L’exposition chronique à la violence tue l’empathie et la capacité à traiter les émotions : une étude révèle que les jeux vidéo violents changent le cerveau des jeunes

Les jeux vidéo violents sont souvent considérés comme un moyen d’encourager les comportements antisociaux et agressifs ; de nouvelles recherches suggèrent qu’ils peuvent faire beaucoup plus. Les chercheurs à l’origine d’une étude récente ont découvert que l’exposition prolongée aux jeux vidéo violents peut avoir un impact réel sur les gens au niveau neuronal, de réduction d’empathie et accroissement de l’insensibilité émotionnelle.

Pour parvenir à cette conclusion, les participants ont d’abord été recrutés au moyen d’un questionnaire en ligne. Ils ont ensuite été classés comme joueurs de jeux vidéo fréquents ou peu fréquents, selon le temps qu’ils consacraient aux jeux par semaine. Cinq heures de jeu vidéo par semaine étaient considérées comme peu fréquentes, tandis que 30 heures étaient considérées comme fréquentes. Par la suite, les chercheurs ont pris note des trois jeux vidéo les plus joués par les participants pour discerner les violents (comme “Call of Duty”) des non-violents (à savoir “FIFA”).

Les chercheurs ont trouvé 30 joueurs fréquents et 31 joueurs peu fréquents, tous de sexe masculin et ayant en moyenne 21 ans. Dans le cadre de l’étude, les participants ont suivi une séance de “stop-signal task (exercice où il est demandé de répondre rapidement, sauf quand un signal de stop survient)” (SST) tout en étant rattachés à une électroencéphalographie (ECG). Le SST consistait en deux types d’essais (essais go et essais stop) qui montraient des visages d’hommes et de femmes soit heureux, soit craintifs en apparence. Dans les essais go, les participants devaient identifier rapidement si le visage était masculin ou féminin en appuyant sur un bouton. Dans les essais stop, les participants devaient retenir leurs réponses.

Même si les deux groupes avaient des performances similaires, leurs activités cérébrales différaient considérablement. L’activité cérébrale liée à la considération de l’information émotionnelle était réduite chez les membres du groupe des joueurs. Cela a amené les chercheurs à penser que les joueurs sont moins susceptibles de prêter attention à l’information émotionnelle. De plus, les joueurs ont obtenu une note plus faible dans la partie du questionnaire de sélection portant sur l’empathie. La surexposition aux jeux vidéo est la cause la plus probable de ces résultats, selon les chercheurs.

“Les résultats de la présente étude contribuent à l’augmentation du corpus de littérature suggérant que l’exposition chronique aux milieux violents peut moduler la fonction neuronale associée à la sensibilité et la cognition. La présente étude a montré que les joueurs fréquents de jeux vidéo graphiquement violents étaient moins empathiques que les joueurs peu fréquents de jeux vidéo graphiquement violents, ce qui est conforme à la recherche précédente”, ont écrit les chercheurs dans leur étude. (Connexe: Les jeux vidéo violents affectent-ils l’empathie ? Cette nouvelle étude pourrait vous surprendre.)

L’impact des jeux vidéo sur la santé mentale est tel qu’en décembre 2017, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est prête à classer le “trouble du jeu” comme un problème de santé mentale. Selon une ébauche provisoire de l’organisme, le trouble du jeu peut être diagnostiqué à condition qu’il “soit suffisamment grave pour entraîner une altération importante des fonctions personnelles, familiales, sociales, éducatives, professionnelles ou d’autres aspects importants du fonctionnement”.

La thérapeute Paula Jo-Husack a déclaré à SanFrancisco.CBSLocal.com que cette désignation était attendue depuis longtemps, qualifiant la dépendance aux jeux vidéo d'”épidémique”. Elle a ajouté que les symptômes du trouble du jeu pourraient aller de la diminution de l’empathie à l’isolement social en passant par la difficulté de passer d’une pensée à l’autre. Les patients qui présentent ces symptômes depuis au moins un an peuvent ensuite être diagnostiqués de troubles du jeu.

Bien que la désignation soit encore à l’étude, son annonce a suscité beaucoup de critiques. Des joueurs comme Joshua Parrish ont dit que tout ce qui est pris à l’extrême peut être problématique, pas seulement les jeux vidéo. “L’alcool pourrait être consommé comme ça, les casinos, les jeux de hasard. Tout peut aller jusqu’à l’extrême”, a déclaré Parrish.

Pour plus d’informations sur les effets potentiels des jeux vidéo, visitez Brain.news dès aujourd’hui.

Traduction : PFC Francophone

Sources :

DailyMail.co.uk

Academic.OUP.com

SanFrancisco.CBSLocal.com

 

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire