Faire face à la colère dans une situation de deuil

Secret-face

 

Proposé  par  David Garcia,

Dans le post de la semaine dernière, j’ai parlé de l’importance du déni pendant le deuil, en tant qu'”amortisseur” de la réalité affligeante à laquelle nous sommes tous confrontés à un moment ou à un autre de notre vie.

La phase de déni doit être temporaire, sinon elle risque de nous détruire si nous y restons bloqués. J’ai suggéré quelques conseils pour vous assurer que vous (ou votre proche) puissiez traverser cette première phase comme un temps de grâce .

Lorsque nous commençons à accepter la réalité de ce qui s’est passé – qu’il s’agisse d’un décès dans la famille, de la perte d’un animal domestique, d’une relation brisée, d’une fausse couche ou d’une déception majeure – d’autres émotions peuvent commencer à faire surface.

Nous sommes souvent soumis à la colère, qui est une émotion très forte, que nous le voulions ou non.

La colère s’exprime de multiples façons.

Vous pourriez être en colère contre Dieu ou l’univers pour avoir laissé se produire l’événement qui a causé votre chagrin. Vous pouvez même être en colère contre celui que vous avez perdu, si ce n’est pour rien d’autre, parce qu’il vous a quitté. Vous pouvez être en colère contre d’autres personnes qui semblent juste vivre leur vie et prendre les gens et les choses pour acquis, alors que votre proche a été privé de cette chance. Vous aurez envie de frapper les gens au front lorsqu’ils débiteront les platitudes qui ne veulent rien dire et qu’ils couperont profondément. Vous pourriez être en colère contre quelqu’un qui ne s’est pas présenté à l’heure où vous en aviez besoin, ou contre la personne qui ne cesse de se mettre en avant et de vous dire ce que vous devez faire ensuite !

D’une manière étrange, la colère peut vous enfoncer dans le “néant” de votre douleur (une sorte de spirale infernale, un cercle vicieux).

N’ayez donc pas peur de ressentir/exprimer votre colère, mais essayez de la gérer au mieux. Voici quelques conseils qui pourraient vous aider à gérer votre colère.

1. Réalisez que vous n’êtes pas vous-même.

“Une réaction anormale à une situation anormale – est un comportement normal ” Viktor Frankl

Pour ceux d’entre nous qui ne sont pas des gens “en colère”, se sentir en colère peut être très éprouvant. Vous pouvez vous réveiller d’un rêve où vous avez été physiquement avec quelqu’un ou quelque chose et être surpris que vous ayez jamais eu cette émotion en vous !

Pour certains, il est beaucoup plus facile de se sentir en colère que triste. Vous pouvez “être soupe au lait” avec tout le monde et tout ce qui vous entoure. Chaque petite chose vous agace ou vous provoque d’une manière qu’elle n’a jamais connue auparavant.

Parfois, la colère peut être très forte et parfois elle peut nous prendre par surprise, alors que nous pensons l’avoir surmontée. Si vous pouvez comprendre la colère comme faisant partie du cheminement vers la guérison, cela vous aidera à mieux la gérer.

2. Exprimer/Extérioriser puis laisser partir la colère

La colère peut détruire. Si nous la laissons “exploser”, cela peut être destructeur. Si nous retenons la colère, cela peut être tout aussi mauvais. Donc, élaborez une stratégie sur la façon de gérer les sentiments de colère.

Si vous êtes en colère contre quelqu’un qui essaie de vous aider, essayez de ne pas vous emporter dans le feu de l’action. Prenez un peu de temps pour vous calmer et essayez ensuite de lui parler calmement, sans le blâmer, de ce qu’il fait et qui vous énerve. La personne sera probablement ravie que vous lui disiez au moins ce qu’il ne faut pas faire, afin qu’elle puisse vous soutenir comme il se doit.

En tant qu’avocat spécialisé dans les affaires de succession contestées, les clients viennent souvent me voir lorsqu’ils sont en colère. Je dis à mes clients d’aller crier dans un oreiller (ou à voix haute aussi longtemps et aussi fort que possible), de faire une longue course, de faire de l’exercice, de frapper un sac de frappe (ou un autre objet inanimé), d’écrire vos pensées les plus sombres, puis de les froisser, voire de les brûler. Parfois, mes clients me font un rapport et me disent comment ce genre de choses les a aidés à exprimer leurs sentiments.

Lorsque vous exprimez votre colère, elle se dissipe.

3. Trouver la liberté dans le pardon

Pourquoi, alors que vous êtes celui qui est en deuil, devriez-vous penser au pardon ? Vous avez le droit de ressentir de la douleur, de la colère, du chagrin et de vous sentir déprimé/accablé ! Alors, pourquoi avez-vous besoin de pardon ? Eh bien, voici la chose – à mon humble avis, sans aucune réserve – donner et recevoir le pardon apporte la liberté et la guérison d’une manière que rien d’autre n’apportera. Lorsque vous pardonnez aux autres – qu’ils soient responsables de votre perte ou de la douleur que vous ressentez, ou qu’ils soient ceux qui vous ont fait du tort tout en faisant de leur mieux pour vous soutenir – vous brisez quelque chose qui, autrement, aurait une emprise sur vous. Lorsque vous demanderez aux autres de vous pardonner pour ce que vous avez pu faire, vous restaurerez les relations mêmes qui donnent un sens à votre vie.

Si la personne à qui vous devez pardonner, ou à qui vous devez demander pardon, n’est plus là, alors pensez à lui écrire une lettre quand même, priez, méditez et laissez-vous aller.

Et si votre colère est juste et légitime ?

En tant qu’avocat aidant les familles en deuil à gérer les questions de succession contestées, les clients viennent souvent me voir lorsqu’ils traversent la phase de colère. Ils sont tellement en colère. Parfois ils sont en colère contre la personne décédée qui a rédigée le testament, parfois ils sont en colère contre d’autres membres de la famille qui semblent avoir eu leur influence, parfois ils sont en colère contre eux-mêmes pour ne pas avoir fait la paix avec leur proche maintenant disparu.

La plupart se sentent justes dans leur colère – ils ont été lésés et ils viennent me voir pour que je les venge.

Par expérience, je sais combien il est tentant pour un avocat qui veut se battre pour l’équité, de laisser la colère vertueuse de son client lui faire franchir les étapes suivantes. Mais je pense que c’est une erreur. C’est pourquoi je fais les choses différemment.

Je fais une pause, et je demande à mes clients de faire de même. Je demande aux clients des familles en deuil de considérer que ces sentiments de colère justifiés font partie de leur processus de deuil. Je demande aux clients d’essayer d’exprimer leurs valeurs profondes, qui pourraient mieux guider leurs prochaines étapes. La valeur qu’ils accordent à leurs relations familiales. Leur souhait sous-jacent de ne pas se battre pour de l’argent, mais plutôt d’avoir la liberté de faire leur deuil, sans gérer les conflits et en fin de compte de trouver le moyen de vivre leur vie avec leur famille avec tact (si cela est humainement possible !).

Je demande à mes clients de considérer que s’ils se sentent en colère, d’autres peuvent ressentir la même chose. J’encourage mes clients à réfléchir à la possibilité que ce que d’autres membres de la famille pourraient dire sous le coup de la colère ne soit que l’expression de leur propre état de chagrin à ce moment précis, plutôt que quelque chose qui est censé déchirer une famille.

Si cela se produit souvent, la façon dont mes clients (et les autres membres de leur famille) réagissent à cette approche peut faire la différence entre une affaire qui devient une amère bataille successorale ou non.

Comment aider ceux qui sont en colère ?

Nous disons aux autres qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de faire son deuil, mais nous sommes alors stupéfaits lorsque ceux que nous essayons d’aider s’en prennent à nous. Donc, une façon d’aider est de se préparer à la colère. Il est fort probable que vous (ou de parfaits inconnus) puissiez être victime d’une crise de colère de temps en temps. Comprenez que la colère n’est qu’une expression de la douleur justifiée d’un mal “enfouis”. De sorte que le fait d’accorder aux autres la grâce de laisser les choses dites sous l’emprise de la colère se dérouler sans prendre les choses trop personnellement vous aidera aussi. Je ne veux pas dire que vous devez devenir un “bouc émissaire” pour la personne en deuil, mais je vous suggère d’être prêt à lui laisser “un peu de mou”.

Lisez ce brillant article sur les 7 façons de soutenir votre partenaire en cas de perte importante. Il contient de très bons conseils pratiques sur la manière de soutenir les autres personnes en deuil (et inclut quelques mèmes divertissants !).

La colère n’est qu’une partie du deuil. Elle peut se manifester une fois pour toutes et disparaître ensuite, ou être vécue à plusieurs reprises.

“La colère n’est que le garde du corps de la tristesse” Liza Palmer

Sous la colère se cache la douleur, la douleur unique d’une perte que personne d’autre ne vivra de la même manière.

Avez-vous déjà éprouvé (ou vu d’autres personnes éprouver) de la colère pendant un deuil ? Qu’est-ce qui vous a aidé ?

(Note Prepare For Change : pour en savoir plus, vous pouvez consulter ces articles

https://fr.prepareforchange.net/2018/01/06/avoir-besoin-detre-dans-un-espace-de-pardon-en-tout-temps/

https://fr.prepareforchange.net/2019/09/25/ecrire-pour-ameliorer-notre-personnalite/

https://fr.prepareforchange.net/2018/01/25/pourquoi-devrait-je-pardonner/      )

Sourcehttps://zintaharris.com

 

Avis de non-responsabilité : Chez Préparez-Vous au Changement (PFC), nous vous apportons de l’information que vous ne retrouvez pas dans les médias grand public, et qui peut donc sembler controversée. Les opinions, les points de vue, les énoncés et les renseignements que nous présentons ne sont pas nécessairement promus, endossés, adoptés ou acceptés par Préparez-Vous au Changement, son Conseil de Direction, ses membres, ceux qui travaillent avec PFC ou ceux qui lisent son contenu. Cependant, ils sont, espérons-le, provocateurs. Faites preuve de discernement ! Utilisez la pensée logique, votre propre intuition et votre propre connexion avec la Source, l’Esprit et les Lois naturelles pour vous aider à déterminer ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas. En partageant l’information et en amorçant le dialogue, notre but est de sensibiliser les gens à des vérités supérieures afin de nous libérer de l’asservissement de la matrice de ce monde matériel.

Laisser un commentaire