d’une approche plus féminine qui perçoit la valeur de la préservation et de l’entretien de notre monde naturel.

Certes, il y a beaucoup d’hommes qui se préoccupent énormément de l’environnement et qui travaillent activement à la protection de notre magnifique planète. Mais voici le problème : face aux graves effets de la dégradation de l’environnement, les femmes appauvries sont celles qui ont le plus à perdre. Partout dans le monde, ces femmes ont la responsabilité principale de répondre aux besoins du ménage. En d’autres termes, il leur incombe de veiller à ce que lui et leurs enfants ne meurent pas de faim, tout en leur fournissant un abri sûr.

Et parce que les femmes sont généralement moins bien classées dans les pays en développement, elles ont moins d’options en matière de contraception et elles ont plus de difficultés à trouver du travail pour subvenir aux besoins de leur famille.  Lorsque les ravages des changements climatiques (inondation, sécheresse et autres catastrophes naturelles) entrent en scène, ces femmes et leurs familles sont extrêmement vulnérables. C’est pourquoi de nombreuses ONG se concentrent sur l’autonomisation des femmes à travers l’éducation et les microcrédits pour lancer des entreprises.

Souvent, une partie de cette éducation comprend l’apprentissage de l’importance de préserver l’environnement et de développer des pratiques plus durables avec du combustible pour la cuisson, la culture des aliments et la conservation de l’eau. L’une des réussites de cette tendance est celle des “gardiennes de graines” indiennes, pionnières du mouvement de l’agriculture biologique et actrices majeures de la protection de l’environnement pour les générations à venir.

Un rayon de lumière dans un monde génétiquement modifié

Plus de 90 % du coton cultivé en Inde est aujourd’hui génétiquement modifié. Non seulement le coton Bt est un cauchemar environnemental – nécessitant une utilisation intensive de pesticides chimiques “car les agriculteurs cultivant cette plante GM font maintenant face à des superbactéries résistantes à la Bt, de nouveaux ravageurs secondaires, la diminution des ennemis naturels, l’écologie déstabilisée des insectes et la nécessité de continuer à pulvériser des pesticides chimiques pour faire face à la situation de plus en plus incontrôlable”, dit Lo Sze Ping, responsable du programme Greenpeace Chine – mais aussi, parce que le coton n’a pas naturellement évolué pour s’adapter à l’écosystème dans lequel il pousse, la plante n’est pas aussi robuste que les variétés traditionnelles. Ce manque d’adaptation oblige généralement les agriculteurs à irriguer davantage avec de l’eau qui se fait de plus en plus rare. Pour les exploitations agricoles en Inde qui sont alimentées par la pluie, cette situation est désastreuse si les moussons deviennent imprévisibles, ce que nous constatons déjà.

En plus de cela, les graines de coton Bt sont chères pour les agriculteurs. Les semences de coton hybrides ne peuvent pas être replantées après la récolte, ce qui oblige les agriculteurs à alourdir leur fardeau financier en achetant de nouvelles semences sur le marché [source]. Ensuite, il y a le coût de l’utilisation accrue des produits chimiques. L’ensemble du cycle est mauvais pour les moyens d’existence et la santé des agriculteurs, ainsi que pour l’environnement.

Entrer chez la petite exploitante indienne et les “gardiennes de graines”.

Dans le village de Bhimdanga à Odisha, dans l’est de l’Inde, un groupe de femmes s’est réuni pour créer de petites fermes biologiques couvrant 310 acres – avec une banque de stockage spéciale qui conserve une variété de semences comme le millet, l’okra, le potiron, la citrouille, les lentilles, le coton et le riz kalajira – “une variété locale parfumée [qui] nous donne un rendement élevé”, dit Nabita Goud, une productrice biologique et équitable. “Nous la préservons maintenant.”[source]

Elle n’est qu’une des 18 gardiennes de graines qui participent au projet de conservation des graines. En deux ans, six banques de graines ont été établies dans cinq villages de la région, qui sauvegardent 50 variétés de graines de fibres et de cultures vivrières.

“Le programme vise à promouvoir les entreprises de graines dirigées et contrôlées par des femmes “, a déclaré Arun Ambatipudi, l’une des fondatrices de Chetna Organic. Chetna a été créée il y a 10 ans pour améliorer les moyens d’existence durables des familles de petits exploitants qui dépendent de l’agriculture pluviale.

Environ 56 pour cent de l’Inde dépend de l’agriculture pluviale. Malheureusement, les agriculteurs conventionnels sont généralement obligés de s’endetter sans fin en raison des aléas climatiques, du coût des semences et des pesticides, des sols pauvres et des fluctuations du marché.

“Nous pratiquons l’agriculture biologique “, dit Nabita, qui exploite trois acres de terres. “Il y a des défis. La variété traditionnelle de coton a un rendement inférieur à celui de la variété hybride, mais nous savons que c’est bon pour le sol et l’environnement. Et bio, c’est meilleur pour la santé.” [source]

Depuis que la culture mixte biologique est pratiquée à Bhimdanga, même si le coton échoue, la sécurité alimentaire individuelle des agriculteurs est assurée. Selon Ramprasad Sana, entomologiste et directeur technique de Chetna Organic, le programme a assuré la sécurité alimentaire de 600 familles de la région.

La banque de graines permet aux agricultrices de partager et de stocker facilement les semences. Un agriculteur “prélève” un kilo de semences et “rembourse” le prêt avec 1,5 kilos après sa récolte. Grâce à ce système, les agriculteurs biologiques n’ont plus besoin d’acheter de graines sur le marché. Rien qu’en 2016, 1 594 kilos de graines ont été distribuées à 603 agriculteurs.

“Avec femmes comme Nabita reprennant le contrôle de leurs graines, de leur sol et de leur sécurité alimentaire, les petits exploitants de Bhimdanga deviennent partie intégrante d’une communauté prospère et durable qui conserve le patrimoine semencier indigène de l’Inde et protège sa souveraineté alimentaire “, note Bijal Vachharajani, journaliste pour le Guardian.

Enfin, Kavita Mukhi, militante indienne pour l’alimentation biologique et éco-nutritionniste, nous rappelle :

“Consommer des aliments respectueux de la planète, ce n’est pas seulement nourrir notre corps. Il s’agit de prendre soin de notre terre. Nos corps avancent, mais notre terre est là pour rester et nourrir les générations à venir. Chaque choix que nous faisons vers la manière dont nous décidons de vivre fait une différence pour l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons et le sol dont nous dépendons.”

Par Carolanne Wright

Traduction : Michelle Cavenel

Relecture : PFC Francophone

Source: https://wakeup-world.com/2017/10/19/seed-guardians-meet-women-india-revolutionizing-organic-farming/?utm_campaign=Wake+Up+World+e-Newsletter&utm_content=Latest+Headlines+inc.+St.+John%E2%80%99s+Wort%3A+Natural+Support+for+Mental+Health&utm_medium=email&utm_source=getresponse

Laisser un commentaire