Le moringa : un miracle nutritionnel pour l’humanité

coppiced-moringa-nutrition

Les bienfaits du moringa sur la santé sont très intéressants.

Chaque partie du Moringa a une application médicinale

Le Moringa Oleifera possède un éventail impressionnant d’applications thérapeutiques, grâce à ses fortes valeurs nutritionnelles et ses bienfaits médicinaux. Différentes parties du Moringa contiennent un profil minéral important, et sont une bonne source de protéines, de vitamines, de bêta-carotène, d’acides aminés, et de divers phénols. Le Moringa détient une rare combinaison de zéatine, de quercétine, de β-sitostérol, d’acide cafféoylquinique et de kaémpférol.

Le Moringa peut agir comme stimulant cardiaque et circulatoire, possède des propréités anti-tumorales, anti-pyrétiques, anti-épileptiques, anti-inflammatoires, anti-ulcères, anti-spasmodiques, diurétiques, anti-hypertensives, antioxydantes, antidiabétiques, hépatoprotectrices, anti-bactériennes, antifongiques, peuvt contribuer à réduire le taux de cholestérol, et est employé dans le traitement de différentes maladies dans la médecine chamanique.

Les cultures traditionnelles issues de diverses régions du monde utilisent le Moringa depuis longtemps dans leur phytothérapie, contre des maladies allant de la goutte à diverses inflammations et fièvres. Certains des remèdes sont décrits ici, mais il n’existe aucune garantie qu’ils fonctionneront pour chaque cas !

 

Les usages et bienfaits médicinaux des feuilles de Moringa

Moringa15-ciseau

  • Frotter ses feuilles sur les tempes peut soulager des maux de tête ;
  • Pour stopper les saignements d’une blessure superficielle, appliquez un cataplasme de feuilles fraîches ;
  • Elles ont un effet anti-bactérien et anti-inflammatoire lorsqu’elles sont appliquées sur des blessures ou piqûres d’insecte ;
  • Les extraits peuvent s’utiliser contre des affections cutanées d’origine bactérienne ou fongique ;
  • Un thé à base de feuilles peut traiter les ulcères d’estomac et la diarrhée ;
  • Manger des produits à base de Moringa est bon pour les personnes souffrant de malnutrition due à une haute teneur en protéines et en fibres ;
  • Les feuilles traitent les fièvres, la bronchite, les infections oculaires et auriculaires, et l’inflammation des muqueuses ;
  • Le contenu en fer des feuilles est élevé, et on rapporte qu’elles sont prescrites contre l’anémie aux Philippines ;
  • On se sert des feuilles de Moringa séchées pour traiter la diarrhée au Malawi ;
  • La poudre de graines est également utilisée dans le traitement du scorbut (déficience en vitamine C provoquant des infections cutanées).

 

Les usages et bienfaits médicinaux des fleurs de Moringa

Cluster_of_Moringa_Oleifera_Flowers_fleursjpg

  • Le jus de fleurs améliore la qualité et le flux du lait maternel lors de l’allaitement ;
  • Le jus de fleurs est utile contre les problèmes urinaires, puisqu’il est diurétique ;
  • A Haïti, les villageois font bouiller des fleurs de Moringa dans l’eau, et boivent le thé, qui est un puissant remède contre le froid.

 

Les usages et bienfaits médicinaux des cosses de Moringa

moringa-oleifera-young-cosses

  • Lorsqu’elles sont consommées crues, les cosses tuent les vers, et traitent les problèmes de foie et de spleen, ainsi que les douleurs articulaires ;
  • Du fait de leur contenu élevé en protéines et en fibres, elles peuvent jouer un rôle utile dans le traitement de la malnutrition et de la diarrhée.

 

Les usages et bienfaits médicinaux des graines de Moringa

Moringa-graines

  • On les utilise pour leurs propriétés antibiotiques et anti-inflammatoires. Elles permettent de traiter l’arthrite, les rhumatismes, la goutte, les crampes, les maladies sexuellement transmissibles, et les furoncles. Les graines sont rôties, pilonnées et mélangées à de l’huile de noix de coco, avant d’être appliquées sur la zone à problème. L’huile de graines peut s’utiliser pour traiter les mêmes problèmes.
  • Les graines de Moringa rôties sont diurétiques.
  • On peut également les utiliser pour atténuer les crises d’épilepsie.
  • Les graines de Moringa sont efficaces contre les bactéries Staphylococcus aurous (staphylocoque doré) et Pseudomonas aeruginosa. Elles contiennent un puissant antibiotique et fongicide, la térygospermine.

 

Les usages et bienfaits médicinaux des racines, de l’écorce et de la gomme de Moringa

Moringa14-racine

  • Les racines et l’écorce détiennent toutes deux les propriétés décrites ci-dessus, mais sont plus concentrées. Par conséquent, si vous les utilisez comme remèdes, il faudra faire preuve de prudence.
  • Les racines et l’écorce sont utilisées contre les problèmes cardiaques et circulatoires, comme tonifiants, et contre l’inflammation. L’écorce peut se consommer en entrée et comme digestif.
  • Au Sénégal et en Inde, les racines de Moringa sont pilonnées et mélangées à du sel pour en faire un cataplasme, qui sert à traiter les rhumatismes et les douleurs articulaires. Au Sénégal, ce cataplasme s’utilise également pour soulager les maux de dos ou les douleurs rénales.
  • On peut les utiliser pour allumer un feu.
  • On a découvert de la spirachine, un alcaloïde capable de paralyser le système nerveux, dans les racines.
  • La gomme a des capacités diurétiques, astringentes et abortives, et peut être utilisée contre l’asthme.

 

Les usages et bienfaits médicinaux de l’huile de Moringa

  • On utilise l’huile de Moringa contre l’hystérie, le scorbut, les problèmes prostatiques, et les troubles urinaires.
  • Les paysans d’Oman utilisent l’huile de Moringa pour traiter les troubles digestifs, en particulier au niveau de l’estomac. Ils l’utilisent également en tant que parfum et pour nourrir leurs cheveux.

Les usages et bienfaits médicinaux du Moringa dans l’Ayurvéda

En médecine ayurvédique, on peut utiliser chaque partie du Moringa, qui est considérée comme l’unes des plantes les plus précieuses et utiles. La médecine ayurvédique indienne trouve de nombreux usages pour les produits à base de Moringa. Ils s’en servent notamment comme antibiotique naturel, comme aide à l’accouchement, pour le traitement des troubles du foie, et bien d’autres choses.

Les usages et bienfaits médicinaux du Moringa dans le Siddha

Dans la médecine du Siddha, il est dit que les feuille de Moringa possèdent plein de propriétés médicales. Les graines s’utilisent comme médicament pour renforcer la virilité, car elles permettent de traiter les dysfonctionnements érectiles chez les hommes, et de prolonger l’activité sexuelle chez les femmes.

 

Le Moringa, un arbre aux innombrables bienfaits

Etude des propriétés prometteuses du Moringa Oleifera

Moringa-arbres

Le Moringa Oleifera est un arbre de petite taille, qui mesure approximativement 5 à 10m de haut. On le cultive partout dans le monde, du fait de ses multiples usages. Chaque partie du Moringa a certaines applications nutritionnelles et/ou médicinales.

En plus d’être une bonne source de protéine, de vitamines, d’huiles, d’acides gras, de micro- et macro-minéraux, et de divers phénoles, on l’utilise également comme anti-inflammatoire, antimicrobien, anti-oxydant, anti-cancer, cardiovasculaire, hépatotoprotecteur, anti-ulcère, diurétique, antiurolithiatique, et anthelminthique. On tire profit de ses multiples applications pharmaceutiques en tant que remède thérapeutique contre diverses maladies en médecine allopathique.

Des recherches avancées sur cet arbre guérisseur pourraient mener au développement de nouveaux agents contre diverses maladies. Cette étude fournit un bref aperçu du potentiel médicinal du Moringa, et de son futur en tant que composant du système médical moderne. Cette étude conclut que le Moringa nécessite une évaluation légitime pour établir son usage pharmaceutique en médecine moderne.

Le Moringa détient un énorme potentiel médicinal, qui est reconnu depuis longtemps dans les systèmes ayurvédique et unnani (Mughal et autres, 1999). Presque chaque partie de cette plante, y compris les racines, l’écorce, la gomme, les feuilles, les fruits (cosses), les fleurs, graines et l’huile de graines, s’utilisent pour divers troubles en médecine indigène (Odebiyi et Sofowora, 1999), mais des recherches récentes indiquent également la présence de plusieurs constituants actifs dignes de faire accepter son applicabilité en médecine moderne.

 

L’activité antimicrobienne et anthelminthique du Moringa

moringa-tomato-stew-cutting-board1-photo

Les composants antimicrobiens du Moringa ont été validés après la découverte d’une activité inhibitrice contre plusieurs micro-organismes. Dans une étude récente, il a été découvert que les extraits aqueux de Moringa inhibaient de nombreuses bactéries pathogènes, y compris le Staphylococcus aureus (staphylocoque doré), le Bacillus subtilis, l’escherichia coli, et le pseudomonas aeruginosa, en fonction du dosage utilisé (Saadabi et Abu Zaid, 2011).

Il a également été découvert que les extraits de Moringa inhibaient le Mycobacterium phlei et le Bacillus subtilis (Eilert et autres, 1981). L’extrait de feuilles de Moringa est lui aussi efficace pour empêcher la prolifération des champignons Basidiobolus haptosporus et Basidiobolus ranarum (Nwosu et Okafor, 1995). Une autre étude portant sur un extrait méthanolique aqueux et de l’huile figée contre des micro-organismes a été effectuée en utilisant le Scenedesmus obliquus (algue verte), l’E. coli ATCC 13706, le P. aeruginosa ATCC10145, le S. aureus NAMRU 3 25923, le Bacillus stearothermiphilus(souches bactériennes), le virus Herpes Simplex (HSV 1) de type 1, et le virus de la Polio de type 1 (vaccin Sabin).  Divers degrés d’activités antimicrobiennes ont été observés, s’étendant d’une sensibilité au B. stearothermophilus à une résistance au P. aeruginosa(Ali et autres, 2004).

Outre l’activité antibactérienne de l’huile de Moringa, celle-ci possède également une activité anti-fongique (Chuang et autres, 2007). Une étude comparative relative à l’activité antimicrobienne des extraits de graines contre des bactéries (Pasturella multocidaE. coliB. subtilis et S. aureus) et des champignons (Fusarium solani et Rhizopus solani) ont révélé que P. multocida et B. subtilis étaient les souches les plus sensibles, et que leur activité était influencée par les cations (Na, K, Mg et Ca2+) (Jabeen et autres, 2008).

Une autre comparaison relative de l’efficacité antibactérienne et antifongique de la vapeur de distillat de Moringa a permis d’obserer une meilleure inhibition de l’E. coli, suivi du S. aureus, de Klebsiella pneumoniae, de P. aeruginosa et de B. subtilisAspergillus nigerétait fortement inhibé, suivi d’Aspergillus oryzaeAspergillus terreus et Aspergillus nidulans (Prashith Kekuda et autres, 2010).

Contrairement à la résistance du Moringa contre P. aeruginosa et Candida albicans dans d’autres études, une étude ayant utilisé un extrait éthanolique de feuilles, de graines et de fleurs a montré l’activité antimicrobienne contre E. coliK. pneumoniae, l’espèce des EnterobacterProteus mirabilisP. aeruginosaSalmonella typhi AS. aureusStreptococcus et Candida albicans (Nepolean et autres, 2009). Le Moringa contient du ptérygospermine (présent naturellement dans le Moringa pterygosperma), qui a de puissants effets antibactériens et fongicides (Rao et autres, 1946). Une activité antibactérienne a été rapporté dans plusieurs autres composants spécifiques du Moringa, y compris le 4-(4′-O-acétyl-a-L-rhamnopyrosyloxy) isothiocyanate de benzyle, le 4-(a-L-rhamnopy ranosyloxy) isothiocyanate de benzyle, le niazimicine, et le glucosinolate de benzyle 4-(a-L-rhamnopy ranosyloxy) (Fahey, 2005). D’autres composants bioactifs, tels que la spirochine et l’anthonine, se trouvent dans les racines, et son actifs contre différentes bactéries. L’anthonine a une puissant activité inhibitrice contre le Vibrio cholerae (Nwosu et Okafor, 1995à. Les fleurs et feuilles de Moringa sont également capables de contrôler les vers parasites ; leur activité anthelminthique a été démontrée dans plusieurs études (Bhattacharya et autres, 1982). De plus, il a également été montré qu’elles inhibaient le ver de terre indien Pheritima posthumaavec des extraits éthanoliques de feuilles (Rastogi et autres, 2009).

Les bienfaits de l’activité anti-inflammatoire du Moringa

Le Moringa a une activité anti-inflammatoire considérable. Par exemple, l’extrait racinaire montre une activité anti-inflammatoire considérable dans l’oedème aigu de la patte de rat induit par la carraghènine (Ezeamuzie et autres, 1996 ; Khare et autres, 1997). L’extrait de racines au méthanol brut inhibe l’oedème aigu de la patte de rat induit par la carraghènine en fonction de la dose administrée oralement (Anonyme, 2005). De plus, l’extrait de graines de Moringa au n-butanol montre une activité anti-inflammatoire contre l’inflammation des voies respiratoires induite par ovalbumine chez les cobayes (Mahajan et autres, 2009). L’amélioration des troubles chroniques associés à l’inflammation peut être possible avec la puissanet activité anti-inflammatoire des composés bioactifs du Moringa (Muangnoi et autres, 2011).

En prenant en considération l’activité anti-inflammatoire du Moringa, on peut conjecturer que cette plante montre une influence profonde sur les maladies liées à l’inflammation et aux symptômes qui en résultent. Par conséquent, cette plante a des effets bénéfiques sur l’asthme, la douleur, et les autres symptômes qui en résultent.

 

Source of this article: A study from:

Fozia Farooq, Meenu Rai, Avinash Tiwari, Abdul Arif Khan and Shaila Farooq
School of Studies in Botany, Jiwaji University, Gwalior-474001 (MP), India.

Life Science Department, Vijayaraje Institute of Science and Management, Turari, NH 75, Gwalior (MP), India.
Department of Pharmaceutics, College of Pharmacy, P. O. Box 2457, King Saud University, Riyadh 11451, Saudi Arabia.
School of Studies in Biotechnology, Jiwaji University, Gwalior-474001 (MP), India.

 

Traduction : http://www.chercheursdeverites.com/

 

Laisser un commentaire