L’alternative russe à SWIFT est déjà majoritaire sur le marché en Russie

Le changement est venu rapidement

par 

Au cours de la crise du rouble de 2014/15, la Russie a annoncé à la suite des sanctions américaines et européennes dues à la réunification de la Crimée, qu’elle commencerait à mettre en place un système de transfert financier électronique interne, une alternative à SWIFT.

Ce système, le Système de transfert de messages financiers (SPFS), fonctionne non seulement en Russie, mais selon un rapport de RT, il gère désormais les données de transfert financier de plus de la moitié des institutions russes.

85FC327E-DF4F-4B53-8C41-A0B3413BE97A_femme

Selon Anatoly Aksakov, président du comité parlementaire russe sur les marchés financiers :

Le nombre d’utilisateurs de notre système de transfert de messages financiers internes est désormais supérieur à celui de ceux qui utilisent SWIFT. Nous discutons déjà avec la Chine, l’Iran et la Turquie, ainsi que plusieurs autres pays, de la connexion de notre système avec leurs systèmes », a déclaré Aksakov.

« Ils doivent être correctement intégrés les uns aux autres afin d’éviter tout problème d’utilisation des systèmes de messagerie financière internes des pays. »

Il s’agit d’un suivi aux déclarations faites le mois dernier par les Russes selon lesquelles leur système suscitait beaucoup d’intérêt à l’échelle internationale. Il reste à voir dans quelle mesure il s’agit d’un bluff et dans quelle mesure c’est la réalité, mais ce qui importe ici, c’est que dès que les États-Unis ont utilisé SWIFT comme arme dans leur politique étrangère, quelque chose de ce genre allait forcément arriver.

La Chine a son propre système interne.  Et d’autres pays construisent aussi le leur.

Le coût du SWIFT

Un thème récurrent sur ce blog est que la notion de contrôle est une illusion. Le pouvoir est éphémère. La meilleure façon d’exercer votre pouvoir est de l’avoir mais de ne jamais l’utiliser. Parce qu’une fois que vous l’aurez utilisé, vous définirez pour vos ennemis ce que leur coûtera le non-respect de vos règles.

Et s’il y a une chose que les humains savent bien faire, c’est de répondre de manière adéquate aux défis connus. Une fois que nous pouvons calculer le coût d’un comportement par rapport à un autre, nous pouvons alors décider lequel est le plus important pour nous.

Dès que le prix à payer pour rester dans SWIFT dépasse les avantages de la construction d’une solution alternative, cette solution sera mise en place.

SWIFT est un pouvoir de marché similaire à celui d’un PDG disposant de milliards d’actions de réserve dans son entreprise. On fait beaucoup de bruit au sujet de la valeur nette de gens comme Jeff Bezos et Mark Zuckerberg.

Il est inutile de coter leur valeur nette en multipliant leurs avoirs connus par le cours actuel de l’action. Parce qu’ils ne peuvent pas les vendre. C’est un pouvoir de marché ou une richesse perçue qui s’évapore au moment même où ils signalent au marché leur intention de vendre.

En réalité, s’ils essayaient de vendre leurs actions en une fois, leur valeur s’effondrerait, les acheteurs partiraient en courant et ils réaliseraient bien moins que leur valeur nette déclarée avant le début de la vente.

Ainsi, s’ils sont en quelque sorte prisonniers de leur propre succès, ils doivent gérer la création avec soin pour éviter de nuire à leur réputation, à leur position sur le marché et, finalement, à leur activité.

SWIFT est un système monopolistique, un monopole né de son côté pratique et de son inertie, grâce à sa neutralité face aux caprices de la politique internationale. Etant donné que nous sommes dans la dernière phase de la pensée impériale aux États-Unis, où notre contrôle sur les affaires mondiales s’estompe d’abord dans les cœurs et les esprits des différents peuples du monde et ensuite dans les politiques, nous en arrivons au début de la fin du système SWIFT en tant que seul transfert financier international.

En 2010, je me souviens que Jim Sinclair fulminait contre notre menace à l’égard de la Suisse pour qu’ils ouvrent les données de leurs clients afin de rechercher les  » fraudeurs fiscaux  » dans le cadre de la FATCA. Il avait alors déclaré que l’administration Obama était idiote de faire cela.

C’est là que j’ai compris la maxime : quand on opte pour la solution nucléaire, c’est qu’on n’a pas d’autre choix.

Et il avait raison.

Ensuite, l’Iran a été exclu de SWIFT en 2012 pour effectuer un changement de régime qui a également échoué. Et cela a réveillé le monde à la réalité. Les États-Unis et l’Europe tenteront de détruire votre gagne-pain si vous osez vous opposer à leurs exigences unilatérales.

Nos élites politiques et financières, le Club de Davos, ne reculeront devant rien pour assurer votre soumission.

Dommage que SWIFT ne soit qu’un code. C’est juste un système de messagerie crypté. Et tout comme la pression visant à étouffer les voix alternatives sur les médias sociaux – par exemple, en déclassant Alex Jones et Gab -, la solution au contrôle autoritaire ne consiste pas à combattre le feu par le feu, mais par la technologie.

Et c’est exactement ce que la Russie a fait. Ils se sont appliqués, ont dépensé de l’argent et ont écrit leur propre code. Le code est, après tout, difficile à contrôler.

Décodage de la puissance de SWIFT

C’est également ce qui se passe actuellement dans toute la chaîne d’approvisionnement des communications Internet. L’infrastructure dont les producteurs de contenu indépendants ont besoin pour résister au contrôle des entreprises est en train d’être mise en place et verra leurs activités se développer à mesure que de plus en plus de gens seront conscients de la réalité.

Au fur et à mesure que les banques et les entreprises russes récolteront les fruits de la disparition de l’épée de Damoclès de SWIFT, d’autres verront les mêmes avantages.

J’ai fait valoir ce point toute l’année ; plus l’administration Trump utilise les tarifs douaniers et les sanctions pour atteindre ses objectifs politiques, plus elle finira par affaiblir la position des États-Unis à l’échelle mondiale. Ça n’arrivera pas du jour au lendemain.

Elle va se construire, progressivement, lentement, jusqu’à ce qu’un jour la menace ne soit plus là.

Nous en sommes peut-être déjà à ce moment, car le président Trump a exclu de faire pression sur la société SWIFT pour exclure l’Iran du système. Dommage que son méchant secrétaire au Trésor Steve Mnuchin ne soit pas d’accord avec lui.

Mais, Mnuchin vit dans le passé, il ne respecte pas la résistance à l’hégémonie financière américaine. Il le fera quand cela se révélera inefficace.

Le FPFS de la Russie gagnera des clients en Iran, en Turquie, en Chine et dans le reste de ses proches partenaires commerciaux. Cela accélérera la dédollarisation du principal commerce de la Russie, les hydrocarbures, étant donné que nombre de ces pays sont de gros acheteurs de pétrole russe.

Lorsque vous entendez l’annonce d’une banque allemande condamnée par les États-Unis pour son commerce de l’énergie russe qu’elle utilisera le FPFS russe comme système de transfert, ce sera le véritable signal d’alarme sur les marchés.

Les changements se feront alors (pardonnez le jeu de mots évident) à la vitesse SWIFT.

 

Source: Gold Goats ‘n Guns

Laisser un commentaire