Comment pratiquer l’autocompassion consciente : 6 étapes qui peuvent changer votre vie

Sin-título-coeursable

“Imaginez que vous êtes dans un cinéma en train de regarder un film. C’est un film à suspense. Vous vous êtes attaché émotionnellement au personnage principal. Vous avez vu les épreuves que le personnage a traversées. Vous vous identifiez à son histoire. Vous êtes sur le bord de votre siège, attendant désespérément de voir comment tout cela se termine – pour voir le grand final quand tout le monde vit heureux pour toujours.
Quand le film se termine, vous savez qu’il n’est pas réel et qu’il ne l’a jamais été. Vous êtes capable de prendre du recul, libéré de la connection au film.
L’histoire personnelle du’moi’ ressemble beaucoup à un film.”
~ Scott Kiloby

Nos vies ressemblent beaucoup à des films et nous sommes les participants inconscients assis dans ce théâtre. Tout au long de nos journées, nous nous impliquons tellement dans ce film que nous oublions que nous ne sommes que des témoins.

Les souvenirs, les reconstitutions d’expériences passées, les réflexions mentales, les émotions, les croyances, les présomptions, les jugements et les craintes de l’avenir occupent constamment dans notre esprit. Et parmi tout ce désordre, nous nous accrochons à une histoire de nous ; à quel point nous sommes mauvais, stupides, égoïstes, laids, perdus ou en désordre.

Ce flux constant en nous est si subtil et insaisissable que nous n’en sommes généralement pas conscients. La plupart du temps, ce courant d’histoire est juste en deçà de notre conscience, et à cause de cela, nous exécutons ses ordres sans réfléchir.

Pas étonnant que nous nous sentions si déséquilibrés, anxieux et déprimés ! Nous sommes devenus si automatiquement attachés à cette histoire dramatique de nous-mêmes que nous oublions que nous sommes l’observateur immuable – la conscience éternelle – derrière ce flux instable.

Chaque histoire nous concernant a un début, un milieu et une fin. Et dans notre vie, nous nous identifions à de multiples histoires – parfois destructrices, parfois ambitieuses et majestueuses. Mais ce sont toutes les mêmes histoires.

Parfois, nous nous investissons tellement dans ces histoires instables que nous créons des dépendances douloureuses, le chaos dans nos vies et nous nous détestons.

C’est là qu’intervient la pratique de l’autocompassion consciente. Et je veux vous l’apprendre aujourd’hui.

 

Comment pratiquer l’autocompassion consciente

L’auto-compassion consciente consiste à apprendre à être éveillé. Etre éveillé, c’est reconnaître que vous n’êtes pas votre flux intérieur volatil de pensées, d’émotions et de sensations. Comme des nuages qui traversent le ciel, ces choses vont et viennent. Mais ce n’est pas vous.

Chaque fois que vous avez une pensée de jugement ou de haine de soi, il est réellement possible de maintenir cette pensée dans la conscience consciente, lui permettant de passer sans croire qu’elle est “vous”.

Mais avant d’essayer d’abandonner ces sentiments perturbants, vous devez apprendre la pratique de la pleine conscience.

La pleine conscience, c’est prendre conscience du moment présent, et cela va de pair avec l’auto-investigation. L’enquête personnelle est le processus d’examen de votre histoire intérieure.

L’une des meilleures façons de commencer à pratiquer l’autocompassion consciente est de “passer à la loupe” vos croyances personnelles. Pourquoi ne pas prendre un moment maintenant pour examiner votre histoire ?

Demandez-vous :

  • De quoi ça a l’air une fois écrit ?
  • Quand cela a-t-il commencé ?
  • Quelles sont les croyances fondamentales qu’elle implique (par exemple : “Je ne suis pas désiré”, “Je ne suis pas assez bon”) ?
  • Qu’est-ce qui vous pousse à répéter cette histoire dans votre tête (p. ex. être seul la nuit, vous disputer avec votre partenaire) ?
  • Quelle “preuve” existe-t-il que cette histoire est réelle ? Pouvez-vous incontestablement savoir que cette preuve est réelle ?
  • Comment votre histoire influence-t-elle vos actions ?
  • Que serait votre vie sans cette histoire ?

L’autocompassion consciente est une pratique quotidienne qui exige de la persévérance et de la patience. Déraciner les vieilles habitudes de l’esprit, parfois profondément enracinées, ne se limite pas à se promener tranquillement dans le parc. Attendez-vous donc à y consacrer du temps et des efforts. Mais si vous persistez dans cette pratique, ce pourrait être la meilleure décision que vous ayez jamais prise.

L’autocompassion consciente implique les étapes suivantes :

1. Pratiquez la pleine conscience

Pratiquez la pleine conscience tous les jours. Je recommande de le faire par une pratique de méditation le matin. Cette pratique peut être une méditation passive ou active. Commencez par 15 minutes, ou si vous le pouvez, idéalement 45 minutes. Quand on veut vraiment quelque chose, on prend le temps, même si la vie semble bien remplie. Quand il y a une volonté, il y a un moyen. Si vous avez des difficultés avec la méditation de pleine conscience au début, vous voudrez peut-être lire sur le sujet. Sinon, voici quelques conseils :

  • Asseyez-vous dans une position confortable, le dos droit. Pensez à votre corps comme à une montagne majestueuse. Puis, respirez calmement. Remarquez la sensation de froid quand l’air entre dans vos narines et la chaleur lorsqu’il sort de votre bouche. Vous pouvez également vous concentrer sur les sons extérieurs ou d’autres parties physiques de votre corps.
  • Des pensées, des sensations, des souvenirs et des sentiments surgiront et vous déconcentreront d’abord, mais vous devez vous concentrer sur ce souffle, en prenant conscience d’eux. Pendant les premières semaines, voire les premiers mois, ce sera une tâche difficile. Nous sommes tellement habitués à nous laisser emporter par nos réflexions mentales que c’est presque une seconde nature.
  • Vous pouvez utiliser l’imagerie pour vous connecter avec cette essence consciente, immobile et éternelle en vous. J’aime utiliser l’image d’un grand ravin, dans lequel je dois descendre pour trouver cet océan immobile au fond. D’autres aiment “prendre du recul” consciemment et adopter le rôle d’observateur. D’autres encore aiment “éplucher” leurs pensées pour se familiariser avec ce calme intérieur.
  • Continuez à pratiquer la pleine conscience chaque jour. Faites les ajustements que vous jugez nécessaires. Certaines pratiques peuvent vous aider tandis que d’autres peuvent vous freiner , alors essayez ce qui fonctionne pour vous.

 

2. Remarquer les éléments déclencheurs extérieurs

Prenez conscience des éléments déclencheurs qui provoquent automatiquement la manifestation de votre histoire. Par exemple, les déclencheurs que j’ai découverts dans ma propre vie incluent les centres commerciaux, certaines scènes d’émissions de télévision, la vie active, la nuit, le contact visuel prolongé, et même les sites de médias sociaux comme Facebook. Il ne s’agit pas ici d’éviter ces déclencheurs, mais d’en prendre conscience. Cela vous aidera à devenir plus conscient des pensées ou des sentiments “réflexes” que vous aurez à l’avenir.

 

3. Remarquez les sensations désagréables et les sentiments de malaise

Prenez conscience des sentiments associés à votre histoire. Ces sentiments sont à la fois émotionnels et sensoriels. Par exemple, les sentiments habituels dans le corps comprennent des muscles raides, des mâchoires serrées, des ongles rongés, des bouffées de chaleur, des frissons, un rythme cardiaque accéléré, un engourdissement, de la transpiration, des vertiges, etc. Les émotions habituelles sont la honte, la culpabilité, le chagrin, la colère, l’embarras, le rejet et l’anxiété. Il faut beaucoup d’entraînement pour prendre conscience des éléments déclencheurs. Souvent, je découvre une série de déclencheurs impliqués dans mes intrigues.

 

4. Faites face à ce que vous évitez

Permettez-vous consciemment de ressentir les déclencheurs mentaux, émotionnels et physiques qui surviennent au cours de votre journée. Remarquez votre tendance à les fuir, à les dramatiser ou à vous en détourner. Acceptez cette tendance et faites preuve de compassion. Permettez-vous de vous ouvrir à tout ce que vous ressentez. Remarquez à quel point la pensée ou le sentiment est temporaire. Permettez-lui de passer dans et hors de la conscience.

 

5. Devenez votre propre meilleur ami

“Comment je me traiterais si j’étais mon meilleur ami ?” Réfléchissez à la façon dont vous vous traitez lorsque votre histoire domine votre esprit. Êtes-vous sans cœur, critique et impitoyable ? Tu traiterais un ami comme ça ? C’est bon, on est tous comme ça parfois. Permettez-vous de pardonner ces tendances et remplacez-les par la douceur, la gentillesse et la tolérance – comme vous le feriez avec un bon ami.

 

6. Reconnaître l’humanité collective

Lorsque votre histoire s’enracine, permettez vous de reconnaître l’humanité partagée de ces sentiments. Vous n’êtes pas seul dans vos sentiments – comment le pourriez-vous ? Et pourtant, votre histoire vous convaincrait du contraire et vous maintiendrait dans l’isolement. Vous pouvez contrecarrer ce sentiment d’être seul dans votre souffrance avec une phrase ou un mantra puissant tel que :

  • C’est un moment de souffrance. Je vais laisser passer.
  • Je m’accepte sans réserve en ce moment.
  • Puis-je être gentil avec moi-même ?

 

Source:  https://lonerwolf.com

 

 

 

Laisser un commentaire