RE-EQUILIBRER LE MASCULIN & LE FEMININ

Quand le masculin et le féminin sont en équilibre, il y a fluidité, relation, flux d’énergie, unité, totalité. Cette fluidité et cet équilibre sont peut-être mieux illustrés par l’image taoïste de la relation indissoluble et de la complémentarité du Yin et du Yang. En termes plus larges, le féminin est un schéma d’énergie qui contient : réceptif, connectant, tenant les choses en relation les unes avec les autres; le masculin est un schéma d’énergie qui s’étend: recherche de l’extension, expansion vers ce qui est au-delà. Plus précisément, le féminin reflète la matrice instinctive et les valeurs de la conscience, le masculin reflète la quête, la définition du but, l’ordre, les qualités discriminantes de la conscience, généralement associées à l’esprit ou à l’intellect. Depuis des millénaires, les femmes ont vécu plus près du premier modèle, les hommes du second. Mais maintenant, il y a une impulsion profonde pour les équilibrer en nous-mêmes et dans notre culture. Il y a un besoin urgent de tempérer l’insistance excessive actuelle sur la valeur masculine avec un effort conscient d’intégrer la valeur féminine.

Dans le monde antique, le principe féminin à l’image de la déesse représentait la relation – la connexion cachée de toutes les choses entre elles. Deuxièmement, il représentait la justice, la sagesse et la compassion. Troisièmement, et c’est le plus important, elle a été identifiée avec la dimension invisible au-delà du monde connu – une dimension qui peut être imaginée comme une matrice reliant l’esprit invisible à la nature visible. Le mot utilisé alors pour nommer cette matrice était déesse; plus tard c’était âme. Le principe féminin offre une image de l’unicité, du caractère sacré et de l’inviolabilité de toute vie; le monde phénoménal (nature, matière, corps) est considéré comme sacré parce qu’il est une théopanie ou une manifestation de l’esprit invisible.

Le plus grand défaut de la civilisation patriarcale a été l’emphase excessive sur l’archétype masculin (identifié à l’esprit) et la dévalorisation du féminin (identifié à la nature). Cela s’est reflété dans le fait que la tête de dieu n’a pas de dimension féminine, dans la négligence systématique des valeurs sentimentales et dans la misogynie responsable de la répression et de la souffrance des femmes. L’histoire des 4000 dernières années a été forgée par les hommes, déterminée par les perspectives masculines et orientée vers des objectifs définis par les hommes – principalement les objectifs de conquête et de contrôle. (cela n’a pas de sens en tant que critique; dans le contexte des systèmes de croyances dominants et du niveau général de conscience, les choses n’auraient pas pu être différentes).

Cependant, la religion et la science – toutes nos idées culturelles et tous nos modèles de comportement – se sont développés à partir de ce fondement déséquilibré. Tout au long de cette période, tout ce qui était qualifié de “féminin” (nature, corps, femme) fut dévalorisé et réprimé, y compris la riche diversité de l’héritage païen du monde antique. Dans le domaine de la religion, les hérétiques ont été éliminés; diverses manières de communiquer directement avec le transcendant ont été perdues. Naturellement, cela a créé un profond déséquilibre dans la culture et dans la psyché humaine. Elle a finalement abouti aux tyrannies de ce siècle où la vie de quelque 200 millions de personnes a été sacrifiée aux régimes totalitaires. Nous pouvons voir l’héritage brutal de ce déséquilibre en Afghanistan, en Bosnie, en Russie et maintenant au Kosovo. Mais on le voit aussi dans l’ethos qui domine la culture occidentale. Le tyran moderne est le reflet extrême d’une pathologie profondément enracinée, dérivée d’un déséquilibre culturel de longue date entre les archétypes masculins et féminins et, au niveau humain, entre les hommes et les femmes. Je voudrais vous lire cet extrait d’un article récent :

 

“”C’est un monde de tyrannie monstrueuse. Partout, il y a des gouvernements qui, par intention ou par négligence, affament les gens, détruisent leurs moyens d’existence, brisent leurs familles. Partout il y a l’oppression des femmes, des autres races, des modes de vie qui sont chers aux gens. Les biens sont confisqués, les villages sont incendiés, les maladies et la malnutrition ne sont pas maîtrisées. Et ce que toutes ces victimes, des dizaines de millions d’entre elles, ont en commun – ce qui place leur souffrance au premier plan de mon indignation -, c’est ceci : elles ne l’ont pas demandé, elles ne peuvent pas l’éviter, elles ne peuvent rien faire pour changer cela, elles n’ont pas le choix”. (Matthew Parris, The Times, Londres 6/9/98)

Là où il n’ y a pas de relation et d’équilibre entre les principes masculins et féminins, le principe masculin devient pathologiquement exagéré, gonflé; le principe féminin pathologiquement diminué, inarticulé, inefficace. Les symptômes d’un masculin pathologique sont la rigidité, l’inflexibilité dogmatique, la toute-puissance, l’obsession ou la dépendance au pouvoir et au contrôle. Il y aura une définition claire des objectifs mais pas de réceptivité aux idées et aux valeurs qui vont à l’encontre de ces objectifs. L’horizon de l’imagination humaine sera limité par une censure ouverte ou subtile. Nous pouvons voir cette pathologie se refléter aujourd’hui dans les valeurs impitoyables qui gouvernent les médias, la politique et l’élan technologique du monde moderne. On peut voir l’impulsion prédatrice d’acquérir ou de conquérir de nouveaux territoires dans la recherche d’une maîtrise globale des marchés mondiaux, dans l’idéologie de la croissance, dans les nouvelles technologies telles que la modification génétique des aliments. Nous voyons une compétitivité exagérée – la volonté d’aller plus loin, de croître plus vite, d’obtenir plus, d’acquérir plus, élevé au rang de culte. Il y a mépris pour les valeurs du sentiment fondées sur l’expérience de la relation avec les autres et avec l’environnement. Il y a une sexualité prédatrice et compulsive tant chez les hommes que chez les femmes qui perdent de plus en plus la capacité d’entretenir des relations. Il y a une expansion continue dans un sens linéaire mais pas d’expansion en profondeur, dans la perspicacité. La pression des choses à faire s’accélère constamment.

Quel en est le résultat ? Épuisement, anxiété, dépression, maladie qui affligent de plus en plus de gens. Il n’y a pas de temps ni d’endroit pour les relations humaines. Surtout, il n’y a pas de temps pour la relation avec la dimension de l’esprit. L’eau de la vie ne coule plus. Les hommes et les femmes, et surtout les enfants, deviennent les victimes de cette éthique dure, compétitive et insouciante : les femmes, dans leur désorientation, et parce que la valeur féminine n’a pas de définition ou de reconnaissance claire dans notre culture, sont appelées à copier l’image pathologique du masculin qui intègre elle-même la peur du féminin.

Parce que dans une large mesure, toute cette situation se présente inconsciemment, on ne peut pas faire grand-chose tant que la catastrophe n’intervient pas. En y réfléchissant, je me suis souvenu de l’histoire suivante :

Il n’y a pas si longtemps, il y eu une grande sécheresse dans une province de Chine. La situation était catastrophique. Les catholiques firent des processions, les protestants firent des prières et les Chinois brûlèrent des bâtons de bûcheron et tirèrent des fusils pour effrayer les démons de la sécheresse; mais en vain. Finalement, les gens dirent : “Nous irons chercher le faiseur de pluie”. Et d’une autre province apparut un vieillard asséché. La seule chose qu’il demanda était une petite maison tranquille quelque part, et là il s’enferma pendant trois jours. Le quatrième jour, les nuages se rassemblèrent et il y eu une grande tempête de neige à une période de l’année où il n’y en avait pas – une quantité inhabituelle – et la ville fut remplie de rumeurs sur le merveilleux faiseur de pluie. Interrogé sur ce qu’il avait fait pendant les trois jours précédent la neige, il  répondit : “Je viens d’un autre pays où les choses sont en ordre. Ici, elles sont en désordre; elles ne sont pas comme elles devraient l’être par l’ordonnance du ciel. Par conséquent, tout le pays n’est pas en Tao, et je ne suis pas non plus dans l’ordre naturel des choses parce que je suis dans un pays désordonné. J’ai donc dû attendre trois jours avant d’être de retour à Tao et puis naturellement, la pluie est venue.”

Le faiseur de pluie n’a rien fait. Il a attendu jusqu’à ce qu’il soit en équilibre. Puis, sa qualité fut de rectifier l’état de déséquilibre qui existait autour de lui. Peut-être devrions-nous devenir faiseurs de pluie ?

J’ai l’impression que nous vivons une époque de kairos – un moment mythique de choix – une époque de découvertes scientifiques époustouflantes qui élargissent notre vision de l’univers, brisant le vaisseau de nos vieux concepts sur la nature de la réalité. Pourtant, l’organisme délicat de la vie sur notre planète et la survie de notre espèce sont plus que jamais menacés par les technologies mues par une éthique de la conquête et du contrôle de la nature, des technologies qui sont appliquées au mépris total des périls de notre interférence avec le tissu complexe des relations dont dépend la vie de notre planète. Le choix est entre s’accrocher à une éthique ouverte et déséquilibrée et mûrir au-delà vers une capacité relationnelle plus responsable et sensible. Si nous sommes incapables de développer cette capacité empathique de relation, nous nous détruirons nous-mêmes et l’environnement qui soutient notre vie.

Alors, comment pourrions-nous aider à rétablir l’équilibre entre le masculin et le féminin en nous-mêmes et dans notre culture ? Tout d’abord, où en sommes-nous, en tant qu’individus ? Où sommes-nous poussés par l’éthos culturel déséquilibré d’atteindre le pouvoir et le contrôle, en ignorant nos sentiments de dépression, d’anxiété ou les symptômes de la détresse du corps ? Allons-nous nous accorder suffisamment de temps pour la réflexion, les relations, le lien avec une dimension plus profonde de la réalité ? La priorité, à mon avis, est de faire en sorte que ce soit le cas… Mettre l’accent non plus sur la réalisation du pouvoir, mais sur l’équilibre. Deuxièmement, voici quelques suggestions pour renforcer le principe féminin dans notre société.

  • Libérer l’Imagination de la main mise exercée par une minorité contrôlante qui exclut le non-rationnel de l’inclusion dans notre compréhension de la vie. Formuler une nouvelle image de l’esprit comme la totalité de tout ce qui est – vu et invisible. Récupérer les aspects féminins perdus et dévalorisés de l’esprit : restituer la nature, la matière et le corps physique (y compris la sexualité) au royaume du sacré.
  • Imaginer l’Âme comme un Internet cosmique. Nous appartenons à un immense champ ou matrice de relations. Nous pourrions imaginer l’âme de cette nouvelle manière comme quelque chose à laquelle nous appartenons et avec laquelle nous pouvons développer une relation.
  • Religion – Renoncer aux formulations dogmatiques du passé : le monothéisme comme mytheisme. (Ravi Ravindra) Reconnaître les effets négatifs des croyances profondément enracinées – telles que la croyance dans le péché originel – sur notre interprétation de la vie et de son sens. Accueillir l’idée d’une expérience individuelle directe du sacré et du numineux.
  • Science – Intégrer le principe de la relation empathique avec ce qui est étudié dans l’enseignement et la pratique scientifiques. Dans l’éducation, donnez aux enfants une compréhension empathique de leur propre corps et de la nature plutôt que l’image du corps et de l’univers comme machine. Aidez-les à prendre conscience de leur environnement en tant que grande chaîne de relations dans laquelle leur vie est ancrée. Nourrissez leur émerveillement.
  • Le psychisme : développer une meilleure compréhension des comportements prédateurs et psychopathes. Apprenez à reconnaître et à transformer les modèles de déséquilibre. Guérissez la séparation entre l’esprit et l’âme. Reconnaître que le sentiment est un mode valide de perception de la réalité et doit être intégré à la pensée. Le principal problème dans notre société est l’immaturité émotionnelle.
  • Politique : développer un forum au-delà des politiques nationales et internationales où les véritables problèmes de la planète peuvent être articulés et abordés. Reconnaître la grandiosité, l’uniformisation, le désir de contrôle, la prolifération de la bureaucratie comme symptômes de la pathologie d’un principe masculin exagéré et sans rapport.
  • Médecine : intégrer les méthodes alternatives (complémentaires) de guérison avec les méthodes orthodoxes comme une politique délibérée. Mettre l’accent sur la médecine préventive. Le médecin de famille moderne n’a pas le temps d’entretenir une relation empathique avec son patient. La pression des chiffres est tout simplement trop forte. Cependant, dans certains cabinets de consultation et hôpitaux, les pratiques alternatives sont en cours d’intégration avec les pratiques orthodoxes. Cette intégration pourrait être élargie.
  • Agriculture : Accroître la production d’aliments biologiques. Élimination des pesticides, antibiotiques et toxines de nos aliments et de notre eau.
  • Soins aux enfants : Un niveau beaucoup plus élevé de soins prénatals. Par rapport au reste de l’Europe, nous sommes loin derrière (la Suède est la plus avancée). Attention à la qualité du régime alimentaire des enfants et à nourrir l’imagination et l’intellect.
  • Éduquer les femmes à prendre conscience de leur propre valeur spécifique et de l’importance de leur contribution à la culture. Articuler les valeurs des sentiments sans peur ni honte. L’importance vitale de choisir des partenaires mieux soignés; Valoriser et se préparer à la responsabilité de la maternité.
  • Sensibiliser les adolescents aux responsabilités des relations et des parents envers l’enfant. Enseignez-leur la psychologie de l’enfant, sa dépendance, sa sensibilité, son potentiel de croissance émotionnelle. Enseignez-leur les complexités des neurosciences pour qu’ils comprennent comment leurs émotions affectent leur corps et vice-versa. Demandez-leur d’inventer des façons de prendre soin de l’environnement.
  • Contrôler les taureaux par une politique délibérée de faire des écoles un sanctuaire. Les enfants pourraient aider à construire leurs propres sanctuaires scolaires. Méditation dans les écoles dès le début – effets positifs sur la capacité d’apprendre et l’équilibre émotionnel. (École Maharishi à Skelmersdale – rapport The Sunday Times 19/9/9/98).
  • Méthodes d’enseignement : intégrer la conscience hémisphérique droite avec la conscience linéaire de l’hémisphère gauche – en s’ouvrant à la puissance créatrice de l’image – poésie, art, théâtre et musique (aucun examen pour ceux-ci). Équilibre dans le curriculum entre le développement de la capacité de pensée logique et l’imagination créatrice et la participation. Ce poème d’un garçon de 12 ans à l’école de Southampton montre comment un enseignant peut fournir l’environnement dans lequel un enfant peut oser exprimer ses vrais sentiments :

J’entends ma voix intérieure me parler,
Expliquer, encourager,
Ouvrir la partie de moi que je croyais perdue.
Dans ce monde de cruauté et de peur, de petites lumières brillent.
Chacun a une flamme dans son cœur,
Si seulement ils avaient le courage de le trouver.
La lumière peut s’écouler à travers un trou dans votre esprit.
Quand l’intérieur est dehors
Vous êtes transformés et révélés.
Nul besoin d’avoir peur,
Mais soyez curieux
Comme vous ne saurez probablement jamais
d’où vient la force. – Daniel Webster

Jonathan Schell a écrit les mots suivants dans son livre, The Fate of the Earth (Le destin de la Terre), “Parce que tout ce que nous faisons et tout ce que nous sommes est en danger, chaque personne est la bonne personne et agir à chaque instant est le bon moment pour commencer.” Chacun de nous est appelé à rééquilibrer le masculin et le féminin en nous et dans notre culture. Cela pourrait affecter une alchimie profonde dans nos vies. Les femmes et les hommes pourraient tous deux participer à un processus de transformation qui pourrait donner naissance à une nouvelle culture dont l’accent ne serait plus mis sur le pouvoir et le contrôle mais sur la relation, l’équilibre et la connectivité. L’expression “la conquête de la nature” pourrait être remplacée par la conscience que l’humanité et la nature participent à une réalité plus profonde et encore inconnue qui les embrasse toutes les deux.

A la fin de l’Autodécouverte, Jung demande : “L’individu sait-il qu’il est le maquillage qui fait basculer les balances dont dépend une unité infinitésimale ?”. Des millions de gens n’ont pas le choix. Ceux d’entre nous qui ont un certain choix pourraient relever l’immense défi de définir et de vivre un nouveau rôle responsable par rapport à l’autre et à notre maison planétaire.

———————

Écrit par Anne Baring. Anne est une analyste jungienne – co-auteure de The Myth of the Goddess (Le mythe de la déesse), The Mystic Vision (La vision mystique) et The Divine Feminine (Le divin féminin) et auteure de The Birds Who Flew Beyond Time (Les oiseaux qui volèrent au-delà du temps).

Source: http://www.collective-evolution.com/2018/01/25/rebalancing-the-masculine-the-feminine-2/

Traduction Lip

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire